Ariane

Double coup de coeur, pour l’histoire et la plume de ce roman ! Cette cruelle amitié adolescente des années 90, lue dans le cadre des 68 premières fois, est tout ce que j’attendais de l’aventure : une voix nouvelle, une sincérité inédite, un sujet qui me plaisait, un livre que je n’aurais peut-être pas découvert seule.

Ariane est cette jeune brune à la peau mate assise au premier rang dans une classe de Nivelles, en Belgique. Belle, brillante, populaire, et surtout très très riche. Peu prédisposée à devenir l’amie de la narratrice, elles noueront peu à peu une relation aussi fusionnelle que destructrice. Dès la première page, le drame est annoncé. Ariane est morte à vingt ans. La narratrice revient sur leur enfance respective, leur famille compliquée, l’une riche et excitée, l’autre pauvre et déprimée. Durant le roman elle retrace la naissance de leur amitié, qui aura duré deux ans, jusqu’à leur séparation compliquée. Ensemble elles se dévergondent, et rien ne leur paraît plus intense que lorsqu’elles sont ensemble.
Leur questionnement sur la sexualité et les garçons jalonnent le roman. Dans les années 90, pas d’Iphone ni de forum, on apprend tout dans le magazine Jeune & Jolie, ou le soir tard chez Difool. « Freestyle, no limit ». J’ai souri, j’ai vécu ça aussi. Mais ce roman n’est pas seulement générationnel, il est intemporel, ce sujet de l’autre, que l’on admire puis que l’on déteste, cette ambivalence permanente, la construction de soi passe par l’identification à l’autre. L’exclusivité des sentiments de cet âge là n’a pas d’équivalent. On aime comme on possède, et personne ne pourra entraver leur amitié sans des conséquences directes.

Mon avis

Ariane fait partie des livres que j’aurais voulu écrire, tant le sujet m’a parlé. La violence d’une amitié, cette fusion pulsionnelle flirtant avec le sentiment amoureux, tout se dire, surtout je t’aime, s’insulter, pleurer de joie de se connaître. Et puis l’inéluctable arrivée du garçon, l’intrusion dans un duo qui vient tout faire capoter. L’histoire a été écrite cent fois et pourtant nous la réécrivons. La prouesse de ce roman est de parvenir à décrire l’amitié adolescente sans tomber dans une prose maladroite ou s’apparentant à un journal intime. Non c’est sérieux. Car ce qu’il se joue à cet âge-là est pour moi la chose la plus sérieuse qui se joue dans toute une vie. L’adolescence fixe des images qui nous hantent, des chansons et des odeurs proustiennes.
C’est avec finesse et humour subtil que l’auteur décrypte ce qui se joue précisément. C’est acide et hyper réaliste, c’est une auto-fiction ultra réussie ! Bravo!

J’ai modifié les noms, parfois les métiers, j’ai emprunté des raccourcis, quelquefois rallongé, j’ai fait le ménage dans le paysage, mélangé les dates, créé des fausses conséquences à partir de causes réelles et vice versa. Mais je crois sincèrement qu’après tout cela, tous ces petits et grands accommodements, je vous raconte la vérité vraie, la vérité nue, plus vraie encore que lorsque je l’ai vécue.

Le signe astrologique du roman

Taureau. Pour l’érotisme qui se dégage de la plume et des premiers émois, car dans le zodiaque le taureau représente la période de la jeunesse. Taureau aussi pour son intégrité, sa sincérité, pour le jusqu’au boutisme des personnages, leur idéalisme, leur romantisme aussi. Taureau pour l’esprit vengeur et rancunier des deux amies, pour leur implacable façon de s’aimer. Taureau pour la soif d’absolu, taureau pour Ariane, qui aura préférer mourir franchement que vivre avec médiocrité.

Mourir à vingt ans.
Partir dans la pleine fleur de sa beauté, l’ovale du visage tonique, le front lisse, les seins fiers. Faire ses adieux à la scène à son zénith, déguerpir avant de se laisser choir dans le lent délabrement de la maturité, avant d’observer le réseau veineux de ses mains sortir de terre, avant d’extraire à la pince son premier puis son centième cheveu blanc.
(…)
Se suicider avant de s’acclimater. Se suicider pour ne pas s’acclimater.

15 commentaires sur « Ariane »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s