Romy, une longue nuit de silence, par Sarah Briand

Ne l’appelez pas Sissi, elle détestait ça. Elle n’était pas cette jeune fille aux longues tresses, elle était bien plus complexe, meurtrie, vulnérable. Elle était allemande et française, elle était saturée de failles et pétrie de chagrins le jour où on l’a retrouvée morte à son domicile le 29 mai 1982. Le premier à accourir ? Alain Delon, le grand amour de sa vie, son ami, son confident. Il s’était fait connaître grâce à elle, plus tard il lui a proposé « La piscine » lorsque la carrière de Romy battait de l’aile. Elle n’a jamais eu confiance en elle, elle ne croyait ni à sa beauté ni en son talent pourtant immense, elle était inquiète et susceptible.

Des amours elle en a connu beaucoup, tous ces hommes, acteurs et réalisateurs dont elle cherchait le regard, l’admiration, la complicité. Le côté sombre aussi, comme son premier mari Harry Meyen, suicidé à 54 ans. Car derrière les feux des projecteurs il y avait une enfance courte, une mère absente et carriériste, des liens mystérieux avec Hitler, des paparazzi partout, à l’hôpital, au cimetière et sur les tournages.

Elle n’aimait pas beaucoup la presse, mais Sarah Briand —journaliste— ne lui en tient pas rigueur, avec ce livre elle lui offre un magnifique cadeau : la vraie Romy. Le tableau réaliste et émouvant des grands moments de sa vie. Elle dresse un portrait très sensible et juste de cette femme-mystère, aussi solaire et magnétique que désenchantée et inconsolable. On ne s’en lassera jamais, elle manque terriblement au cinéma. Appelez-la Romy Schneider !

6 commentaires sur « Romy, une longue nuit de silence, par Sarah Briand »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s