Ta vie ou la mienne : Chronique et Interview

DROIT AU BUT !

Des-jeunes-jouent-football-dans-banlieue-Managua-13-janvier-2016_3_1400_942.jpg

Décidément les livres n’en finissent pas de nous surprendre. Si l’on m’avait dit que je prendrais du plaisir à lire des scènes de football..! Comme quoi, avec beaucoup de passion, tout se transmet, je vais peut-être enfin lire Delerm pour me mettre à aimer la bière…

C’est l’histoire d’Hamed, un jeune homme de banlieue surdoué du ballon. Orphelin mais courageux, il rêve de quitter la violence de Sevran et de s’offrir une vie meilleure. Il se lie d’amitié avec François, dont le père ancien footballeur va tout faire pour l’aider et le faire progresser.

En face, nous avons Léa, issue de la haute bourgeoisie, jeune adolescente étrange souvent prise d’états dépressifs depuis son adolescence. Lorsqu’au lycée son regard croise celui d’Hamed, l’espoir en la vie lui revient. Elle passe son temps de récré à observer ce grand jeune homme musclé au teint mat, jusqu’au jour où elle vient le voir du côté des caïds…

Leur histoire d’amour semble compliquée à Hamed, le choc des cultures et de leur classe sociale n’augurent rien de bon, et à cette liste d’impossibles s’ajoute François, leur meilleur ami commun, amoureux de Léa.

Pourtant leur liaison débute et leur amour flamboie. Repéré par un entraineur, Hamed va intégrer les pros. Un soir, alors que tous deux ont quelque chose à se dire, le drame survient. Case prison, retour à la violence, mais en pire, celle qu’Hamed n’aurait jamais voulu connaitre. Peut-on échapper à son destin ? Qu’est-ce que la liberté ? Rejouera-t-il un jour au foot ?

Une magnifique histoire d’amour entre deux êtres blessés, la princesse et le banlieusard, un drame soumis aux lois du destin et des secrets familiaux.

Mon avis

Une belle surprise que ce premier roman ! Cela faisait longtemps qu’une histoire ne m’avait pas autant absorbée, et quel plaisir de pleurer d’émotion pure !

Lue d’une traite, un grand coup de coeur pour cette histoire ficelée, au ton hyper juste et à l’écriture dénuée de prétention, toute en finesse lorsqu’elle concerne la banlieue. Aucune longueur, le texte est très riche, les thèmes abordés foisonnent, amitié, amour, clivages sociaux, milieu carcéral, judiciaire.. et le foot bien sûr, fil rouge du roman ! Les scènes sur le stade sont décrites avec infiniment d’esthétisme, les descriptions, très succinctes, presque subliminales, détiennent une qualité cinématographique bluffante, on virevolte avec le ballon et dans les pieds d’Hamed !

Les autres détenus s’approchèrent pour assister à cet étrange spectacle. Ce moment de grâce tranchait soudainement avec la laideur qui les entourait, telle une lueur dans un puits d’obscurité. Un être se redressait, bombait le torse, relevait la tête et le regard comme si un horizon se présentait devant lui, et resplendissait à nouveau de toute son humanité. Il dansait, lumineux, la balle entre les pieds. Ses gestes purs et déliés formaient une chorégraphie qui défiait l’entrave. Il s’échappait.

Progressivement, les larmes me sont montées au yeux en découvrant l’inéluctable, le sentiment de gâchis face à cette histoire d’amour intense m’a envahie, ainsi que la force et la noblesse de l’amitié, thème récurrent du roman.

Le milieu carcéral, ici la prison de Fleury-Merogis où a lieu toutes sortes d’exactions est minutieusement décrit, il m’a rappelé le film choc « Felon » où la violence et l’injustice règnent, et je me souviens avoir pensé en le visionnant que ce genre de corruption entre matons et détenus ne peut survenir que dans un autre pays que le nôtre… J’étais bien naïve et certains centres de détention sont pires que la rue. Puisse l’Etat éradiquer un jour cette ultime violence…

felon
Image tirée du film « Felon »

 

Ta vie ou la mienne est un livre que l’on aurait justement envie de voir adapté au cinéma, pour les différents lieux qu’ils proposent, de la grise banlieue parisienne à la chaleur de Fès où l’amour entre Léa et Hamed exulte, ainsi que pour mettre en scène la multitude de personnages secondaires donnant corps et étoffe au roman.

Le signe astrologique du livre

Sagittaire !

