La définition du bonheur

Vous l’envisagez comment, vous, le bonheur ?
Comme Clarisse, à travers une fragmentation d’expériences intenses, ou plutôt comme Ève, dans une continuité docile et rassurante ? Peut-être possédez-vous votre propre définition du bonheur, votre recette pour être heureux, ou du moins le moins malheureux possible.

L’une habite Paris, l’autre New York. Ève rencontrera Clarisse, parce qu’un lien très fort les unit, mais pas tout de suite. Pour l’instant, elles ont beaucoup de choses à vivre. On fait leur connaissance à travers les événements marquants de leur existence, les joies et les drames, les bonnes nouvelles et les trahisons. Pour Clarisse, le mot bonheur semble s’accorder avec la notion de liberté, d’indépendance, de voyages, d’absence d’attaches matérielles, à l’image de son appartement parisien, un petit cocon de lumière au septième étage. Elle a élevé ses trois garçons presque toute seule, les hommes de sa vie sont tous partis, sauf le dernier. J’ai beaucoup aimé leur portrait, Hendrick l’étudiant égoïste, François le peintre bipolaire, ou Boris le Russe jaloux maladif, dont elle dira : « Il y a quelque chose de rassurant dans la possession. »
Ève connaitra elle aussi, comme toutes les femmes, son lot de frayeurs, de joie et de passages à vide.
L’Art de Catherine Cusset, au-delà de vous servir des personnages réalistes et hautement attachants, c’est de vous marquer à vie, par des émotions, ou des petites phrases.
Impossible de passer à côté de ce roman en cette rentrée littéraire !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s