La vie intérieure

Ce livre est ma nouvelle Bible ! Il réveille ce Dieu présent en chacun de nous, celui qui accorde les êtres quelle que soit leur culture. Il est une homélie romancée de nos émotions et les citations littéraires qui le rythment en font un écrin de savoir et de plénitude.

A l’origine, Christophe André était diffusé dans une émission sur France-culture, l’Iconoclaste en a fait un livre de quarante chapitres et un CD.
Cultiver notre vie intérieure, c’est-à-dire prendre quelques secondes pour étudier nos affects et nos pensées, est sans doute inné. Pourtant, notre société hyperactive nous amène à considérer ces moments de méditation ou d’introspection comme une perte de temps.
Les quarante items sont classés eux-mêmes en trois groupes : ressentis, voies d’accès et expériences existentielles nous menant directement à visiter notre vie intérieure.
Elles sont des choses courantes de la vie, comme la maladie, l’échec, la fuite du temps. Ce sont des expériences qui nous forcent à nous arrêter, faire un bilan pour mieux repartir.
Christophe André nous donne des clés pour apprendre à faire le vide, sublimer toute sensation désagréable et décrypter nos émotions.
Concrètement ? Ne plus avoir peur d’être déçu, pardonner, écouter la musique sans rien faire d’autre, accepter, réfléchir au lieu de ruminer, marcher 10 minutes pour nettoyer l’âme, aller au petit coin sans son portable, écrire pour se découvrir, apprécier la nostalgie ou encore apprendre à être ivre sans boire d’alcool (celle-ci je la mettrais même dans la catégorie super-pouvoir).
Surtout, il décortique les ressentis pour mieux les aborder : la force de la tendresse, le danger de l’envie, le cercle vicieux de la jalousie, le sentiment de fraternité, la force de la honte ou la normalité du plaisir.

Il y a une grande qualité d’écrit, les phrases sont travaillées, le vocabulaire est riche et les citations parfaites ! Un livre à offrir à notre âme.

Si ce livre était un signe astrologique il serait …

sagittaire

Sagittaire ! Ce signe de feu éveille l’esprit à la spiritualité. Le sagittaire est symbolisé par une flèche montante, l’âme est amenée à s’élever toujours plus haut et plus loin, l’humanité vise à se dépasser constamment. Le sagittaire est philosophe, perpétuellement en quête d’apprentissage et de découverte. C’est un signe qui parle plus qu’il n’agit, son accomplissement réside dans l’extase intérieure plutôt que les actes. C’est un signe positif, tourné vers les autres pour mieux se comprendre soi-même.

La planète Jupiter régit ce signe, Jupiter symbolise l’expansion, elle n’est pas une planète tellurique mais une planète géante faite de gaz. Après Mars dans le bélier qui symbolisait la conquête personnelle et primitive, Jupiter représente la conquête collective organisée, le développement des grandes civilisations, l’énergie de la justice, de la loi.
Dans ce roman, le signe du sagittaire met en place un cadre légal permettant le développement de l’individu dans la communauté. Il est aussi le signe de la joie légitime, le bon vivant dont tous les voyages quels qu’ils soient sont pour lui une expérience épanouissante.

Par curiosité j’ai esquissé le thème astral de Christophe André après avoir écrit cette chronique. Il est né le 12 juin 1956, il est donc gémeaux, le signe complémentaire du sagittaire, sa part d’ombre ; jusque là rien d’extraordinaire ni d’illogique, jusqu’à ce que je remarque deux planètes (Jupiter et Pluton) placées au même endroit, c’est-à-dire une « conjonction » planétaire. Que signifie-t-elle?
⇒ Jupiter conjoint Pluton est un aspect associant l’expansion avec les forces de transformation, ce qui donne des moyens importants psychologiquement pour guider et conseiller autrui, grâce à un bon sens psychologique, un fort pouvoir de conviction, et une excellente perception des forces et des faiblesses des autres. Cela montre aussi que cet aspect de conseil peut s’effectuer dans un domaine secret, caché, ou non reconnu officiellement.
Christophe André obéit complètement au pouvoir de cet aspect planétaire et aurait fait également un excellent astrologue !

FullSizeRender-4

Une première expérience auditive

FullSizeRender-8.jpg

M’étant toujours persuadée que j’étais 100% visuelle et 0% auditive (j’ai toujours été incapable de comprendre un cours sans prendre de notes en même temps, je suis très mal à l’aise au téléphone etc…) j’ai cependant découvert les textes de ce livre par le biais du CD. La voix mélodieuse de l’auteur et son timbre apaisant m’ont hypnotisée, les citations lues par une voix féminine m’ont totalement touchée. J’étais dans les conditions optimales, j’avais profité d’un long trajet en voiture seule (sans enfants à l’arrière) et sur autoroute désert pour l’écouter complètement.
Lorsque je suis revenue à la version papier pour les besoins de ma chronique, je parcourais les chapitres à toute vitesse, le texte m’a paru moins magnétique, moins prégnant. J’ai vite compris à quoi cela était dû : si l’on peut réguler la vitesse d’une lecture, sauter des lignes ou des paragraphes, on ne peut faire de même avec un CD, et cela nous oblige à prendre le temps, à caler notre rythme sur celui de l’orateur. Pour ce genre de textes c’est tout à fait souhaitable et nécessaire, une expérience que je renouvellerai !

