Eparse

Je suis une fille particulièrement décousue.

  • Eparse, adj fém, synonymes: constellée, abondante, éparpillée, sporadique, flottante, égarée, diffuse.
  • Eparse, adj fém, antonymes : compacte, massive, réunie.
  • Eparse, adj fém, anagramme : Séparé.

Est-ce par la séparation que débute Eparse ? En est-elle le coeur ou le fil conducteur ? Mais de quelle séparation parle-t-on? De ses parents? De son mari, de son amant? Ou encore de ses enfants ?

Eparse, le premier roman de Lisa Balavoine, pourrait être la petite soeur du livre de Roland Barthès, « Fragments d’un discours amoureux ». Des fragments d’histoires amoureuses, mais aussi des fragments de vie qui la définissent et la constituent, un état des lieux à quarante ans, l’âge où l’on hésite : bilan ou projets ? Résignation ou réalisation ?

Lorsqu’on m’appelle mademoiselle c’est pour me vendre un truc. Je n’ai plus d’enfants avec un âge à un chiffre. L’idée de faire l’amour dans une bagnole ne m’excite plus.

Des morceaux d’elle, mais aussi des sensations fugaces, des paroles de chansons, des définitions de mots inventés, des citations d’auteurs au milieu de citations d’enfants, des abondances d’anaphores, des séries de listes et des listes d’aphorismes.

Eparse est la femme française contemporaine dans tous ses paradoxes : ambition, féminité, érotisme, mélancolie. Eparse est rock-romantique, poético-pornographique, délibérément décousue. Une mère imparfaite, issue d’un mère imparfaite.

Je suis éparse, nous sommes éparses, vous êtes éparses. A conjuguer à tous les temps, pourvu que l’on s’y retrouve dedans. Des thèmes intemporels dont la revisite ne nous lasse pas. Car nous trouvons l’essence même de ce qui nous constitue : notre enfance, nos madeleines de Proust, nos traumatismes, nos premiers baisers. Une mère envers qui nous avons tout essayé. Nous nous retrouvons dans les ruptures, ou les non-ruptures, nous nous retrouvons en train d’accoucher, nous nous retrouvons quelques années plus tard à être mère seulement une semaine sur deux. Amante l’autre semaine. Ecartelée, déchirée entre nos personnalités, nos choix et nos non-choix, « un rythme bancal fait de vides et de pleins ». Jamais seule, ou alors beaucoup trop. Nous nous retrouvons dans le diagnostic du psy « vous vous attachez aux personnes qui ne sont pas disponibles pour vous », vous l’avez compris, nous nous retrouvons partout.
Un objectif commun nous rassemble dans ce premier roman, aimer vraiment, ne jamais faire semblant.

Je porte du vernis rouge presque tous les jours. Je porte le deuil d’une amie qui ne l’est plus. Je porte le même parfum depuis plus de 15 ans. Je porte du 38 quand tout va bien.

Mon avis

J’aime ce genre de roman reflet d’une époque, un livre document, générationnel donc presque déjà démodé car emprunt de nostalgie. Je l’imagine entre les mains de nos petits enfants devenus adultes : Voyons-voir ce qu’elle écrivait/lisait mamie? avant de lever un sourcil et comprendre qu’ils ne sont pas les premiers à apprendre la vie.
J’affectionne ces instantanés de réalisme pur, cette écriture qui sème de la poésie dans les moments bruts. J’aime ces romans qui se prêtent à cet exercice de l’intime et non de l’imaginaire, j’aime par-dessus tout les auteurs qui mettent le doigt sur les détails a la fois insignifiants et significatifs du quotidien.
A ceux qui diront qu’Eparse n’est pas construit, je répondrai qu’ils se trompent. Si le début du roman laisse penser qu’il va être question d’une succession de pensées, c’est l’histoire d’une vie de femme qui se joue devant nous, et l’amour dénominateur commun nous pousse en avant dans le roman, pour comprendre sa vie, ou peut-être la nôtre.

Le signe astrologique du roman

Cancer pour ce roman introspectif et lunaire. L’émotionnel dirige tout et ressort partout derrière une attitude choisie et a priori contrôlée. Le roman étant grandement autobiographique, je suis allée regarder le signe de Lisa Balavoine. Elle n’est ni cancer ni signe d’eau mais sagittaire; cependant je n’ai aucun doute sur la présence d’une dominante lunaire ou d’élément Eau s’exprimant dans son thème astral : le signe solaire étant ce que l’on dégage consciemment, non notre inconscient qui nous pousse à écrire par exemple.
En plus de l’émotivité camouflée, le cancer se distingue par une certaine vulnérabilité, une ambition certaine, un esprit de protection, il symbolise la maternité aussi (le cancer rejoint la maison IV, celle du foyer). Enfin l’amour est au centre des préoccupations du cancer, et il a une tendance à s’alourdir des relations anciennes et du poids du passé dont il refuse de se débarrasser.

