Continuer

sagittaire

Auteur
Laurent Mauvignier, né en 1967 à Tours, a écrit plus d’une dizaine de romans, dont de nombreux très appréciés. Sa principale maison d’éditions sont les éditions de minuit.

Résumé
Samuel est un adolescent en difficulté, la crise existentielle de ses 16 ans est décrite au fur et à mesure des pages, sans cliché, avec une justesse déconcertante. Il est en train de virer du mauvais côté, il a subi le divorce de ses parents et est en pleine souffrance. Il traîne avec des amis fascistes, et un soir il se retrouve en cellule. Tandis que son père voudrait le mettre en pension, sa mère, Sibylle, va alors tout vendre et tout plaquer pour l’emmener faire un voyage, au Kirghizistan (si si j’ai vérifié ce pays existe… ). Ce n’est pas un simple voyage de 3 mois, c’est un périple difficile et dangereux qui va ramener Samuel à la réalité brute de la vie, à la dimension minuscule de l’homme, un voyage sans réseaux sociaux, sans eau, et à cheval. Très lentement, Samuel va enlever les écouteurs de ses oreilles et faire face à ses peurs, apprendre à devenir un homme. Pour Sibylle c’est aussi un voyage de rétrospection, l’occasion de faire le bilan d’elle même, et de sa vie de femme, qu’elle pense ratée. Et même s’ils ne se le disent surtout pas, l’amour qui règne entre le fils et sa mère nous absorbe totalement.

Mon avis
Ce roman lumineux nous offre une vision humaniste et élargie de notre société, du couple, de l’amour, de l’espoir, de la reconstruction, de la persévérance et tellement d’autres richesses. Je ne peux que le conseiller.

Le signe astrologique de ce roman
Sagittaire… Pour le long et courageux voyage dont le sagittaire est le meilleur représentant, pour la liberté des personnages, pour leur philosophie… et pour tout ce que ce périple a d’ambitieux voire d’utopique, car le sagittaire crée souvent un paradoxe entre ce qu’il pense faire et ce qu’il fait vraiment, pour la simple raison qu’il vise souvent trop haut. Ici, Sybille est critiquée pour son utopie, ses idées exagérées, et c’est souvent le reproche que l’on adresse aux sagittaires.

Extraits choisis

« Alors elle avait parlé des chevaux, des montagnes, d’une autre vie; elle avait parlé de cet amour des chevaux qui pourraient l’aider à reprendre goût à la vie, à comprendre des choses qui ne semblaient plus le toucher ou le concerner. Elle voulait qu’il sache regarder un ciel de nuit, de s’émerveiller devant une montagne, elle voulait qu’il sache respirer et souffler, parce qu’elle voulait qu’il entende comment on pense par le souffle et que c’est par lui que la vie circule en nous. »

« On est aussi responsable de se laisser entraîner dans une impasse que de s’y embarquer soi-même. »

« Sa mère est une femme d’un courage extraordinaire, elle tient tête à tout le monde, même si le plus souvent elle donne l’impression de s’effondrer à chaque secousse de la vie. Mais en fait non, elle tient bon, elle continue toujours, elle tombe et se relève, et elle reprend infatigable, à chaque fois. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s