Citations

Le plaisir est l’objet, le devoir et le but de tous les êtres raisonnables.
Voltaire

Tu seras aimé le jour où tu pourras montrer ta faiblesse sans que l’autre s’en serve pour affirmer sa force.
Cesare Pavese

Je compris vite que l’ivresse sans vin n’est autre que l’état lyrique. Gide

Sans cesse occupé de mon bonheur passé, je le rappelle et le rumine, pour ainsi dire, au point d’en jouir derechef quand je veux . Jean-Jacques Rousseau

Quoi de neuf cette semaine ? Eparse chez Ernest Lire, David Hockney Prix Anaïs Nin 2018, L’invention des corps chez BOLD

Un début de semaine riche en évènements !!

Eparse dans la nouvelle BOX d’Ernest

Nous avons commencé la semaine avec un très beau partenariat, celui d’Ernest, un media littéraire qui aime les blogueurs !

Pour ceux qui ne connaissent pas Ernest :

« Découvrez un véritable guide d’achat pour vos livres ainsi que notre box de livres ! Pour parcourir de nouveaux horizons littéraires, pour sortir des critiques convenues, découvrez le magazine Ernest. Chez Ernest Mag, toutes les littératures sont à l’honneur. »

Proposé par Amandine de  Livresse Littéraire ,nous avons validé le roman Eparse de Lisa Balavoine publié chez Lattès en janvier 2018. Eparse est un roman sociétal qui parle à plusieurs générations, aux femmes comme aux hommes, à lire et à offrir… On le voit partout sur la toile depuis sa sortie, il représente la communauté Bookstagram à merveille ! Vous pouvez retrouver ma chronique ici, et l’interview de Bénédicte ici .

box contenu.jpg

Si vous voulez vous procurer la Box, cliquez sur ce lien

 

Vie de David Hockney élu Prix Anaïs Nin 2018

FullSizeRender-3.jpgCrédit photo @juliopatti

Lundi 12 février, dans le grandiose Théâtre de l’Odéon, s’est tenue la soirée de remise du Prix Anaïs Nin 2018. C’était une soirée magnifique et festive, plus d’une centaine de personnes étaient réunies pour remettre le Prix à la lauréate. Ce prix a été fondé en 2015 par Capucine Motte et Nelly Alard, il récompense une plume singulière et audacieuse, empreinte de poésie et mettant en valeur le monde anglo-saxon.

Après délibération, le jury a élu le dernier roman de Catherine Cusset  (cliquez ici pour lire l’article de Livre Hebdo) qui était en compétition avec le très beau  Fugitive parce que reine de Violaine Huisman.

Ce Prix 2018 récompense ainsi Catherine Cusset pour l’ensemble de son oeuvre.

A propos de ce roman :

FullSizeRender-1.jpg

Je peins ce que je veux, quand je veux, où je veux

Après l’histoire bouleversante de Thomas dans L’autre qu’on adorait , Catherine Cusset romance ici la vie du célèbre peintre David Hockney.

Naissance en 1937 à Bradford. Londres, New York puis la Californie, Los Angeles : SA ville, cette ville dont lumière et piscines ont fait la célébrité de ses toiles colorées.
On rencontre les personnages de sa vie, ses parents, ses professeurs et ses amants dont Peter, le seul qui lui ait causé un chagrin immense, représenté dans sa célèbre toile  Portrait d’un artiste, (en bas à droite sur la photo ci dessus).

On ne peut lire un tel roman sans aller enquêter et rechercher sur internet les oeuvres dont l’auteur décrit parfaitement la genèse. la toile de sa vie se déroule sous les événements qui ont inspiré ses plus grandes peintures.

Si je devais retenir une chose de ce roman c’est sans doute la ligne de conduite de David Hockney, celle qui l’a mené au succès dès ses 30 ans : travailler oui, mais peindre en se faisant plaisir, peindre ce qu’il aimait sans penser à ce qui se vendait. À contre-courant du mouvement abstrait il a su faire revivre le figuratif. David Hockney a surtout su mettre sur la toile sa liberté infinie de vivre et de penser.
Sa réussite ressemble à un conte de fée, celui du petit garçon d’un milieu modeste qui va vivre le rêve américain, mais c’est avant tout la vie d’un homme qui a su comprendre très tôt comment utiliser son incroyable don, ce personnage était créé pour interpréter le Prix Anaïs Nin! Bravo à la lauréate, en photo ci dessous entourée de Capucine Motte et de Nelly Alard les organisatrices.