Longtemps, j’ai cru que l’amour de mes enfants pouvait m’emplir tout entière. Je n’avais pas encore compris qu’en les étouffant de la sorte, c’est en réalité moi-même que j’asphyxiais.

L’auteure

Lisa Balavoine est née en 1974, elle est professeur-documentaliste, vit et travaille à Amiens.
« Eparse » est son premier roman, paru en janvier 2018 aux éditions J.C Lattès.

Extrait choisi

J’ai essayé le silence. J’ai essayé la distance. J’ai essayé la compassion. J’ai essayé le chantage. J’ai essayé la douceur. J’ai essayé la violence. J’ai essayé les menaces. J’ai essayé les groupes de paroles. J’ai essayé la psychanalyse. J’ai essayé les antidépresseurs. J’ai essayé l’abstinence. J’ai essayé les coups de pression. J’ai essayé les pétages de plomb. J’ai essayé de la diversion. J’ai essayé de la discussion. J’ai essayé les intermédiaires. J’ai essayé la famille. J’ai essayé la bienveillance. J’ai essayé la compréhension. J’ai essayé les retrouvailles. J’ai essayé les séparations. J’ai essayé l’amour. J’ai essayé la haine. J’ai essayé de comprendre ma mère. Sans résultat.

Ma reine

C’était l’été 1965, le plus grand des étés, et je n’en finissais pas de tomber.

C’est une reine, elle s’appelle Viviane, elle habite dans ce château là-bas. Elle est la reine de cet enfant de douze ans déscolarisé. Ils sont seuls dans une vallée de Provence, tout un été. Il n’y a pas d’adultes, ou s’il y en a, ils sont comme eux, inadaptés pour le monde.

Shell vivait avec ses parents dans la station essence éponyme lorsqu’il a décidé de s’enfuir. Il voulait partir à la guerre, devenir un homme, à défaut d’avoir réussi à être un petit garçon comme les autres. Là sur ce plateau de verdure et de cailloux, sa reine Viviane lui demande de lui obéir, parfois elle lui bande les yeux et l’emmène dans des endroits merveilleux et inaccessibles. Parfois elle disparaît, et Shell en perd la raison de vivre. Il ne grandira jamais autant que cet été-là, aussi heureux, oscillant entre rêves et réalité, coupé du monde cruel, ouvert à ses émotions et ses souvenirs d’enfant.

Mon avis

Ce roman-conte est d’une douceur inouïe, son atmosphère onirique et olfactive vous plonge en plein coeur de la chaude Provence. La narration, tenue par ce garçon de douze ans offre un engagement sincère, lucide et émouvant, et de servir un imaginaire puissant.

Le signe astrologique de ce roman

S’il fallait donner un signe astrologique à ce roman, il serait cancer.

Le signe du cancer débute concomitamment à ce roman, au tout début de l’été.
Le cancer est un signe d’eau, et l’eau est le plus sensible des éléments. La motivation des signes d’eau (cancer, scorpion, poissons), vient de l’intérieur, souvent en réaction instinctive à un stimulus émotionnel, à l’image de Shell qui a fui sa maison pour éviter d’être placé en institut spécialisé.
L’eau est également, en apparence, le « moins éveillé » des éléments du zodiaque : Shell est cet être qui n’en finit plus de s’endormir n’importe quand et n’importe comment, quitte à se perdre jusque dans ses propres rêves. Et puis il y a cette soif constante sous ce soleil de plomb, cette eau qui manque, cette eau salvatrice dont Shell rêve et qui arrive enfin.

J’ai voulu la pluie. Je l’ai tant voulue que quand elle est venue, je ne savais plus comment l’arrêter. C’était une grosse pluie rose, vert, bleu, elle prenait la couleur d’un rien. Elle assommait les oiseaux.

Le cancer est un signe émotif  ayant un constant besoin de protection, d’où sa célèbre carapace : nous voyons alors Shell, réfugié confortablement dans son abri de berger et son lit de paille, attendant que Viviane vienne le nourrir, protégé, blotti, mais si vulnérable.
Le cancer est discret, il se fait facilement oublier par les autres, et parfois manipuler. Lorsqu’il aime quelqu’un, il lui reste fidèle et obéissant jusqu’à parfois commettre des erreurs ou se détruire…

L’auteur

Jean-Baptiste Andrea est né en 1971 à Saint-Germain- en-Laye. Il est réalisateur et scénariste.
« Ma reine » est son premier roman paru aux Editions de l’Iconoclaste.