Dans ce roman où la violence règne (signe de FEU), les personnages veulent s’en sortir, sublimer et transcender l’impossible. Ils visent haut, loin de la médiocrité des événements qui les ont blessés. La personne sagittaire sous son air calme et sage, cache un terrible volcan prêt à rentrer en éruption lorsque cela est nécessaire. De nombreux passages sur Hamed m’ont fait penser à cela: il s’efforce de s’éloigner de la violence, de résoudre les problèmes autrement, mais lorsqu’il n’est plus possible de faire et d’agir autrement, il entre dans une fureur incontrôlable.

Idéaliste, ce signe respecte ses valeurs et ses principes : Hamed ne veut pas imposer à Léa une vie qu’elle ne mérite pas, quitte à se faire remarquer par son absence…

Extrait choisi

Ecoute, on ne va pas se mentir : ça ne sert à rien d’essayer tous les deux. Toi aussi tu me plais, t’es la plus jolie fille de ce putain d’endroit, mais ça ne marchera pas. Tu sais pourquoi ? Parce que les jeunes de banlieue, leur vie pue, et tu t’en rendras compte bien assez tôt. Ça pue la merde dans nos cages d’escalier, nos parents puent la sueur quand ils rentrent du boulot, nos salons puent le désodorisant pour chiottes. Moi-même, je pue la défaite. Tu crois qu’être pauvre, c’est quoi? Etre pauvre, ça pue, et ça a un goût, celui du sang dans ma bouche quand mon père me tabassait. Je veux pas te faire pleurer Léa, mais circule, y a rien à voir. Toi et moi, ça pue le malheur.

Quelques questions à l’auteur, Guillaume Para

Guillaume Para a 35 ans. Journaliste politique passionné de football, « Ta vie ou la mienne » est son premier roman.

PHOTO GUILLAUME PARA 3.jpg

Une première question à propos de la genèse de l’histoire : d’où vient-elle ? de vos rencontres, de votre vie, de votre imagination ?

L’histoire vient tout droit de mon imagination. J’ai toutefois l’impression que chaque auteur se sert de son vécu même de façon inconsciente pour écrire un récit (c’est d’ailleurs assez banal à dire). Donc oui, en analysant ce roman je ne peux que constater y avoir mis des éléments de ma vie. Je suis né dans un milieu bourgeois (bourgeois bohème diraient certains) d’une commune de l’Ouest parisien. Dans cette ville, la mixité sociale n’existait pas à part à l’école/collège/lycée. Là, j’ai donc pu pu côtoyer des gens issus de familles d’une bourgeoisie plus « tradi » voire aristocratique mais aussi des gens issus de milieu plus modestes et même pauvres, pour beaucoup descendants d’immigrés. L’avantage pour moi de n’appartenir à aucune communauté identifiée, marquée, à été de pouvoir naviguer entre ces différents milieux. Ces milieux se côtoyaient sans se mélanger, moi je m’efforçais de vivre avec chacun d’eux. Dans mon roman, je les ai fait se rencontrer. Je voulais travailler sur l’aspect souvent binaire de notre société qui est, selon moi, un fait (riches d’un côté et pauvres de l’autre) pour montrer la complexité de cette dualité qui peut paraître simpliste en apparence. Ainsi j’ai voulu parler des violences inhérentes à chaque milieu: elles sont certes différentes mais leur intensité peut être équivalente.

Comment s’est passée la rédaction de ce roman ? Ce livre est-il le résultat d’un rêve de longue date?

J’ai écrit un 1er manuscrit il y a 4 ans. Pour des raisons personnelles j’ai fait une croix dessus mais c’était trop tard, j’avais attrapé le virus de l’écriture. Un an après l’idée m’est venue d’une histoire totalement fictionnelle (enfin presque totalement si j’en crois ma réponse à votre première question !). En janvier 2017, j’ai écrit jour et nuit. Fin mai, Anne Carrière m’appelait 3 jours après avoir reçu le manuscrit. Tout ça pour dire qu’il y a trois ans encore, je ne pensais pas encore devenir auteur un jour et je ne l’ambitionnais pas.

Il est écrit que vous êtes journaliste, féru de football, thème présent dans le roman. Qu’en-est-il des autres sujets? Avez-vous côtoyé les milieux judiciaires, carcéraux ? Connaissez-vous la banlieue, notamment Sevran comme il est question dans le roman ?