FullSizeRender-2.jpg

Crédit photo : @juliopatti

L’invention des corps inaugure la section littérature dans Bold magazine !

Sans titre-1.png

J’ai l’immense honneur et joie d’inaugurer la rubrique Littérature de BOLD Magazine, média/mag culturel bimestriel basé au Luxembourg, gratuit et consultable sur le net.

Pour le premier mag de l’année, je reviens sur L’invention des corps de Pierre Ducrozet, Prix de Flore 2017, ce roman correspondant parfaitement selon moi à la cible du mag, mixte tendance masculine, moderne et résolument ancrée dans notre époque.

Pour les deux coups de coeur, j’ai nommé Les fantômes du vieux pays (The Nix) de Nathan Hill paru chez Gallimard à la rentrée dernière et Nos héros secondaires de SG Browne paru aux Editions Agullo. Ils s’inscrivent tous deux dans l’ère du temps et je l’espère plairont aux lecteurs ciblés par le mag !

Vous pouvez retrouver l’intégralité de ce nouveau mag Ici  et mon article p.22, et les suivants deux fois par trimestre !

sans-titre-e1518618001948.png
Bold mag #50

 

Ma première fois aux 68 premières fois

Enfin, cette semaine de février se caractérise par un dernier évènement : Les 68 premières fois ont lancé leur sélection !!

IMG_0268.JPG

C’est la première fois que je participe à cette aventure et je m’en réjouis! Félicitations aux organisatrices !

 

 

 

Soirée de remise de Prix 2017

Vendredi 26 janvier 2018, Librairie L’instant à Paris, s’est tenue la première édition du Grand Prix des Blogueurs Littéraires ! Environ quatre-vingt personnes étaient présentes autour d’un cocktail servi par François-Xavier Ferrol, gérant du restaurant Pirouette Paris Ier, pour couronner Bakhita, sublime roman 2017 de Véronique Olmi publié chez Albin Michel. 80 personnes, Auteurs, éditeurs et blogueurs confondus étaient présents, dans une ambiance festive et décontractée, et se sont laissés photographier toute la soirée par Albin Durand que je remercie infiniment pour sa prestation de qualité.

DSC_2866

Parmi les invités : David Foenkinos et Olivia de Lamberterie en guest star et marraine bienveillante, Eric Metzger qui écrit aussi bien qu’il nous fait rire dans Quotidien, François-Henri Désérable et son acolyte Clément Bénech, l’incroyable Sylvia Rozelier à l’origine de l’idée de ce Prix, la drôlissime Sylvie Le Bihan, les belles et inspirantes Charlotte Pons, Clarisse Gorockoff et Hadia Decharrière, ainsi que les talentueux Mahir GuvenJean-Baptiste AndreaSébastien Spitzer et Mathieu Ménégaux, venus avec un aplomb inégalables.

Au terme de mon discours dont je préfère oublier les hoquets et tremblements, Véronique Olmi s’est vue remettre un trophée de la part de notre communauté, ainsi qu’un encadrement de la photo de couverture du roman, provenant des archives du musée Nicéphore Niepce à Chalon-sur-Saône… ma ville! (les hasards sont souvent bons..)

DSC_2762

Notre lauréate, dans une interview qu’elle a donné au journal Valgirardin XVème a justement déclaré :

Je trouve cela bien de donner au livre des moments hors de tout ce qui est institutionnel, attendu, rituel. Là, tout d’un coup, une très belle surprise surgit, avec cette spontanéité, ce travail, cette énergie très joyeuse et très communicative.

La suite de la soirée s’est déroulée dans la même ambiance, rencontre, échanges et dédicaces entre blogueurs et auteurs adulés.

DSC_2912
Clément Bénech, Estellereads, unlivreparsemaine, François-Henri Désérable

Notre équipe s’est fait une joie d’accueillir, badger et orienter chacun et chacune. Je dois énormément à mon équipe de blogueuses, qui depuis la création du Prix a su innover, réfléchir, diffuser, partager… Parmi elles, je nomme Amandine de Livresse Littéraire, mon associée principale, trésorière du Prix, que je remercie énormément pour son aide au quotidien depuis le début. Il y a aussi Bénédicte d’aufildeslivres qui a géré l’actualité de la page Facebook du Prix avec une énergie incroyable, Charlotte de Loupbouquin ,  Céline de mes échappées Livresques, mais aussi Sarah, Alex de Bricabook et puis Carobookine et Julie Vasa dont le discours surprise à mon endroit m’a profondément touchée. Merci les filles !