Rencontre avec Pierre Ducrozet

Bonjour Pierre Ducrozet, voici quelques questions autour de vous et des thématiques que vous développez dans votre magnifique roman, « L’invention des corps », paru chez Actes Sud en cette rentrée littéraire, en lice pour le prix de Flore.

LE SOUFFLE
Tout d’abord bravo pour ce roman, très abouti, il s’en dégage un souffle spectaculaire, une force d’écriture quasiment indomptable, comme si vous étiez porté par les personnages et leur histoire, l’avez-vous ressenti pendant l’écriture?

Oui, beaucoup au début du roman, pour la partie mexicaine j’étais emporté par le personnage d’Àlvaro, par la violence des évènements, le massacre d’étudiants à Iguala. Par la suite, tout n’a pas été si simple ni linéaire, j’étais soucieux d’obtenir une narration complexe, suffisamment structurée dans sa déconstruction, je voulais quelque chose d’éclaté qui soit cohérent, des sujets éloignés qui finissent par se rejoindre. J’ai voulu créer un rhizome narratif, sans commencement ni hiérarchie des éléments, et tant mieux si cela n’a rien enlevé au souffle du roman.

LE CORPS
Parce qu’elle suscite des sensations très diverses, on pourrait qualifier votre écriture de charnelle. Vous dites justement que le corps est votre sujet d’étude en littérature. Votre roman pose la question de notre rapport au corps aujourd’hui dans notre société. Quel est le vôtre ?

En effet, chaque personnage du roman a un rapport particulier avec son corps. Je me suis senti plus proche de celui d’Adèle. Parfois, vous avez l’impression que votre corps vous échappe, vous ne savez plus comment faire pour le contrôler, le dominer, le comprendre.
Le corps pour moi c’est à la fois un mystère et une source de connaissance. Dans la vie, nous n’avons que notre corps. Alors pour moi, oui l’écriture doit être physique, cela doit être un engagement total, par l’observation des corps. La littérature ne doit pas seulement être abstraite mais physique, organique, pour celui qui écrit comme pour celui qui lit.

LA GENESE
Quel a été le premier déclencheur du projet-livre ?

Le drame au Mexique bien sûr, d’une violence incroyable, qui m’a beaucoup touché. Mais j’avais également en tête le projet de parler des réseaux, d’internet, et puis des corps. Puis j’ai trouvé comment tout relier, alors je me suis lancé.

LA DOCUMENTATION
Le livre est très documenté, au niveau historique, biologique, biographique également, personnellement j’ai énormément appris. Où avez-vous trouvé tous ces détails sur la vie des grands dirigeants de la Silicon Valley, sur la biologie, ou encore le monde des hackers?

Oui j’ai énormément lu, fait des recherches sur internet mais pas seulement. Je me suis déplacé en Californie, j’ai interrogé des informaticiens, des biologistes. J’avais également besoin de retourner en Californie pour m’imprégner de l’ambiance, poser le décor du roman.

LE TRANSHUMANISME
Vous suggérez que le transhumanisme, l’envie de repousser les limites de la vieillesse et de la mort, serait lié à l’absence de désir. J’aimerais beaucoup que vous développiez cette idée.

Je pense que la vision des transhumanistes est extrêmement réductrice, mécanique. Ils pensent qu’il suffit de changer les pièces du corps une à une pour récupérer un corps neuf. Ils ne pensent pas à la globalité de l’être, ils nient la souffrance et la joie d’un corps, son vécu, tout ce qui fait sa bassesse en quelque sorte. Ils rejettent le désir, or le désir c’est l’appréhension du fini.

CREATION OU FICTION
Je n’ai pas retrouvé l’identité du Père spirituel d’internet, le visionnaire, nommé Werner Ferhenbach dans le livre, existe-t-il? Et le transgenre Lin Dai, d’où vous est-il venu ?

Werner est une création de ma part, un mix de nombreux personnages, il symbolise le corps qui traverse le siècle, il est le chaînon manquant entre Auschwitz et internet.
Lin quant à elle, m’a été inspirée par Audrey Tang, née homme, à Taiwan. Initialement programmeuse internet, elle est devenue ensuite ministre du numérique.

LE VOYAGE
On voyage beaucoup dans le roman, vous-même avez déjà habité Paris, Berlin, Barcelone. S’il y avait une prochaine destination, quelle serait-elle? Pour vous, l’écriture est-elle interdépendante du voyage?

