Eléna et les joueuses, Lolita Pille

« Tout le monde a du talent, c’est la seule chose la mieux partagée au monde. Mais l’opération par laquelle on transforme un talent moyen en puissance véritable, c’est le secret, du monde, le mieux gardé. »

Eléna n’est plus une joueuse, ses copines non plus. Ancienne prodige de tennis, elle a laissé le temps, les gens et l’argent filer.
Aujourd’hui, elle a discuté avec Irène et Ada avant de retrouver son amoureux Ismaël à la gare de Lyon. Eléna cherche un nouveau moyen de gagner sa vie, et a demandé conseil à ses amies. Puis elles ont évoqué Catherine Chèvreloup, l’amie dont Eléna n’a plus de nouvelles, même par Ismaël, son frère.
Qui était Catherine, qu’est-elle devenue, cette amie, cette soeur, belle-soeur : une sorte de double maléfique d’Eléna ? La réincarnation d’une autre ?

«  Je préfère pleurer par les rues, dans les bras de murs, que trahir une fragilité devant quelqu’un qui sait mon nom. J’ai honte de renfermer, comme du verre, ces fêlures mal visibles à la lumière, qui sont comme le journal des coups reçus, et qui finissent par exploser au moindre bruit. »

Eléna a grandi avec les Chèvreloup, une famille aisée, crainte et respectée qui par charité l’a recueillie elle et sa mère lorsque le père d’Eléna s’est retrouvé mis en examen. Avec chacun des membres de cette famille, une histoire semble avoir eu lieu.

Plus tard dans l’après-midi, le train d’Ismaël arrive enfin. Sous un décor parisien apocalyptique, Eléna se fiance après un slow italien. Puis elle observe ses tennis blanches immaculées se salir au fur et à mesure de cette étrange journée. Faut-il fuir ou rejouer le passé pour renaître ?

« Je respirais toujours aussi mal. La différence ne doit pas être si radicale entre le malheur et le bonheur. Ils se ressemblent dans notre coeur. Ils se passent et se repassent les mêmes séquences dans un ordre différent. Il y a autant d’espoir dans l’un que d’inquiétude dans l’autre. »

Une lecture déroutante, qui conjugue fulgurances poétiques et oralité contemporaine. L’univers de Lolita Pille est implacable, organique et visuel : un incendie inéluctable d’existences désabusées. Eléna est une Antigone moderne, résignée et tragique.

« Je n’arrivais plus à imaginer que quelque chose de mal, quelque chose de terrible, ait pu se produire. L’été mettait dans Paris davantage que la beauté du monde. »

Je recommande cette lecture à tous ceux qui aiment sortir de la terre et des sentiers battus 😉

7 commentaires sur « Eléna et les joueuses, Lolita Pille »

  1. Seigneur Jésus ! Lolita Pille ! Je n’en n’avais pas entendu parler depuis vingt ans au moins avec son 1 er roman-évenement, puis son 2e beaucoup moins bon… là, c’est la surprise en lisant ton post ! Je vais peut-être aller voir ce livre de plus près : « hors des sentiers battus » c’est justement chez moi, par le plus grands des hasards ! Merci

    Aimé par 2 personnes

  2. Encore un roman qui atterrit directement dans ma pile à lire…Non, vraiment, un nouveau roman de Lolita Pille, comment passer à côté? Je suis vraiment très, très intriguée par ce livre, d’autant que le sujet semble très intéressant. Je suis curieuse de voir comment l’auteure aborde et explore ces nouveaux thèmes. Merci pour cette chronique !

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s