DSC_2145.jpg
Sylvie Le Bihan, entourée de Céline, Caroline, et Sarah

Comme l’a parfaitement expliqué Solène (Larousse Bouquine) dans son article sur la soirée du Prix, les blogueurs étaient encore mal perçus dans le milieu littéraire. Trop libres, trop sincères, peu formés… et pourtant, cette soirée a permis à tous de constater à quel point ce Prix et cette union manquaient dans le paysage littéraire actuel, immergé constamment dans le bain des réseaux sociaux.

J’ai eu l’immense chance de vivre cela : une rencontre nécessaire et libératrice, une communion sincère et enthousiaste de lecteurs passionnés, ravis d’échanger avec leurs auteurs préférés ; des auteurs détendus, invités pour célébrer et non pour débattre, se défendre, ou encore se faire connaître.

DSC_2444.jpg

Nicolas Houguet, blogueur présent ce soir-là, a publié sur Facebook un superbe billet dans lequel il y a ce passage si émouvant :

Je me tiens un peu à l’écart de la foule qui ressemblait à celle d’une fosse de concert tant elle était nombreuse dans la librairie. D’un coup, je vois une forêt de téléphones portables s’élever. On se livre à des discours allègres sous des ovations enthousiastes. Tout ça, c’est de la joie.

Quand Véronique Olmi brandit le trophée qu’elle a gagné pour Bakhita, ouvre le beau cadre qui reproduit la photo de sa couverture avec l’allégresse d’une enfant un matin de Noël, un frisson d’intensité et d’émotion parcoure l’assistance. Et je l’éprouve aussi

Ce soir-là, j’ai vu des gens prendre conscience de leur voix et de leur nombre.
C’était comme assister au début d’un beau mouvement.

C’était une naissance.

Oui Nicolas, c’était sans doute cela que je cherchais, enfanter ce Prix c’était pour moi un aboutissement utile, une reconnaissance envers les réseaux à qui je dois tant de lectures enrichissantes, tant de rencontres éblouissantes. Bookstagram est une bulle d’air immense, une communauté qui certains jours, sauve, par sa disponibilité et sa bienveillance.

Tout cela s’est ressenti, le simple bonheur d’être ensemble, l’excitation de se découvrir, entre membres de l’équipe du Prix, mais aussi entre blogueurs, sans parler de la fierté immense de passer une soirée avec les auteurs comme s’ils étaient nos amis, comme si on les connaissait depuis toujours.

DSC_2240.jpg
Jean-Baptiste Andréa et Sandrine Babu, libraire

Jean-Baptiste Andréa, auteur de Ma Reine publiée chez L’iconoclaste , a su percevoir ce qui avait plu, a compris d’où venait la magie de la soirée. Il m’a envoyé ce mail au lendemain du Prix qui m’a tellement émue que je me suis promis, en tant que Présidente du Prix, d’en faire ma ligne de conduite pour les années à venir, afin d’en garder l’esprit intact.

Chère Agathe,
Merci encore pour la soirée d’hier. Tu as réussi l’exploit de monter en un court laps de temps un événement très réussi. J’ai la réputation d’être assez réfractaire à toute forme d’organisation formelle, tables rondes, exégèse, etc… et la soirée d’hier était à cet égard une vraie bouffée de fraîcheur. Décontractée, joyeuse, des amis réunis autour des livres plutôt que pour écouter des logorrhées.
J’espère que tu sauras préserver, dans les prochaines éditions, cette fraîcheur. Que tu résisteras à la pression de l’institutionnalisation, « d’essayer de faire mieux ». Car tu ne pourras pas faire mieux, c’était parfait comme ça.
Amitiés, 
Jean-Baptiste Andréa

Dans quel état pouvais-je être, autrement que comblée par cette première édition ? Merci à tous , et vivement l’année prochaine !!

Avant de finir en images je vous joins quelques posts Instagram dont la beauté des mots résonnera en moi longtemps tellement ils m’ont fait plaisir !

Le mot d’Hadia

Le mot d’Aurélie

Le mot d’Amandine

Le mot de Mademoiselle do Lit

Et enfin, quelques photos de cette sublime soirée…

DSC_3051

Crédit Photo : ALBIN DURAND @_albin_

Bilan lectures 2ème semestre 2017

Un semestre intense !