Pas forcément, mais l’écriture apporte les mêmes sensations que le voyage. Je veux que mon écriture soit mouvement.
J’ai énormément voyagé, j’ai fait le tour du monde à vingt ans, ça m’a énormément apporté. J’envisage d’aller en Asie prochainement. Pas pour m’y installer, bien sûr, plutôt pour continuer à m’ouvrir au monde.

L’ECRIVAIN
Quelques questions sur vous car je ne vous connais que depuis peu. Comment vous définiriez-vous? Quelle type d’écrivain êtes-vous, si jamais l’on pouvait rentrer les gens dans des cases ?

Je me situerais plutôt dans l’écrivain sauvage qu’intellectuel. Je suis en recherche permanente d’intensité, de pulsion de vie. J’aime la philosophie, car elle me nourrit, mais je fais partie de ceux qui recherchent plutôt l’ardeur, comme les écrivains électriques, ceux qui m’ont inspiré, je pense à Kerouac, Cendrars, Céline, Henry Miller, tous ceux qui ne sont pas en accord avec le monde dans lequel ils vivent.

L’ARTISTE
Vous n’êtes pas seulement écrivain. Vous êtes également poète, chanteur même, à vos heures perdues. Y a t-il d’autres domaines artistiques que vous aimeriez découvrir ?

En effet, je propose une revisite d’un extrait de mes textes en musique, piano-voix. J’aime la scène, le théâtre aussi me plaît beaucoup. Nous allons continuer à tourner dans un spectacle de danse, en Autriche mais aussi à Paris, quelque part entre la promotion du livre…!

LE LECTEUR
L’édito du magazine littéraire de ce mois de novembre suggère que les nouveaux écrivains ne lisent plus. Qu’en pensez-vous ? Quels romans récents avez-vous aimé?

Je pense que c’est une question qui n’a pas lieu d’être. Nous sommes tous des passionnés. Nous lisons tous énormément.
Parmi les titres de la rentrée littéraire, j’ai énormément apprécié celui de Yannick Haenel, «Tiens ferme ta couronne », mais aussi celui de Jakuta Alikavazovic « L’avancée de la nuit », très beau, très poétique. J’ai aimé aussi celui de François-Henri Deserable «Un certain Monsieur Piekielny», et « Fief » de David Lopez.

LE PRIX
Votre roman est en compétition pour le prix de Flore et dans une semaine le verdict sera rendu. Que représenterait ce prix pour vous ?

Un prix, c’est à la fois gratifiant et aléatoire. Le palmarès d’écrivains est très beau. Recevoir ce prix aurait un sens.

LE FUTUR
Savez-vous vers quoi vous tendez à présent dans l’écriture?

Oui, j’ai l’impression d’avoir trouvé un cadre, qui serait le territoire contemporain, pas assez traité ni renouvelé aujourd’hui. Je compte poursuivre un cycle romanesque autour de la société, mêler des réflexions politiques et sociales mais aussi mêler des genres, la poésie, la narration. Je veux porter un regard neuf sur le monde.

 

Merci infiniment à Pierre Ducrozet pour cet échange. Interview réalisée le 2 novembre 2017 par téléphone, vers Barcelone.

 

CVT_Linvention-des-corps_3408

 

 

Retrouvez ma chronique complète et extraits de ce merveilleux roman en cliquant ici !

Ces rêves qu’on piétine

« Nous porterons ces lettres jusqu’à toi, Magda Goebbels, fille de Friedländer. Nous te tuerons de nos morts. »

Ces mots proviennent des lettres collectées et gardées par Ava, petite fille née dans un camp de concentration allemand.

Petit rappel d’Histoire si comme moi vous n’étiez pas très actif et/ou intéressé par cette discipline: antisémite acharné, Joseph Goebbels était ministre et proche d’Hitler. Ce dernier avait beaucoup d’affection pour son épouse Magda qui s’est ainsi imposée comme la plus grande dame du 3ème Reich.

Ce roman revient sur les moments clé de la vie de cette femme, née de père inconnu, reconnu par un beau-père juif, Richard Friedländer, elle aura par la suite 7 enfants de deux mariages, une vie faste, sous les projecteurs de la politique qu’elle n’a jamais vraiment idéalisé. Cette femme aura plus à coeur de devenir « quelqu’un » , de détruire la petite fille pauvre qu’elle a été, que de chercher à défendre un programme. Quand elle apprendra que la guerre est finie et qu’ils ont perdu, elle empoisonnera ses six enfants avant de se donner la mort dans le même bunker qu’Hitler, le 1er mai 1945.

