Pourvu qu’il soit de bonne humeur

« Pourvu qu’il soit de bonne humeur », murmurait Maya chaque soir en attendant Hicham, son mari.
On est à Fès dans les années 1950, Maya a 15 ans, les jeunes époux se rencontrent le jour de leur mariage arrangé.
A l’issue de la cérémonie, dans leur chambre, Hicham lui assène une gifle en guise de préambule puis la viole trois fois. La vie de Maya ne sera que la répétition de cette nuit de noces, de grossesses non désirées et de séjours à l’hôpital.
Deux générations plus tard, à Casablanca, Lilya, journaliste trentenaire et très indépendante sentimentalement, ressent soudain des sensations étranges. Peur intense. Douleurs insoutenables. Des rêves si réalistes qu’ils l’obligent à mener une enquête sur cette grand mère qu’elle n’a pas connue.
Elle part alors pour Fès, interroger son grand oncle et les hôpitaux. Lilya apprend que Maya, malgré neuf enfants, les coups de son mari et l’interdiction de sortir, œuvrait comme résistante de la colonisation marocaine, cultivait un jardin et lisait Stendhal en cachette.
Impossible de s’enfuir, récoltant uniquement le sarcasme de la Police, Maya restait pourtant une femme libre, car jamais, dans sa tête, elle ne s’est soumise à son mari. C’est la question qu’elle pose à sa petite fille 60 ans plus tard : la liberté réside-t-elle seulement dans l’indépendance ? Comment font celles qui vivent encore sous le joug de la domination masculine ?
Outre la colère des hommes, leur violence irrationnelle, ce roman très abouti suscite de nombreuses interrogations sur les rapports homme/femme à travers les époques, les fardeaux et les rêves que nous lèguent nos mères. Le contexte historique, l’écriture lapidaire, les personnages parfaitement taillés nous le font lire d’une traite.
Sujet sensible mais admirablement bien traité. Bravo @loubnaserraj pour ce premier roman paru aux @au_diable_vauvert_editions ♥️

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s