Je pourrais classer mes lectures en 3 petits groupes:

IMG_8525

1/ les deux romans marquants qui ont changé ma vie de blogueuse de l’extrême :

  • L’invention des corps de Pierre Ducrozet, mon ovni 2017, mon premier Flore (Rubrique Verseau)
  • Bakhita de Véronique Olmi, sublime roman indispensable que vous avez élu et dont je vous prépare la chronique

2/ les romans que j’ai littéralement adorés mais que je recommande au cas par cas (les goûts et les couleurs) :

  • De la bombe de Clarisse Gorockhoff, sous l’emprise onirique et sensuelle de sa prose magnifique (rubrique Lion)
  • Sous tes baisers d’Anne Goscinny, une analyse profonde et belle d’un amour impossible (chronique en cours)
  • Les fantômes du vieux pays de Nathan Hill, j’ai été éblouie par un tel talent (rubrique sagittaire)
  • le splendide L’avancée de la nuit de Jakuta Alikavasovic, que j’ai terminé en larmes et que je pourrais relire à l’infini (sagittaire aussi)

IMG_8526

3/ Les romans que j’ai aimés et que je vous recommande sans avoir peur que vous soyez déçus:

  • Point Cardinal de Leonor de Recondo, un roman qui interroge avec brio l’identité sexuelle de Laurent (rubrique Balance)
  • Les hautes lumières de Xavier de Moulins, haletant et actuel
  • Ma reine de Jean Baptiste Andrea, un conte philosophique subtil et doux (rubrique Cancer)
  • Le jour d’avant de Sorj Chalandon, un roman puissant et brillant sur le sujet difficile des bassins miniers mais pas seulement  (rubrique bélier)
  • Grand frère de Mahir Guven, un style nouveau et émouvant entre djihadistes et chauffeur Uber (chronique et interview en cours)
  • Gabriële des soeurs Berest, un roman ultra interessant et extrêmement bien documenté (rubrique scorpion)

 

Voilà j’ai essayé de faire léger… pour le bilan du premier semestre 2017, remonter le feed instagram en juillet, de mémoire il y avait Par amour, cœur naufrage, Je dansais, Grande section… Je vous souhaite à tous UN EXCELLENT RÉVEILLON 🌟

BAKHITA élue Grand Prix des Blogueurs littéraires 2017 !!!

C’est dans un match très serré que nous sommes fiers de vous annoncer votre lauréate, Bakhita de Véronique Olmi, publiée aux Editions Albin Michel. Bravo à l’auteur !

Presque 300 blogueurs ont voté et élu ce magnifique roman, talonné de près par Et soudain la liberté de Caroline Laurent et Le jour d’avant de Sorj Chalandon.

podium

Le peloton des dix premiers romans ci dessous :

peloton.jpg

Nous avons recensé une trentaine de romans cités, nous ne citerons ici que ceux mentionnés au moins quatre fois. Certains romans cités par nos votants ne faisaient pas partie des critères énoncés dans les modalités.

autres.jpg

La liste des participants et leurs comptes :

Les participants

Un grand merci à toute mon équipe du tonnerre sans qui rien n’aurait été possible, Amandine de Livresse littéraire mon associée hors pair, Bénédicte de Au fil des livres et son euphorisante page Facebook, Céline de Mes échappées livresques pour sa recherche minutieuse et chronophage de contacts libraires, Sarah de Sarahcontedeshistoires et sa soeur attachée de presse, Alexandra de Bricabook, Charlotte de Loupbouquin, Julie Vasa et Carobookine pour leurs contacts dignes d’une liste de la CIA,  et MERCI aussi à tous les votants, leurs partages hyper nombreux, leurs messages, aux éditeurs et aux auteurs pour leur bienveillance et leur soutien dans ce projet.

Et la suite ?

Tous les votants seront tenus au courant rapidement par mail de la date et du lieu de la soirée de remise de Prix qui nous l’espérons se tiendra en janvier. Une cagnotte Ulule sera mise en place pour nous aider à arroser au mieux les auteurs que nous convierons à cette soirée ! Restez connectés et partagez en masse notre lauréat !!!

Le communiqué de presse du jour :

CP Lauréat

Où en est le Prix ?

Bonjour à toutes celles et ceux qui ne suivent pas l’actualité du Prix sur Instagram ou Facebook. Voilà pour vous un petit Update afin de vous raconter à quel point le Prix se porte bien.

Depuis sa création il y a deux semaines, le 27 novembre dernier, 180 blogueurs de tous bords et de tous genres sont déjà venus voter pour leurs deux romans français de l’année 2017. Ils en ont profité pour faire part de leurs suggestions et j’ai énormément échangé avec ceux qui le désiraient.

Je tiens tout de suite à rassurer une grande majorité d’entre vous : l’année prochaine , un site internet sera créé avec une plateforme plus pratique et d’autres catégories, notamment Polar et littérature domaine étranger (il y a déjà un Prix créé pour la science fiction). Une sélection exhaustive des parutions sera disponible dès fin novembre 2018 et le votant n’aura plus qu’à cliquer et rentrer ses coordonnées.

Mais cette année il nous fallait être rapides et efficaces et surtout VISIBLES.