Magda est impatiente d’en finir. Hedda sur ses genoux. Helmut assis par terre et Helga juste en face. Les trois autres se pressent contre elle. Magda n’a pas assez de bras. Elle a tellement d’enfants… Trop d’enfants. C’est ce qu’elle pense à cet instant. Trop d’enfants nés pour rien…

Les 300 pages du roman portent sur les deux jours précédant le suicide de Magda Goebbels, et alternent entre deux récits : celui d’Ava, sortant du camp de concentration avec sa mère, et celui de Magda, en pleine retrospective sur sa vie et sa carrière. Entre les deux récits, les lettres de Richard Friedländer, délaissé par cette femme qu’il a reconnu, et qui résonnent comme une funeste danse macabre.

8739208.image

Magda Goebbels au centre entouré de ses sept enfants et de Joseph Goebbels à gauche.

Mon avis

Ce document historique et romanesque à la fois est prenant, émouvant, très bien construit et documenté. L’horreur vécue mérite qu’on ne l’oublie jamais et que l’on rende éternellement hommage à nos morts, car les traumatismes sont toujours là. Il était très intéressant de confronter les deux histoires, jusqu’à confondre les victimes.

J’ai été très touchée et intriguée par le destin d’Ava, cette petite fille née d’une mère juive au milieu du pire, muette et cachée, plus que par les mémoires de Magda, qui malgré son terrible destin n’a rien d’attachant.

L’idée de placer Richard Friedländer au centre du récit est bonne, et représente parfaitement l’horreur dont Magda a été capable. Si je peux émettre un bémol sur le roman, c’est sur ces lettres. On n’y croit pas une seconde. Un père n’emploie pas ce ton plaintif et agaçant, encore mois un beau-père. « Ma fille, je ne vais pas bien… » (Croyez-en ma longue expérience en matière de beaux-pères, jamais un beau-père ne vous appelle « ma fille »). Ces lettres sonnaient faux, leur écriture étaient surjouées. Si l’on veut creuser l’histoire et se demander pourquoi Richard Friedländer n’a pas laissé plus de traces que ça dans l’histoire c’est sûrement qu’il n’a pas cherché à en laisser, et n’attendait rien de sa « belle-fille », d’autant plus qu’il avait divorcé de la mère de Magda.

J’ai été toutefois très prise par cette lecture très enrichissante, cependant je ne peux pas dire que j’ai passé « un bon moment » de lecture, tant le récit était souvent dur, par son hyperréalisme. A titre d’exemple, le récit « Par amour » sur la deuxième guerre mondiale était vrai sans être édulcoré, tout aussi documenté et émouvant, il avait ce petit quelque chose de plus  romanesque et poétique, on évoquait l’horreur et cela suffisait à faire sortir les larmes sans donner la nausée. Je suis toujours gênée par les auteurs qui «exploitent» l’horreur ou les faits divers pour susciter des émotions. Bien sûr que le lecteur va crier d’effroi si on lui dit que les soldats allemands jouaient au ball-trap avec les nouveaux-nés. Bien sûr que les récits crus de viols et de sévices donnent à tous l’envie de se rebeller. Mais est-ce qu’un livre est bon parce qu’il va chercher les détails les plus sordides ? Je trouve ça trop facile, et j’aspire à plus de subtilité dans les romans historiques. Il y avait suffisamment matière à accrocher le lecteur.

Autre petit bémol concernant le titre, Ces rêves qu’on piétine, pourquoi ce « qu’on », pourquoiiii….? Pourquoi ne pas rallonger d’une syllabe et écrire « Ces rêves que l’on piétine » ? Quelqu’un a-t-il une explication ? Un demi-alexandrin aurait été plus joli non..? Non je ne suis pas maniaque pourtant…

 

Le signe astrologique du roman

Cancer.
Il est celui d’Ava, pleine de douceur, un exemple de patience. Cancer est le signe qui représente la maternité et la relation mère-fille. J’ai trouvé ce lien remarquablement décrit dans le roman. Très touchant.
Le cancer est discret, et se fait facilement oublier par les autres, protégé par sa carapace de crabe. C’est aussi un signe lunaire, qui renvoie au titre mélancolique du roman.

L’auteur

(Source Babelio) Sébastien Spitzer est né en 1970. Il est journaliste et écrivain.
Journaliste free-lance pour TF1, M6 ou Rolling Stone, il a réalisé plusieurs enquêtes sur le Moyen-Orient, l’Afrique et les États-Unis.
Il est l’auteur de « Ennemis intimes, les Bush, le Brut et Téhéran » en 2006 aux éditions Privé.

