La jeune épouse

signe-du-cancer-en-astrologie

Auteur

Alessandro Baricco est un écrivain italien né à Turin le 28 janvier 1958. Il a fait des études de philosophie et de musique avant de se lancer dans l’écriture, tout d’abord en tant que journaliste et critique, puis en tant qu’écrivain. Son style à part est remarquable car il combine à la littérature la déconstruction narrative, et une musicalité qui rythme le texte comme une partition.

Résumé

La Jeune Épouse relate l’histoire d’une jeune fille italienne de 18 ans au Xxème siècle, qui débarque dans sa belle famille pour enfin se marier avec le fiancé promis à ses 15 ans dont elle est amoureuse. Rien ne va se passer comme prévu, puisque « le Fils » n’est pas là et ne semble pas disposé à revenir… Alors la belle famille (dont les secrets de filiation abondent en tous sens) entreprend l’éducation sexuelle de la jeune Épouse… Cela peut paraître tout à fait immoral mais l’auteur s’en sort plutôt bien, pour la bonne raison que tout cela le mène à un raisonnement philosophique sur les raisons de l’existence, et sur l’absence de traces qu’on laisse sur terre.
Je ne vous cache pas que le roman joue avec l’absurde que et d’autre part le style peut dérouter: de par ses changements de narrateurs incessants, et par la façon de nommer les personnages en disant « le Fils »,  » la Mère », « le Père.. » le roman ressemble à une sorte de Conte théâtral, cependant réussi car il permet de nous faire entendre une petite musique en sourdine… Oui, la poésie est là, et fait de ce roman une véritable dramaturgie! J’en suis très heureuse car c’est ce dont je redoutais le plus quand j’ai acheté ce livre italien traduit, Alessandro Baricco est le maître de la musique littéraire et cela aurait été dommage de ne pas l’entendre à cause d’une mauvaise traduction… En bref un joli roman italien, musical, très sensuel et légèrement tragique, qui mériterait d’être lu deux fois pour en saisir toutes les subtilités.

Le signe astrologique de ce roman

Cancer! Une fois n’est pas coutume, il ne m’est pas venu spontanément. J’ai d’abord cherché l’élément de ce roman, il est EAU selon moi, car l’eau est en apparence le moins éveillé des éléments et le plus irrationnel. Ensuite, des trois signes d’eau (cancer, scorpion et poissons) le signe du cancer m’a paru le plus approprié.
Il y a une certaine douceur qui émane du roman, une enveloppante torpeur, combinée à une certaine nonchalance. De plus, la Jeune Epouse possède une discrétion proche de celle du crabe symbolisant le cancer. Douce, réservée, elle cache sous sa carapace une forte personnalité et une ambition malgré son émotivité, ce qui est le paradoxe du cancer.
Et puis bien sûr Cancer pour l’appartenance à La Famille ! Qui d’autre que le cancer y est autant attaché? Ce livre est avant tout l’histoire d’une famille, un peu spéciale certes, mais soudée quand même, avec des petits déjeuners qui n’en finissent pas, des rituels et des vacances.

Extraits choisis

J’aurais dû signaler à mon vieil ami qu’en parlant de la Jeune Epouse il m’arrivait de changer plus ou moins brusquement de narrateur, pour des raisons qui sur le moment me paraissent rigoureusement techniques et tout au plus banalement esthétiques, avec pour résultat manifeste de compliquer la tâche du lecteur, ce qui en soi est sans importance, mais aussi avec un désagréable effet virtuose que, dans un premier temps, j’ai essayé de combattre, avant de me rendre à l’évidence, c’est à dire au fait que je n’arrivais tout simplement pas à sentir ces phrases sinon en les faisant dériver de cette façon, comme si le solide appui d’un narrateur clair et distinct était une chose à laquelle je ne croyais plus ou qu’il m’était devenu difficile d’apprécier, une fiction pour laquelle j’avais perdu l’innocence nécessaire.

Elle m’enseigna qu’il ne fallait pas craindre les odeurs et les goûts -ils sont le sel et la terre-, et elle m’expliqua que les visages changent pendant l’amour, les traits changent, et il serait dommage de ne pas le comprendre. Car lorsqu’un homme est en toi et que tu t’agites sur lui, tu peux lire toute sa vie sur son visage, de l’enfant jusqu’au vieillard moribond, c’est un livre qu’en pareil moment il ne peut pas refermer.

Ce sont les corps qui dictent leurs conditions à la vie, le reste n’est qu’une conséquence. On meurt, après un dernier geste splendide du corps, ou un geste humiliant. Tout le reste n’est qu’un ballet inutile, rendu inoubliable par des danseurs merveilleux.

La Jeune Epouse les haïssait tous. Elle n’avait pas le sentiment qu’il lui fut resté quelque part la moindre douceur, folie ou beauté depuis qu’ils s’étaient mis d’accord pour saccager son âme. Pouvait-elle faire autre chose que de les haïr? Quand on n’a pas d’avenir, la haine vient d’instinct.

Je compris qu’en réalité il ne se passerait jamais rien. Pour une raison sans doute liée à l’absurde intensité de nos défaites, rien de ce que nous pouvions faire tous les deux, ce soir-là, ne figurerait dans le grand livre de la vie. Nous étions cachés dans un pli du vivant, invisibles aux yeux du sort et exonérés de toute conséquence.

Nous possédons cette force incroyable qui nous permet de donner un sens aux choses, aux lieux, à tout : et pourtant, nous n’arrivons pas à fixer quoi que ce soit, tout redevient aussitôt neutre, les objets d’emprunt, les idées de passage, les sentiments fragiles comme du cristal. Même les corps, le désir des corps, c’est imprévisible. On peut comprendre une chose, la connaître à fond, et déjà elle regarde ailleurs, elle ne sait plus rien de nous, elle a sa propre vie mystérieuse qui ne tient aucun compte de ce que nous avons fait d’elle. Ceux qui nous aiment nous trahissent et nous trahissons ceux que nous aimons.
Nous sommes incapables de figer quoi que ce soit, je peux vous l’assurer.

Modesto esquissa une courbette reconnaissante et s’éloigna du lit en faisant les premiers pas à reculons. Enfin il sortit de la pièce et de ce livre sans dire un mot.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s