Grâce à une équipe de neuf blogueuses hors pair, voilà le travail accompli :

  • Création et gestion de la page Facebook  par Bénédicte
  • Création et gestion de la page Instagram par Agathe
  • Création du Logo du Prix par Amandine :

IMG_7828

  • Elaboration d’un Communiqué de Presse par Sarah
  • Relations Libraires  et Editeurs  par Alexandra et Charlotte
  • Elaboration d’un carnet d’adresses des éditeurs et Presse par Julie et Caroline
  • Recensement des contacts libraires français par Céline

Pour nous protéger juridiquement, j’ai créé une Association loi 1901, j’en suis la Présidente et Amandine la trésorière. L’association a déposé à l’INPI le nom de  Grand Prix des Blogueurs Littéraires. (GPBL).

Les éditeurs à qui j’ai envoyé le Communiqué de Presse sont très enthousiastes de notre démarche et nous soutiennent. Notre communauté est grande et bienveillante et apporterait à leur lauréat une visibilité et des ventes supplémentaires.

Au niveau des résultats du vote en lui-même, je ne vais pas vous révéler des noms, mais sachez que malgré votre entière liberté de vote, une bonne dizaine de romans français sont fortement appréciés, et se talonnent de très près, et leur classement change à tout moment c’est pourquoi rien n’est encore joué. Bien sûr certains votes encouragent des auteurs dont on a très peu parlé et recueillent donc des voies uniques, rassurez-vous tous les livres seront listés à l’issue du vote. La liste des votants et leurs noms de comptes et blogs seront aussi listés par ordre alphabétique sauf s’ils ne le désirent pas.

Le 20 décembre prochain, dans dix jours, nous connaitrons ainsi notre tout premier lauréat ! Nous nous activerons alors en coulisses pour l’informer ainsi que sa maison d’édition, puis tout préparer en vue d’organiser une soirée de remise de Prix qui sera à Paris dans une libraire heureuse de nous accueillir. Le lauréat recevra un trophée symbolique gravé de notre logo.

Nous cherchons des sponsors pour financer cette soirée, si quelqu’un a des idées nous sommes bien sûr preneuses.

Chaque votant recevra une invitation sur sa boîte mail dès que la date sera connue. Nous aimerions aussi inviter quelques auteurs contemporains et prévenir la Presse afin de marquer l’évènement… photos et rencontres euphoriques au programme.

Par la suite j’aimerais vraiment créer un bandeau pour le Prix et le diffuser en masse à toutes les librairies, il serait vraiment le symbole de notre travail !

A bientôt, et pour ceux qui n’ont pas encore voté , cliquez ici !

En bonus une photo de notre belle équipe (ne me parlez pas de parité, ce sera pour une prochaine fois) : Amandine (Livresse littéraire), Charlotte (Loupbouquin), Bénédicte (aufildeslivres), Julie (Julievasa), Sarah (sarahcontedeshistoires), Alexandra (Bricabook), Agathe (moi), Céline (meséchappéeslivresques) et Caroline (carobookine)

FullSizeRender

 

 

 

Agathe the Book par Au Fil des Livres

Dans le cadre du Grand Prix des Blogueurs Littéraires, Bénédicte du blog Au fil des Livres a eu la bonté de s’intéresser à mon cas…

Mon interview par Au Fil des Livres

Agathe, elle est un peu spéciale ! C’est la première blogueuse que j’ai suivie avec beaucoup d’attention (bon y’a aussi Candice de mybooksntea, mais là, c’est autre chose, c’est la blogueuse de mon cœur ! – pour ceux qui l’ignorent encore, Candice, c’est ma fille chérie ! – ). Bref, Agathe, elle m’emporte avec ses chroniques aux mots si justes. Je la lis avec assiduité, ses choix littéraires étant très similaires aux miens.

Je propose de vous la présenter.

 AFDL : Bonjour Agathe du blog « Agathe the Book », et si nous faisions connaissance !

Agathe : Bonjour Bénédicte ! Quel honneur de soudainement rentrer dans tes célèbres « Rencontres avec » et ainsi de répondre aux questions plutôt que les poser ! Je salue ton audace, interviewer une de tes congénères, c’est très novateur. Mais après tout, et c’est ce que j’essaie de faire comprendre avec la création du Grand Prix des Blogueurs, derrière chaque chronique il y a un lecteur assidu qui pense ou qui espère ; un peu de reconnaissance n’est pas de refus.

 AFDL : Qui es-tu Agathe ? 

Agathe: Je suis une jeune femme de 31 ans idéaliste et passionnée, c’est à-dire une forcenée sensible. J’y crois, et puis je doute, et puis j’y crois. Je ris trop fort, je pleure pour rien et je parle trop vite. Mon truc préféré, c’est refaire le monde l’été en buvant du vin sur ma terrasse, en fumant des clopes ; j’ai arrêté de fumer mais ça peut rester mon truc préféré n’est-ce pas ?