Extrait choisi

La dernière chose que nous possédons, c’est notre histoire. Il y a deux mille ans, nous avons dû quitter notre terre, notre Jérusalem, nos temples, nos rois et nos armées. Nous avons été riches, pauvres, puissants, chassés et pourchassés. Nous avons construit des temples en bois, en pierre. Ils ont été brûlés. Nous en avons construit d’autres. Vous les avez fait fermer. Mais notre histoire, personne ne nous la volera. Elle est inaliénable. On essaiera de nous tuer, jusqu’au dernier. On essaiera de trahir, de falsifier, d’effacer… Mais il y aura toujours un scribe pour recopier, un homme pour lire, un écrit quelque part.

Qu’il emporte mon secret

 

Je viens de relire mes derniers mots en buvant un autre café froid. La pluie commence à tomber, je ne suis plus certaine d’avoir envie de te laisser cette lettre, où j’ai l’air de ce que je suis : une femme de presque 50 ans, épuisée, et qui regrette bêtement un amour raté…
Vieillir c’est surtout renoncer à toutes les choses qu’on n’a pas faites. Je suis une femme de regrets, sûrement ma seule part de douceur, mais j’aime redessiner ces moments que l’ai laissés passer en ajoutant des « si » à ma vie pour arrondir les lignes brisées.

Dans quelques jours, Hélène est appelée à comparaître, pour un évènement qu’elle avait enfoui très loin, sans jamais vraiment l’oublier. Elle profite de ces quelques jours à l’hôtel pour écrire une lettre de rupture à Leo, son dernier amant. Elle l’aime profondément, il ne l’a pas déçue, mais voilà, depuis une nuit de 14 juillet, depuis le viol, elle avait 16 ans, elle a fait une croix sur le bonheur en amour.
Face aux violences qu’elle a subi, Hélène n’avait pas d’autre choix que l’oubli, que le déni. Hélène a presque cinquante ans, est devenue écrivain, mais ne s’est jamais reconstruite, elle erre d’amant en amant depuis toujours, fume et boit beaucoup trop, écrit des livres qui ne plaisent qu’à ses éditeurs. Elle a laissé de côté celle qu’elle voulait être, car celle-là s’est fait violer et torturée. Alors elle a choisi l’autre, celle de substitution. Hélène semble s’être détachée de son corps et de ses émotions.

Après demain, il va être jugé en appel et je parlerai de souffrances enfouies au plus profond de moi, de séquelles niées pour pouvoir continuer, seule, à respirer et d’une vie qu’ils disent gâchée. Je raconterai une autre jeune fille, celle d’avant le drame, celle que j’ai voulu effacer.

A un salon littéraire de Province, elle rencontre Leo, qui vient faire la promo de son premier roman. Elle tombe sous son charme, et passe une nuit avec lui.
Ce roman rassemble les morceaux du puzzle de ces deux nuits qui bornent sa vie. Entre l’horrible et la merveilleuse, qui l’emportera?

Mon avis

Quelle belle surprise que ce roman ! Aussi désabusé et cynique que lumineux et touchant, il est truffé de vérités sur la vie et la littérature.
Dans ce roman à tiroirs, l’auteur parvient brillamment à maintenir l’intrigue tout au long du roman, en nous poussant vers l’avant dans la lecture, tout en nous en donnant assez pour ne pas susciter notre impatience.
J’ai adoré l’écriture de l’auteur, des phrases très belles et des passages entiers que j’ai soulignés. En ouvrant ce roman je ne m’attendais pas à tant de beauté.
Le sujet sensible du viol est toujours affronté de biais, comme la narratrice le fait, et ne semble pas être le but principal du roman, mais plutôt celui des effets controlatéraux qu’il a provoqués.

 

Ma propre apocalypse commençait, car j’ai compris à cet instant qu’il y aurait un lendemain, le jour d’après, et je crois que c’est ce qui m’a le plus effrayé.

 

Le signe astrologique du roman

Cancer… Le crabe et sa carapace de protection. Le secret bien gardé. L’émotivité enfouie sous l’assurance, les objectifs atteints, les romans. Une personnalité en apparence discrète, docile, cachant des blessures. Les femmes cancer sont souvent des femmes-enfants, elles ont besoin d’être soutenues même si à prime abord elles ont l’air robuste. Toute perturbation du foyer (et c’est ce qui a eu lieu chez elle) provoque une angoisse existentielle qui affecte toutes les autres parties de la vie.
D’autre part, la narratrice est écrivain et ce signe représente ce métier par son élément Eau.

Citations du roman

On met toujours trop de soi dans un premier roman.

Un proverbe japonais dit qu’une rencontre est presque le début d’une séparation, la nôtre rassemblera donc les deux.

Il faut conserver le souvenir des belles choses, ce sont des petits riens que l’on met bout à bout, nos mots en une longue phrase et nos peaux effleurées dans la douceur de l’aube.  

