L’amie prodigieuse

J’ai lu ce roman après tout le monde, mais je l’ai lu en partie à Naples, et c’est comme si j’avais rencontré Elena et Lila pour de vrai. Quelle ville étrange, sale et impressionnante. Pour ceux qui n’y sont jamais allés, lire l’amie prodigieuse suffit presque. Même si Naples n’est plus tout à fait celle de 1958, les murs de certains quartiers nous chuchotent toute la violence et les secrets qui s’y sont déroulés.

Résumé du roman

Elena et Lila sont deux petites filles qui au début du roman sont âgées de 6 ans. A travers leur enfance puis leur adolescence, on entre dans une éducation et un style de vie bien différent du nôtre dans une Naples en reconstruction et encline à la corruption.

« Etait il donc possible que seul notre quartier soit saturé de tensions et de violences, alors que le reste de la ville était radieux et bienveillant? »

Une époque difficile où les parents de leur quartier, pauvres pour la plupart, ne poussaient pas leurs enfants à aller à l’école, mais plutôt à les aider à la maison ou au travail. Rares étaient ceux qui allaient jusqu’au collège, et ne voyageaient pas plus loin que le bout de leur rue, les claques volaient à longueur de journée et chacun se faisait la justice soi même, les voisins s’entendaient hurler mutuellement et les femmes se jalousaient.

« Les hommes finissaient toujours par se calmer, tandis que les femmes, en apparence silencieuses et accomodantes, lorsqu’elles s’énervaient, allaient jusqu’au bout de leur furie et ne connaissaient plus de limites. »

Lila est extrêmement brillante, surdouée dirions nous aujourd’hui; à 5 ans elle sait déjà lire et écrire. Elena la narratrice, dite Lenu, est également une élève appliquée, avec des facilités normales. Les deux amies vont se pousser vers le haut, une compétition ambivalente naîtra : à celle qui aura le plus appris, à celle qui aura le plus lu, puis plus tard à celle qui aura des seins et ses règles la première, à celle qui aura le premier fiancé, celle qui aura le plus d’argent. Lila se verra contrainte d’arrêter l’école faute de financement parental et elles devront se séparer. Leur amitié évoluera mais restera, tout comme leurs beautés complémentaires. Dans leur vie, tout est compliqué, les parents, les frères et les petits amis orchestrent leur existence, et il leur faudra beaucoup d’imagination et de volonté pour s’accrocher à leurs ambitions.

Mon avis

Non seulement l’ambiance m’a conquise, mais j’ai été complètement absorbée par les portraits psychologiques des personnages, et l’excellente approche réaliste de l’amitié qu’en fait Elena Ferrante. Un excellent roman sur l’amitié…

Le signe astrologique du roman

capricorne

C’est le signe de notre amie prodigieuse, Lila, tellement capricorne que je lui ai associé des visages de connaissances de mon entourage.

Elle incarne le signe du capricorne par son aspect physique : jeune fille très mince, brune, aux muscles fuselés et bien dessinés. Elle est agile et gracieuse, ses yeux noirs deviennent deux fentes quand elle réfléchit.
Elle laisse transparaitre un incroyable magnétisme, et dégage malgré elle une sensualité envoûtante. Cette puissante attractivité est réservée aux natives de ce signe, contrairement à l’homme capricorne qui cache prudemment sa sensualité.
De plus, elle est extrêmement sèche. Elle rit et pleure très peu. On dit du capricorne que c’est le signe le plus antipathique du zodiaque. Lila est en effet vue la première fois par la narratrice comme une petite fille extrêmement méchante. Si le capricorne peut parfois être, à tort, vu comme quelqu’un de méchant, c’est qu’il est d’abord extrêmement froid. Froid et sec. Un capricorne donne l’impression d’avoir besoin de rien ni de personne. Derrière cette façade impitoyable se cache souvent un diamant brut et mal taillé, mais sur lequel on peut s’appuyer avec le plus grand confort si toutefois on a su attraper la confiance de la bête.

Lila est très très ambitieuse, voit loin, ne réagit pas de façon impulsive mais toujours avec recul. Les anneaux de Saturne poussent le natif à être responsable des siens, comme elle l’est de son frère et de ses propres tâches domestiques, c’est une de leurs grandes qualités. C’est un signe extrêmement entier, très idéaliste dans ses relations, et Lila n’a qu’une parole, ne se laisse influencer par personne, elle reste intègre à ses idées et ses envies.
Si la personne capricorne présente des défauts, elle est tout sauf fourbe et velléitaire.

En revanche, elle possède aussi pleinement l’ombre du signe. On dit de certaines natives qu’elles portent le diable en elles. Elles savent tellement décontenancer le sexe masculin qu’elles rendent les hommes fous. Ils sont prêts à tout pour elle.  Lila est à l’origine de nombreuses querelles et guerres de quartier. Son frère Rino et ses prétendants n’hésitent pas à en venir au poing et aux armes dès qu’elle exprime le moindre désir. Elle attire irrémédiablement les ennuis et s’en rend tristement compte sans pouvoir rien y changer.

« J’ai quelque chose qui ne va pas? Je fais toujours faire des bêtises aux gens. »

Lila est une vraie capricorne, une indocile résignée…

« Tu perds encore ton temps avec ces machins Lenu? Tu ne vois pas que nous volons au dessus d’une boule de feu? La partie qui s’est refroidie flotte sur la lave : c’est sur cette partie qu’on construit des immeubles, des ponts et des routes. De temps en temps, la lave sort du Vésuve ou bien provoque un tremblement de terre qui détruit tout. Il y a tout un tas de microbes qui rendent malades et qui tuent. Il y a les guerres. C’est partout la misère qui nous rend tous méchants. Chaque seconde, il peut se produire quelque chose qui te fera tellement souffrir que tu n’auras pas assez de larmes pour pleurer. »

Pour une balade littéraire dans Naples, je vous envoie sur l’excellente chronique de Booksmoodsandmore :

https://booksmoodsandmore.com/category/en-balade/

 

17 commentaires sur « L’amie prodigieuse »

  1. J’étais vraiment mitigée à l’idée de lire les livres d’Elena Ferrante dans la mesure où on les voit partout!! Presque impossible de prendre un métro ou un bus sans voir quelqu’un en lire un ou une vitrine l’exposant en premier plan …. Mais je dois dire que votre article me fait bien changer d’avis… (Pour ne pas dire complètement…) Alors pourquoi pas être aussi, cet été, « conquise » et « absorbée » :)…

    Aimé par 1 personne

    1. Je suis comme toi, lire ce que tout le monde lit me rebute ! Et puis je ne voulais pas sortir de mon voyage … ce livre a été un bon moyen d’y rester !! Heureuse en tous cas d’avoir réussi à te donner un peu envie de le lire! Belle soirée Pauline!

      J'aime

  2. Je suis allée Naples, il y a quelques années et j’avais déjà trouvé cette ville très sale. Je vois que ça ne change pas ;-). Sinon pour en revenir au livre, je l’ai aussi dans ma PAL. Je pense bientôt le lire mais je me dis qu’il me faut l’endroit et l’ambiance pour le lire.

    J'aime

    1. J’étais comme toi!! Je pense qu’il faut le commencer au bon moment. Je viens de commencer la suite, et je crois que c’est la fluidité de la lecture qui rend la saga addictive. cest une lecture moelleuse que l’on a hâte de retrouver chaque jour.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s