J’ai peur de parler au téléphone, j’ai horreur des rez-de-chaussée et plus encore des jeans stretch : à force de les remonter j’en craque les passants de ceinture et ça me rend hystérique.

Dans ma tête je suis écrivain et dans les faits je suis dentiste (je sais le gap est profond). Je suis également maman de deux petites nénettes et astrologue depuis toujours (les planètes permettent de tout expliquer, c’est vraiment pratique). J’ai écrit un premier manuscrit cette année, c’était quelque chose que je voulais me prouver, il est sans doute un peu maladroit, comme un post-ado qui ne maitrise pas bien sa force. Je l’ai envoyé mais sans réponse positive pour l’instant, alors je suis en train d’en concevoir un deuxième dans ma tête car j’ai adoré cette expérience.

Ah j’oubliais, mon activité principale c’est blogueuse littéraire, c’est à dire voler du temps pour lire et chroniquer des livres neufs. C’est ma nouvelle addiction depuis maintenant deux ans. Si j’ai du monde à la maison je pense à toutes ces chroniques perdues et ces pauvres livres qui n’ont pas été lus. Oui je commence à devenir antisociale et alors ? Je n’ai jamais rien trouvé de mieux que dans les livres, l’écriture, ou les bras de mon amoureux.

AFDL : Où peut-on te suivre ?

 Agathe : 

  • Sur instagram, où je ne déconnecte jamais : @agathe.the.book
  • Sur facebook qui finalement n’est pas mort : Agathe the Book
  • Sur mon astroblog pour les livres que je juge importants : agathethebook.com

AFDL : Depuis combien de temps tiens-tu ton blog et pourquoi as-tu eu envie de le créer ?

Agathe : Pour être honnête, depuis deux ans, je regarde de loin la personne en blouse blanche s’activer au-dessus de corps tremblants et douloureux, l’aiguille et la fraise en main, en me demandant qui elle est. Ah mince c’est moi. Je vais avouer deux faits que j’assume depuis peu à défaut de m’en vanter :

1/ Je me suis complètement trompée d’orientation.
2/ Instagram m’a sauvée.

J’ai commencé Instagram fin 2015, à transformer petit à petit mon compte narcissique (bouche en cul de poule et compagnie) en compte littéraire, à changer mon pseudo, à discuter avec la communauté Bookstagram.

Puis j’ai créé mon blog début 2016 (avec beaucoup de mal, je ne maitrisais pas le concept de plateforme et son champ lexical inconnu). L’idée du blog c’était de ranger mes chroniques. J’étais obsédée par le Menu. Je n’aime pas trop cette idée communément admise du blog de ne pas retrouver les plus « vieilles » chroniques. Alors comme pour moi chaque chose dans la vie possède un signe, j’ai inventé un astroblog littéraire. Je pensais être seule dans mon délire mais une bonne centaine d’âmes charitables m’y ont rejoint. J’essaie de ne pas surcharger mon blog, je travaille plus la qualité que la quantité. Sur Instagram je me lâche un peu plus 😉

AFDL : Ce blog t’a-t-il permis de faire de belles rencontres ? Lesquelles ?

Agathe : Je ne les compte plus ! Entre le noyau dur Bookstagram qui n’a jamais cessé de s’élargir, les blogueurs sur wordpress, les échanges virtuels devenus réels avec les auteurs et les maisons d’édition, rétrospectivement je veux insister sur le fait qu’instagram est un outil prodigieux et une communauté bienveillante ! Il ne se passe pas une journée sans un échange enrichissant avec un écrivain ou une nouvelle découverte. Quand je vois tout le chemin parcouru et les rencontres faites depuis deux ans grâce à mon portable et à cette application… Je suis de celles qui aiment être stimulées intellectuellement et je suis servie ! J’aime la littérature pour tout ce qu’elle comporte d’infini. Je n’aurai jamais tout lu, et c’est excitant.

Si tu veux je peux citer non exhaustivement quelques bookstagrameurs avec qui j’aime échanger :

@Auxfilsdeslivres 😉 @sososmoodsbooksandmore @livres_à_lire @geraldinebookine  @nicolashouguet @livresselitteraire @bricabook @sarah_contedeshistoires @aurelie_et_écrit @virginie_vertigo @mille_et_une_femmes @madame.tapioca @lectrice.urbaine @loupbouquin @carobookine @books_njoy @mesechappéeslivresques @Souadzart @sophlieb @cathdelamanu @abracadabooks @petite.lectrice @juliettyjy @charlie_et_ses_droles_de_livre @isa.boooklovers @la_kahena @hamisoitil @biblioo.philia @lestudiolittéraire @charriermanuel @julit.des.bouquins @delphine.olympe @voyages_en_prose @petitesourisbook @dingue2livres @abookisalwaysagoodidea @blablabooksandco @autistreading (vraiment fan de son pseudo à lui !!)…etc etc.. (j’en oublie plein bien sûr…)