Confidences de l’auteur

Après ma lecture, je suis tombée sur une interview très intime de l’auteur. Ce roman est donc tout à fait d’inspiration autobiographique. Sylvie Le Bihan a été victime d’un viol à 16 ans, et lutte au quotidien avec les femmes afin qu’elles puissent se reconstruire. J’ai été frappée du recul avec lequel elle a réussi à écrire ce roman, combien cela a du être libérateur également d’enfin poser des mots et des personnages sur son expérience. J’ai mieux compris comment elle avait réussi à le rendre si touchant. Elle fait le parallèle avec la faille qu’elle a développé par la suite, à attirer un premier mari pervers narcissique, cela est très intéressant et m’a donné envie de lire son premier roman, qui parle justement de sa relation perverse. Je vous laisse le lien de l’interview ci dessous :

http://www.elle.fr/Societe/Interviews/Sylvie-Le-Bihan-Le-viol-est-un-massacre-3410426

 

 

 

Les Furies

cancer

L’histoire

Entre leurs deux peaux, le plus fin des espaces, à peine assez pour l’air, pour ce voile de sueur qui à présent refroidissait. Et pourtant, un troisième personnage, leur couple, s’y était glissé.

Un couple, années 90, Lotto et Mathilde, qui se marient au bout de deux semaines. Mathilde croit au talent de Lotto, qui au bout de quelques années finit enfin par obtenir la gloire en tant que dramaturge. Elle est la femme de l’ombre, qui soutient son mari, qui travaille pour deux en attendant que Lotto devienne quelqu’un. Le respect et les concessions règnent dans leur couple. Petit à petit on découvre que Mathilde omet de dire beaucoup de choses, même si elle ne ment jamais. On passe de la lumière à l’ombre. Mathilde est douce, Mathilde est discrète, Mathilde est mélancolique, et Mathilde s’appelle Aurélie. Deux parties dans ce roman, la première racontée du point de vue de l’extérieur, la deuxième par Mathilde. Ce roman nous prouve une fois de plus qu’on ne connait jamais vraiment l’autre, que le vent peut tourner à n’importe quel moment, et renverse l’idée du « rêve américain » (peut-être est-ce cela que Barack Obama a apprécié?).

Elle se surprit à penser que la vie avait une forme conique, le passé s’évasait à mesure qu’il s’éloignait du moment présent, à la pointe du cône. Plus on vivait, plus la base s’élargissait, de sorte que des blessures et des trahisons, quasi imperceptibles au moment où elle s’était produites, s’étiraient comme des points minuscules sur un ballon de baudruche qu’on gonfle peu à peu. Une petite tache sur l’enfant frêle se transformait en une difformité énorme sur l’adulte, impossible à franchir et aux bords frangés.

Le style

J’ai été assez déroutée par la prose imagée et très dense de l’auteur qui nous malmène dans les rapports de lieux et de temps, mais aussi par les personnages défoncés, artistes, lunaires… J’ai dû faire des efforts et revenir sur des phrases pour ne pas avoir l’impression d’avoir « raté un épisode ». J’étais comme dans une soirée où je ne connaissais personne, puis petit à petit, au bout de quelques verres je me suis sentie mieux. Malgré l’absence de fluidité je me suis glissée dans ce récit poétiquement désordonné mais aussi subtilement construit car les rapports inextricables du couple sont extrêmement bien décrits. C’est cette même écriture extraordinaire qui a propulsé le roman. Je conseille aux personnes curieuses d’en lire un extrait avant de l’acheter… ça passe ou ça casse !!

Le signe astrologique du roman

Cancer ! Mathilde est douce et patiente.Mathilde atteint ses objectifs en les affrontant de biais. Mathilde est une femme-enfant et d’ailleurs elle n’en veut pas. Elle est très mince, genre mannequin insaissible, pâle et désarticulée, on imagine aisément une Charlotte Gainsbourg qui représente plutôt bien ce signe astrologique. Avec sa mélancolie, Mathilde ne peut être que cancer!!

« Ton génie. Ta nouvelle vie. Tu es fait pour être dramaturge mon amour. Putain, heureusement qu’on s’en est rendus compte. »

Lauren Groff

Née le 23 juillet 1978 à Cooperstown dans l’État de New York, Lauren Gros est une écrivaine américaine. Pour son roman « Les furies » Lauren Groff a reçu un courrier officiel de Barack Obama estimant  » l’un des livres plus intéressants qu’il ait lu cette année » (2015).