J’ai été pendant 12 ans journaliste politique. L’assemblée était mon deuxième bureau. Donc je suis avant tout passionné par les sujets sociétaux, l’économie…bref, le débat publique (après la littérature, le cinéma, la peinture, le foot…oui je sais ça fait beaucoup pour une seule personne!)
Avant d’écrire ce livre, je connaissais les problèmes carcéraux ou ceux des banlieues d’une manière globale (d’un point de vue politique, sociologique assez abstrait). Même si mon imaginaire, mes émotions, ma sincérité ont le dessus lorsque j’écris, ma « nature journalistique » m’a poussé à me renseigner le plus possible avant d’écrire sur ces sujets. Je devais inventer une histoire mais il est essentiel pour moi de me baser sur des faits. Je me suis donc énormément documenté et, concernant les banlieues, je suis allé à Sevran, voir comment c’était. J’ai vu.

Et le milieu bourgeois, son hypocrisie, c’était un thème important pour vous ?

D’autres de mes meilleurs amis sont issus de familles très traditionnelles, aristo. Au sein de ces familles, la violence est sourde mais très présente, sous des formes parfois insoutenables. Mauriac (dont je suis fan) ou Yves Navarre (avez-vous lu son chef-d’œuvre « le jardin d’acclimatation »?) ne s’y trompaient pas. Permettez moi d’insister sur ce point: selon moi, chaque communauté, chaque milieu à ses propres violences, ses hypocrisies. C’est d’ailleurs ce que je voulais traduire dans ce livre. Si le journalisme, à travers, l’étude des faits, m’a appris une chose c’est qu’il n’y a pas une seule réalité mais que celle-ci a des nuances de gris. C’est ce que je voudrais faire ressortir dans ma littérature désormais.

Question propre au roman qui intéressera ceux qui l’ont lu ; Pourquoi Léa attend-elle de faire sa révélation à Hamed pour juste après, la même soirée, se charger de se venger elle-même ?

Lorsque Léa avoue son secret à Hamed, elle ne s’attendait pas à ce que cela engendrerait, la déflagration que cela provoquerait. A ce moment, elle se libère d’un poids, accomplit un grand geste de sincérité essentiel envers Hamed pour qu’ils puissent vivre leur amour et accueillir ensemble cet être qu’elle attend. Ayant fait cet aveu, Léa se rend malheureusement compte que la violence de son traumatisme condamne la possibilité d’une vie douce et apaisée avec Hamed. Elle sait lire en lui et comprend que le pire des origines de Boutaleb, tout ce qu’il cherche à fuir (le réflexe de la violence physique mais surtout la loi du talion) le rattrapent. Elle veut alors commettre cet acte elle-même, mais elle agit de manière inconsciente, c’est ce que j’ai voulu faire ressortir dans le roman.

Pensez-vous comme Hamed au cours du récit, que le destin nous rattrape toujours ?

Je pense qu’on peut y échapper bien sur et c’est même l’une des plus belles choses de la vie. Nous ne sommes pas prédestinés et nous pouvons devenir ce que nous voulons être pour certains. Et c’est ce « pour certains » qui a son importance. Hamed est rattrapé par trop d’événements qui le ramènent aux pires de ses racines. Celles-ci le guident malgré lui. Bien d’autres gens s’en échappent, c’est dur mais la vie serait intenable sinon. Mais nos racines pèsent lourd, quelque que soit nos origines sociales, religieuses, matérielles et surtout quelque soit nos héritages de souffrances, de blessures, de non-dits… Je voulais livrer un conte urbain, moderne et même si cela déplaît à pas mal de monde (même à certains qui ont adoré le livre) il n’y a jamais eu dans ma tête la possibilité d’une issue heureuse pour Boutaleb, pas à un seul moment.

Vous êtes en train d’écrire votre deuxième roman : que représente l’écriture dans votre vie ? Est-elle devenue aussi (voire plus) importante que le journalisme ?

L’écriture est désormais au-dessus de tout… sauf de mon histoire d’amour et de ma fille! Je ne sais pas où ça me mènera mais c’est trop tard désormais. Sinon je lis toujours et encore, comme vous. Quelle chance nous avons d’avoir cette passion !

Merci Guillaume Para pour la précision de vos réponses et cet approfondissement de la lecture. Encore bravo et longue vie à votre carrière d’écrivain !

 

8 commentaires sur « Ta vie ou la mienne : Chronique et Interview »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s