Vu (billet d’humeur)

« Ça y est, il t’a lâché un Vu ? » a questionné mon ado à une copine, l’air détaché et le visage bleu, défilant son feed Tik-tok en même temps qu’elle conversait.

Je suis restée bouche bée, éblouie par cette expression géniale, témoin de notre époque dématérialisée. Avant, on attendait une lettre, un pigeon, ou tout simplement un SMS, maintenant, on attend un Vu. Ou un Lu bien sûr, ça dépend du réseau social. J’ai cherché l’inventeur de « la confirmation de lecture », je voulais voir sa tête de beau sadique mais je n’ai pas trouvé. Quel type s’est dit il y a dix ans, « Allez les gars au boulot, on va breveter un truc pour les rendre tous cinglés. »

𝘝𝘶. C’était déjà hyper humiliant quand les profs écrivaient ça sur votre copie. Pas de note, juste un Vu en rouge, souligné avec application. J’ai vu ton truc, rien à en dire. Ok, ça ne comptait pas pour la moyenne, mais on aurait apprécié un commentaire supplémentaire. On repartait la copie entre les jambes, un goût d’inachevé dans la marge. Vu n’est pas forcément Lu.

Ainsi, des gens voient vos message et ne répondent pas. (Bien sûr, il existe aussi la personne normale qui répond dans un délai raisonnable mais étrangement ce n’est jamais la bonne.) Vous avez donc envoyé un message et il a juste été Vu. Génial ! On a presque envie de dire merci. Un Vu peut provoquer une fibrillation cardiaque. Encore plus si le Vu s’affiche en direct devant vos yeux ébahis, là on est à deux doigts de la syncope. Hélas, vous déchantez rapidement : Vu mais pas de réponse. Soit la personne n’a pas le temps, soit elle a oublié, soit les deux, y’a plus qu’à essayer de rechoper un deuxième Vu, une réponse en prime, voire un like à notre message. Et si on pouvait liker le like de l’autre, on le ferait. Soyons honnêtes, à ce stade on est déjà passé au niveau 2 sur l’échelle de l’humiliation. Le coupable sait pertinemment que vous avez vu son Vu. Et ça ne le dérange pas, il vous laisse sur le carreau, aucun scrupule. Au bout de quelques jours sans réponse, vous finissez par comprendre : il vous méprise un peu. Ça fait mal mais au moins c’est clair. Il a encore la politesse de vous voir sur son téléphone.

Pire que celle qui vous a lâché un Vu, il y a la personne qui ne VOIT PAS votre message. Connecté mais 𝘗𝘢𝘴 𝘷𝘶. Elle poste et fait des stories mais elle vous ignore. Pas-vu-pas-pris. Pris-pendu. Vous devenez fou. Vous cliquez, encore et encore. Votre message reste tout seul, tout blanc, tout pas vu qu’il est. Ça rend cinglé d’attendre un Vu. Mais le plus cinglé, le plus pervers des deux, n’est-ce pas celui ou celle qui laisse votre conversation en gras ? Pourquoi fait-il cela puisqu’il a toujours le rappel de votre nom, la notification rouge allumée dans les messages ? J’ai élaboré plusieurs pistes.

• L’hypothèse 1 (celle que vous espérez, le déni nécessaire pour ne pas vous jeter sous un train tout de suite) : l’autre veut faire genre il n’ouvre pas tout de suite le message pour cacher son empressement à l’ouvrir. Il voit peut-être vos mots s’afficher dans le centre de notifications et il cherche une réponse. Mouais… Pas plus de deux heures. Après on passe à :

• L’hypothèse 2 (la plus probable) : il n’a pas envie de voir votre message. Tout simplement. Il craint vos mots ou vous le soulez, il ne saura sans doute pas quoi répondre et il est assez lâche pour ne pas vous le notifier, il préfère vous faire attendre, espérant que vous lâchiez l’affaire, et bien évidemment ça procure en vous l’effet inverse.

• L’hypothèse 3 (la plus sadique) : il a carrément effacé la conversation. Il n’a pas vu et il ne verra JAMAIS. Vous attendrez en vain car vous avez disparu de son téléphone en un slide. Si vous prenez ça pour de l’amour, je ne juge pas, ça arrive à tout le monde.

Que d’interrogations pour un Non vu. D’après la formulation de ma fille, le Vu serait devenu un cadeau. Tiens ma douce, je t’offre ce Vu, savoure-le. Le Vu est la nouvelle litote de l’amour : Je vois = Va, je ne te hais point.

En terminant ce billet je m’interroge sur la pauvreté de ce débat philosophique qui nous anime pourtant tous aujourd’hui : Voir ou ne pas voir ? Telle est la question.

3 commentaires sur « Vu (billet d’humeur) »

  1. Cet article résume bien la tendance… je crois qu’à tout âge, on surveille nos ‘Vus’… et on se retrouve à 40 ou 50 ans, dans la peau d’une adolescente…
    Après tout, il faut prendre ça du bon côté : la cure de jouvence, c’est cadeau!! 😉

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s