Au niveau des auteurs je pourrais en citer beaucoup avec qui j’ai eu de courts échanges galvanisants, Charlotte Pons, Sophie Henrionnet, Jon Monnard, Gautier Battistella, Claire Berest, Mélanie Chappuis, Jakuta Alikavasovic…

Cependant deux écrivaines primo-romancières sont devenues de véritables amies et je corresponds avec elles toutes les semaines :

  • Hadia Decharrière, qui a publié Grande Section chez Lattès cette année, dentiste/écrivain/taureau/comme moi, mon modèle ! Elle m’appelle ma petite jumelle et quand elle fait ça je rosis de plaisir.
  • Clarisse Gorockhoff, qui a publié De la Bombe chez Gallimard cette année aussi. Je suis fan de cette nana, elle est envoûtante, brillante, c’est une artiste complète, elle est jeune et fraîche, je lui souhaite une grande carrière.

AFDL : Quels sont les partenaires de ton blog ?

Agathe : Principalement les éditions Lattès et Gallimard, et dernièrement L’iconoclaste pour mes Astronews, je suis ravie de paraître sur leur site internet.

Je ne démarche pas les éditeurs, et je les laisse m’envoyer ce qu’ils considèrent me correspondre.  Souvent c’est génial. J’ai un grand respect pour les attachées de Presse Laurence Barrère et Pascale Richard.

AFDL : Quel genre de lectures aimes-tu principalement ?

Agathe : Tout ce qui vient ou va sortir. Je suis comme un homme d’âge mûr qui reluquerait les midinettes. Je voue une infinie tendresse aux classiques, mais je ne peux m’empêcher d’acheter les petits nouveaux.

AFDL : Quels sont tes 3 derniers livres « Coup de cœur » Pourquoi ?

Agathe : « L’avancée de la nuit » de Jakuta Alikavasovic, une superbe histoire d’amour et d’ambiance, il a un souffle inimitable, indéniablement celui qui m’a le plus transportée cette année. Mes deux autres coups de cœur en date sont « Sous tes baisers » D’Anne Goscinny, un court roman sensible, remake moderne d’Anna Karénine, et le très contemporain « L’invention des corps » de Pierre Ducrozet.

AFDL : En parlant de « coup de cœur », tu as initié le projet du « Grand Prix des Blogueurs littéraires », peux-tu nous en dire davantage ?

Agathe: Volontiers. Ce projet suscite l’enthousiasme et j’en suis vraiment ravie. J’ai beaucoup de retours et de votes, en quelques semaines le résultat va déjà être significatif et révélateur de la communauté !

Je pense que ce Prix est nécessaire et j’y crois à fond. J’ai la chance d’être énormément aidée et même si je l’ai initié, beaucoup sont ceux qui se sont spontanément sentis investis et j’adore ça, un projet porté par nous tous !

Ce que je voudrais souligner par ce Prix, c’est notre valeur. Pour l’anecdote, j’ai eu la chance de rencontrer Pierre Ducrozet, mon grand coup de cœur justement. Suite à ma chronique j’ai été conviée à sa remise du Prix de Flore à Paris. En m’apercevant il s’est écrié « Oh ! Agathe The Book!! » avec un grand sourire lumineux. J’ai échangé avec beaucoup d’écrivains et la soirée fut excellente, moi qui redoutais d’être une imposture, j’y avais en fait toute ma légitimité. Car je les ai lu pour la plupart, je vis pour les livres, les mots. Comme tous les autres blogueurs !! Les écrivains attendent de plus en plus nos retours ; notre avis et notre sincérité pèsent beaucoup dans la balance.

Ce Prix n’est donc pas un énième prix littéraire de l’égo ou de la frustration : il est la logique même de tout ce travail entrepris par les blogueurs et leur investissement dans la littérature française. Il est le Prix de la vérité et du coup de cœur littéraire !

Alors venez voter avant le 19 décembre minuit !!

AFDL : Quelles sont tes trois prochaines lectures ?

Agathe: Je vais me lancer dans « Le jour d’avant » de Sorj Chalandon, « Mistral perdu ou les événements » d’Isabelle Monnin, dont ta chronique (ici) et interview (ici) m’ont donnée très envie, et « Pourquoi les oiseaux meurent » de Victor Pouchet.

AFDL : Un dernier mot … ou plus … ou beaucoup plus …

Agathe: Quand est-ce que je t’interview? 😉

AFDL : Quand tu veux ! Merci beaucoup Agathe et au plaisir de te lire prochainement 🙂