La Faille

vierge

L’auteur 

Isabelle Sorente. Avant de devenir écrivain, Isabelle Sorente est passée par les Mines, et polytechnique. Sa passion des mathématiques se retrouve dans la façon qu’elle a de décortiquer les situations, et les sentiments humains. Ici, elle fait une démonstration presque algébrique de la manipulation.

L’histoire

La faille est le portrait d’une femme, Lucie Scalbert, décrite par son amie d’enfance, Mina. Petite, Mina observe l’emprise que Lucie subit de sa propre mère. Plus tard, Lucie rentrera dans le même genre de relation avec Vincent-Dominique, un pervers narcissique. Au-delà de sa composante psychologique et érotique, la manipulation y apparaît comme un mal contemporain, à travers lequel se transmettent les secrets de famille et se perpétuent les rapports de domination, dans la vie intime comme dans la sphère professionnelle. Mina va essayer de sortir son amie de ce schéma infernal, mais est-ce seulement possible ?

Ce que j’ai aimé

Ce livre n’est pas un livre, mais trois livres. Celui de Mina, Lucie et  Vincent-dominique. Au départ donc, ces trois personnages:  la narratrice, l’héroïne, le pervers narcissique. La relation entre Vincent Dominique et Lucie fonctionne sur le mode suivant: Lucie a peur de déplaire et VD d’être abandonné.

Au fil des pages on entre dans leur intimité psychologique d’une précision si déroutante qu’on ne parvient plus vraiment a les catégoriser. Qui est la victime, qui est le héros? On les suit de la naissance à la mort, La Faille fait partie de ces trop rares œuvres qui aujourd’hui prennent le temps de nous attacher aux personnages. On se surprend à connaître les personnages mieux que nous mêmes. On sent que l’auteure elle même n’arrive pas à les lâcher, qu’elle ajouterait bien quelques tomes aux cinq cent pages.

Isabelle Sorente joue également avec nos nerfs. Elle déploie l’ellipse et les chapitres avortés, elle commence par la fin puis oscille entre le passé et présent. Elle a construit son roman comme on résout un puzzle. Les coins, les bords, et on n’en finit pas d’ajouter des pièces qui s’assemblent a l’infini, tout en respectant habilement l’essence même d’une trame complète et réussie, pour ne jamais perdre son lecteur.

Si vous êtes amateurs de livres psychologiques, foncez! ce roman est d’une qualité incroyable.

Le signe astrologique du roman

Vierge! la Vierge est le signe selon moi le plus psychologique qui réfléchit sans jamais s’arrêter. Elle décortique tout sur son passage, tout est à analyser, tout est sous contrôle sans en avoir l’air.

La vierge n’est pas manipulatrice par essence mais le devient malgré elle, par ce côté déluré complètement contrôlé. 

De plus le personnage Vincent Dominique répond aux cahiers des charges de la Vierge: très charmant, travailleur et méticuleux il déteste le désordre et fait bien attention à son argent. 

Extraits choisis

La différence entre la jalousie et l’envie? La jalousie, c’est quand tu veux ce que l’autre a. L’envie c’est quand tu voudrais que l’autre n’ait jamais existé.

Combien d’histoires sont déjà écrites, comme des pièges dont le premier mot n’attend que d’être dit pour se refermer?

Le seul mensonge vital, le seul vrai mensonge consiste à faire semblant d’être gai.

Lucie irradiait l’éternelle jeunesse des femmes qui rêvent d’être soumises, […] il lui suffisait de relever ses cheveux, de passer l’air de rien une main sur sa nuque pour qu’on s’imagine qu’elle s’offrait au bourreau. […] Lucie savait ce qu’elle faisait, elle savait tout. »

Les Demons parlent aux Demons.

2 commentaires sur « La Faille »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s