Sujet inconnu

« Quel est le sujet de ce roman ?

— Inconnu. »

Et tant pis si la réponse ne vous satisfait pas.

Loulou Robert n’a rien perdu de sa force et de son impétuosité. Au contraire. Elle a gonflé à bloc sa cage thoracique pour nous souffler ce roman percutant. Vous aurez beau chercher, traquer, elle est toujours aussi jeune et toujours aussi neuve, même au bout du troisième roman. Ce texte est bluffant, toutes ses phrases sont des ciseaux qui découpent vos certitudes. Cette auteure charismatique vous embarque, et son talent est tel qu’il semblerait que n’importe quel sujet, connu ou inconnu, ferait l’affaire.

Lorsque le récit débute, la narratrice a 18 ans. Elle n’a pas de prénom, mais une petite peluche prénommée Sam. Sam est mort quelque part pendant son enfance, et renaîtra lorsque sa propriétaire aura trouvé ce qu’elle cherche.

Elle habite dans le Grand Est avec ses parents, une petite commune au nom qui finit par -ange. Elle s’y ennuie mortellement et ses parents ne s’entendent pas. Très vite, elle accomplit le voeu de sa mère, aller étudier à Paris, devenir quelqu’un d’extraordinaire. Elle ère de fac en fac, de filière en filière, elle découvre la solitude, puis rencontre un ami, et enfin l’amour… Mais est-ce vraiment l’amour cet homme-là, ou plutôt un piège auquel se frotter, une muse qui s’ignore ? 

Leur rencontre coïncide avec le diagnostic du cancer de sa mère. Cet homme est la solution. Celui qui va lui permettre de tenir, de combattre, de trouver de l’énergie pour la donner à sa mère ; entre elles deux, la relation est fusionnelle, le lien très étroit. Mais très vite, l’amour devient exclusif, possessif. Et l’écriture obligatoire. 

Tu ne me rendras pas heureuse mon amour, tu vas faire de moi un être extraordinaire.

Une dissection très moderne de la passion, traitée avec une belle intensité dramatique.

Le signe astrologique du roman

Cancer !

Pour le cocon protecteur, fil rouge du roman. Le cancer représente la maternité, le foyer. 

Un cocon de bonheur recherché, celui du lien mère-fille, de la maison familiale comme refuge, le cocon de l’appartement de Lucien, cet ami qui habite dans le passé (les personnes cancer sont souvent des êtres très lunaires et nostalgiques), et surtout le cocon de l’amour exclusif qui ne souffre aucune intrusion, aucune ouverture à un tiers. Le cancer pourrait passer une vie sous sa carapace, cette protection inconsciente de ses émotions, le bouclier de ses névroses.

Le cancer est un être délicat et discret, mais très ambitieux, comme la narratrice.

D’autre part, en astrologie médicale, le cancer se rapporte aux seins. Le cancer du sein de la mère de la narratrice, mais aussi l’adoration que porte son amant à sa poitrine, renforce le signe cancer du roman.

7 commentaires sur « Sujet inconnu »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s