Deux cigarettes dans le noir

signe-du-cancer-en-astrologie

« Au début de sa carrière, Pina Bausch faisait cours elle-même à sa troupe, elle formait ses rangs patiemment. Aucun professeur ne savait faire comme elle. Sa danse n’existait pas. Arquer les genoux, tituber. Piailler. Bouger le ventre vers l’arrière. Disloquer les hanches, personne ne connaissait. Chez Pina, tout était dans la peau. Le corps qui claque. Les bras nobles, les pieds nerveux, tordus, à cogner le sol avec insolence. Pina était cette femme bizarre. »

Le roman

Une nuit, Clémentine part à la maternité pour accoucher. Seule et dans la douleur de ses contractions, elle percute quelqu’un sur son trajet. Dans le déni le plus total, elle ne va pas s’arrêter et tracer sa route.

« Voilà je n’essaie pas de freiner, c’est trop tard. (…) Je continue ma route parce que j’ai mal au ventre. J’ai si mal au ventre. »

Quelques jours après la naissance de son petit Barnabé, cette jeune mère isolée, ouvrière et végétarienne, apprend la mort de la célèbre danseuse Pina Bausch lors de la fameuse nuit. Mortifiée, elle se remémore les cheveux gris et la cigarette allumée de la personne qu’elle a fauché. Elle a tué Pina Bausch en allant mettre son enfant au monde. Dès lors, en plus de l’angoisse de se faire découvrir, elle ne va plus cesser de penser à la danseuse. Elle veut connaître sa vie, ses ballets, ses chorégraphies, sa façon d’être. Elle surnomme même son fils Pina. Elle regarde les dvd de la danseuse, son bébé sur les genoux.

«  Pina montre l’amour comme il existe. Il n’y a rien de joli. C’est l’amour. Cela ne cherche pas à plaire. Orteils piétinés, griffures, lèvres rougies, irritées, on aime en s’abîmant. »

La façon qu’elle a de penser à Pina vire à l’obsession, qui elle même vire à l’identification.
Clémentine essaie de se remémorer l’histoire, que s’est-il vraiment passé cette nuit-là??
Sa meilleure amie la prend pour une folle, sa mère lui prend son fils qui ne grandit pas, elle se sent suivie, retrouve des messages anonymes dans sa boite aux lettres. Et son obsession pour Pina Bausch ne fait que grandir.

La question est là : la maternité, ce véritable tremblement de terre dans la vie d’une femme, peut-elle la rendre folle?

L’auteur passe de Paris à Wuppertal, en Allemagne, de la vie de l’une puis à l’autre jusqu’à ce que l’on se perde nous-même. Une sorte de manipulation psychologique des personnages et du lecteur habilement menée…

Mon avis

Difficile de ne pas être charmée par l’originalité de l’histoire! D’autant plus quand la maternité de la narratrice est contemporaine à la mienne ! L’auteur en parle d’ailleurs avec beaucoup d’intelligence et de finesse, sans jamais rentrer dans les clichés, puisqu’habilement il détourne le chamboulement que vit cette jeune femme en le transposant à la danseuse décédée, dont la biographie est très intéressante !

Tout est dramatique dans ce roman, il faut bien l’admettre mais comme l’héroïne, on tient le coup car le roman danse. Un scénario bien ficelé, actuel, dont on ressort joliment malmené, et bien sûr si l’on aime la danse, complètement charmé!

Le signe astrologique du roman

Cancer…
Le cancer symbolise la maternité, la fécondité, la création. C’est un signe d’eau, fait de douceur, doué pour l’art, la discrétion. Les signes d’eau sont dans l’irrationnel, dans l’émotion plus que dans le pratique. Le cancer est un signe qui aime se cacher sous sa carapace, comme la narratrice du roman, qui se fait toute petite, recluse et seule, dans son appartement.
Enfin, le physique de Pina Bausch, maigre presque décharnée, fumeuse, m’a rappelée celui de bons nombre de femmes cancer, à l’image de Charlotte Gainsbourg par exemple.

« Pina riait derrière ses mains, le sourire en coin, les yeux bas, la crainte d’être aimée. »

Un mot sur l’auteur

Julien Desfresne Lamy est né en 1987. Il est déjà l’auteur de deux romans. Il enseigne les lettres en région parisienne.

Citations et extraits du livre

« Bruno les aime féroces les filles. C’était bien ma veine. Il aime quand elles cognent et qu’elles dégainent une série de répliques mesquines. Une petite femme d’intérieur avec du caractère. Une qui peste à la venue improvisée des copains le soir mais qui dandine gentiment du cul. La preuve, il est venu me rechercher ce jour-là. »

« Je ne suis plus la même depuis ma grossesse. J’ai l’impression que mon corps me cache un secret. Je regarde la pendule, Barnabé qui fixe le plafond en silence, quelque chose m’ échappe. Grossesse, ça me fait penser à promesse. »
J’aimais danser car j’avais peur de parler. Pina Bausch