Les méduses ont-elles sommeil?

Tous ceux qui m’entourent ne sont que les enfants de Marie. Les membres de son corps. Il n’y a plus qu’elle et moi. Cette personne que j’étais avant n’existe plus. Et d’ailleurs je ne suis plus personne. Je me fiche d’être quelqu’un : tout ce que je veux, c’est danser.

Blanche et Marie, cocaïne et MDMA, sont devenues les meilleures amies d’Hélène. A Paris où elle vient de débarquer à 18 ans en projetant une vie extraordinaire, elle saute à pieds joints dans le désastre. Plutôt que de courir les castings et de s’inscrire à des cours, elle passe ses nuits à danser sous substance, et ses jours à redescendre. La cocaïne et la MDMA sont des drogues qui dans le milieu de la nuit se commercialisent très facilement, et plus aucune soirée n’est envisagée sans quelque chose.

Malgré le risque de tomber sur un roman d’une young adult mal dans sa peau, il faut avouer que ce court roman était très tentant…
…Et c’est tout simplement un petit bijou d’écriture, d’une poésie incroyable, on devine le glauque sans que le roman devienne dérangeant.

F. Beigbeder (qui étrangement a été choisi pour rédiger l’article du figaro) le situe entre Trainspotting et Bonjour tristesse. Je ne voyais pas le rapport avant de l’ouvrir, et non seulement je suis d’accord mais je rajoute volontiers une atmosphère de Rimbaud rimant à l’opium. L’auteur ajoute cette touche d’illumination afin de nous faire planer confortablement durant la lecture. L’apologie de la drogue ne semble cependant pas être la mission de ce petit roman. Plutôt la description fort captivante d’effets merveilleux et éphémères qui rendent marginaux tous ceux qui en prennent et en abusent. Qui en oublient de manger et de dormir. Les corps sous MDMA sont des méduses dont les tentacules dansent lascivement dans des caves en se prenant pour des papillons de nuit.

« Les méduses sont les consommateurs de MDMA : légers, souples et lumineux »

Il y a un véritable message qui s’adresse aux futurs parents concernés par ce genre de « post-adolescence ». Persuadés que la crise d’adolescence est passée, ils peuvent louper l’étape la plus difficile, celle de l’entrée dans la vie adulte.

J’ai dix-huit ans pour toujours. Le futur ne me réserve pas d’avenir. Je connais déjà tout et les adultes ne peuvent rien y comprendre. Les adultes n’ont jamais eu dix-huit ans. Plus ils m’indiqueront une direction et plus j’emprunterai son contraire. Les adultes ne savent pas ce qui est bon pour nous. Ils souhaitent que nous soyons « normaux » et, pour ainsi dire, sans personnalité. Ils veulent faire de nous ce que eux n’ont pas réussi à devenir.

Comment sublimer le désastre? Pari réussi avec ce petit roman d’une force et d’un souffle incroyable. Les méduses ont-elles sommeil? est le roman initiatique d’une jeune poétesse prometteuse.

Nous sommes une dizaine à nous balancer sur The XX, transportés, bercés par des notes de musique que nous ne connaissons pas encore . Cotonneux et luisants, majestueux, nonchalants, d’inoffensives méduses . Nous sommes la légèreté . Nous sommes de tendres particules de douceur. Nous sommes la jeunesse d »aujourd’hui et demain .

Le signe astrologique du roman

poisson

Poissons ! Le Poissons possède deux planètes, jupiter et Neptune. Il y a deux types de personnes poissons : les jupitériens, ambitieux et extravagants, et les neptuniens, plus mélancoliques, sensibles.
Ce roman est neptunien à l’extrême ! En l’absence de frontières solides, ces individus sont ouverts aux influences extérieures. Neptune est la planète de la démesure, de l’illusion, de l’extase, de la dépendance.
Elle est aussi la planète de l’amour inconditionnel, de l’envoûtement, cet effet que procure la MDMA.

Laurine est si belle, si douce, elle est survolée par une auréole de parfum sucré que je mangerais si je le pouvais. Elle est aussi perchée que moi. Je le sens. Son approche est tactile et agréable. J’ai envie de la toucher, de l’embrasser. Je ne cesse de lui dire qu’elle est belle et la remercie d’exister. Je l’aime. Jamais je n’ai aimé de la sorte.

Extraits choisis

Les bad trip font partie de nous. Sur le moment ils sont affreux, mais il faut dire ce qui est : ils nous excitent.

Blanche neige fait oublier la faim et tant mieux. Il n’y a rien de plus tendance que le décharnement.

Un jour , je mourrai debout . Je ne me couche que dans ma tête .

Personne ne me voit puisque je ne vois personne . Ma vie est une chimère.

Auteur

Lousiane Clémence Dor est née en 1992 dans le limousin. A 18 ans elle part à Paris pour essayer de percer dans la photographie. Ce récit est d’inspiration autobiographique.

4 commentaires sur « Les méduses ont-elles sommeil? »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s