Les garçons de l’été

Aujourd’hui 5 avril, c’est la sortie de nombreux romans, c’est aussi celle des garçons de l’été… Par chance, mes filles sont encore trop petites pour les rencontrer. Mais lorsqu’elles auront vingt ans, je leur dirai de se méfier de ces deux jeunes hommes, là bas sur la plage, beaux comme des princes et qui surfent comme des Dieux.

Si moi-même j’enfante un jour de deux garçons comme Thadée et Zachée, si grands, si blonds, si charismatiques, peut-être deviendrai-je cette maman supérieure, à l’image de Mylène, de celles qui se sentent sur-puissantes car entourée de mâles parfaits. 

Mon mari sera fier mais malgré lui un peu jaloux. Après leur naissance, il attendra de retrouver un peu de mon admiration à son égard, vainement car mon attention sera tournée totalement vers mes fils. Alors il trouvera une maîtresse plus chaleureuse et sa virilité comblée le déculpabilisera, il se persuadera que l’adultère équilibre sa vie et sauve notre famille. Je ne verrai rien, je passerai mon temps à emmener mes fils partout et leur confectionner des plats savoureux. Moi je ne mangerai rien, car la génitrice de mâles se doit d’avoir un corps impeccable. Il me semblera avoir le contrôle de tout.

Mes fils grandiront et deviendront de sublimes jeunes hommes, nous habiterons Biarritz et ils découvriront le surf à dix ans. Malgré moi je laisserai la compétition s’installer entre eux, car avec son père nous voudrons les pousser vers le haut, nous les penserons complices et inséparables.

Leurs cheveux seront blondis par le sel, et leur peau constamment hâlée. Malgré la peur de l’accident je les autoriserai à prendre leur planche et partir à La Réunion.

Pétrie d’amour, je penserai que l’éducation que je leur donne est la meilleure, je ne devinerai pas à quel point ma vanité maternelle est un poison que j’instille dans les veines de Thadée. Oui, j’aurai un fils préféré, il aura toujours été tellement beau. Zachée n’est pas jaloux, il est plus simple, sa petite amie moins sophistiquée que Jasmine, celle de son frère. 

Débordant de fierté, j’irai même à en oublier ma petite dernière, Ysé. Non non elle ne s’ennuiera pas, elle sera une enfant lunaire vivant dans son monde, elle dessinera toute la journée et collectionnera les carapaces de scarabées et les peaux de lézards.

Et puis un jour, je recevrai un coup de téléphone de Zach. Làs-bas, à La Réunion, un de mes fils se sera fait attaquer par un requin.

Cet épisode révèlera les fêlures de notre famille, comme le grain de sable manquant à son rouage : mon mari transposera sur sa culpabilité adultérine, mon fils amputé ne supportera plus la vie, il enviera son frère entier, son frère sans prothèse et sans moignon, son frère toujours sur la vague. L’ambiance à la maison sombrera, le drame surviendra et je deviendrai folle.

Mon avis 

Les garçons de l’été est un roman polyphonique envoûtant, chaque membre de la famille apporte un regard aiguisé sur sa place dans la fratrie. Surf, handicap, trahisons, les sujets abondent et s’imbriquent avec brio. 

Ce thriller psychologique moderne revisite les premiers chapitres bibliques, jette le trouble sur Abel et Caïn et emmêle nos certitudes. Si le regard de la petite soeur, Ysé, s’apparente au modérateur de l’histoire, de morale ici il n’en est pas question, rien ne semble pouvoir sauver la famille de ses péchés capitaux, bien plus dangereux que les requins de l’île de la Réunion.

Le signe astrologique du roman

Bélier… pour un natif dont la planète maîtresse (MARS) serait prédominante dans le thème : Mars est la planète rouge, l’impulsion, la force primitive, son action entraîne parfois la cruauté ou une agressivité déchaînée. 

Le bélier est le premier signe de feu du zodiaque, et se caractérise par des accès de colère injustifiés et un égo très fort… Chaque membre de la famille (mis à part Zachée peut être) répond à cet égocentrisme.

De plus, Bélier et mars symbolisent l’homme, la virilité, les garçons de l’été…

Le Booktrailer génial de Folio

Découvrez vite le teaser exceptionnel réalisé par Folio pour la sortie de ce livre !!

 

Extrait choisi

Elle privilégie toujours la trajectoire sur la manoeuvre : elle ne perd jamais le fil de la vague, elle l’épouse, elle se fond dans sa masse mouvante, elle en anticipe les remous, elle en pressent le déferlement. Thad est bon, Jéré encore meilleur, mais il leur arrive de renvoyer quelque chose d’agressif, comme s’ils voulaient déchirer les vagues à coups de rollers, de floaters, et de replaquages nerveux. Cindy dégage tout autre chose, et finalement, ce qu’elle aime, c’est le surf à l’ancienne : marcher sur son longboard, se mettre en hangten, hop, orteils dépassant du nose le temps d’une seconde suspendue, avant d’arriver au shore-break dans un crépitement d’écume.

L’auteur

Son vrai nom n’est pas Rebecca Lighieri, mais Emmanuelle Bayamack-Tam. Elle a auparavant signé « Si tout n’a pas péri avec mon innocence ».

rebecca-lighieri_5845363

16 commentaires sur « Les garçons de l’été »

  1. Roman pénible à lire…à cause du vocabulaire du surf( pas de glossaire…) , et relations névrotiques des personnages peu réalistes. A la moitié de la lecture, j’ai zappé les dialogues lourdingues autour du surf, pour me concentrer sur les relations psy des personnages. Mais bof. J’ai fini en diagonale…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s