Mes 7 livres marquants

Challenge prescription médicale, ordonnance faite par Charlotte Milandri que je remercie.
Un livre marquant par jour pendant 7 jours.
Forcément je vous mets les 7 d’un coup car je suis une grande rebelle.

L’été provoque souvent l’envie de faire des bilans et des remises en question, c’était l’occasion de fureter dans ma bibliothèque, de replonger dans des sensations inédites et d’avoir la réponse toute prête à cette question que l’on me pose parfois. Et toi Agathe, quels sont les livres qui t’ont marquée ? Euuu… (panique totale, aucun titre ne me venant à l’esprit)

Un livre marquant c’est quoi ?

Les livres marquants sont ceux qui vous changent et vous transforment. Ils sont ceux que je pourrais emmener sur une île déserte ou éventuellement dans ma pierre tombale —s’il faut vraiment passer par là.
Notons qu’il est beaucoup plus confortable d’en donner sept qu’un seul, car il est très difficile de trouver LE livre qui nous représente complètement, même 7 titres c’est encore trop peu. Il manque Kundera, Foenkinos, Ducrozet, Ernaux, Bourdeaut et tant d’autres à cette liste… Cela rejoint d’ailleurs ma théorie sur les tatouages, (petite digression) je connais très peu de gens qui n’en ont qu’un, et ces derniers projettent souvent d’en faire un autre, car un seul dessin est insuffisant pour définir les êtres complexes que nous sommes; voilà pourquoi on peut se retrouver la peau couverte d’encre ou mourir sous une pile de livres… grâce à notre immense complexité d’âme.

Pour ma part, je ne pense pas avoir des goûts très hétéroclites, je suis plutôt du genre passionnée, j’aime les premiers romans, les textes initiatiques, les jeunes auteurs, amoureux, décomplexés et sincères. Je suis loin d’être une intello de service comme le pensent mes proches qui ne lisent pas et qui ne savent pas à quel point les pages qui m’accaparent regorgent d’humour, de sexe et de psychologie humaine.

Pour moi un livre marquant doit être avant tout accessible un tant soit peu et ne jamais essayer de larguer son lecteur, tout en nous bluffant. Il doit nous procurer un état de grâce, nous faire voler, nous transcender. C’est ce qu’il m’est arrivé avec ces livres-là. Après eux, je n’ai plus été tout à fait la même.

N’ayant fait aucune étude littéraire, mes livres marquants ne sont ni Flaubert, ni Cohen, ni Proust. J’essaie régulièrement de les lire mais la magie n’opère pas. Pour Proust, une fois arrivée à l’épisode de la madeleine, je n’étais plus intéressée; (c’était la page 50/1200). Mea culpa.
Globalement, j’ai besoin de me sentir concernée dans mon époque. J’aime la littérature d’aujourd’hui, j’aime ces auteurs minimalistes au regard neuf qui ne m’emmènent pas dans des époques révolues et des descriptions géographiques à dormir debout. Je ne suis pas une nostalgique, je me dis que les meilleurs livres ne sont pas encore écrits. Conséquemment, je ne prône aucun élitisme, je ne critique jamais ceux qui lisent les auteurs à succès ou livres dits commerciaux.

Mes livres

  • Commençons par Beigbeder qui fait partie de mon top 7. On peut lui jeter la pierre Pierre, mais heureusement qu’il était là pour dépoussiérer la littérature, pour que chacun réalise que oui, lire et écrire, c’est fun, c’est ultra ouvert, on peut faire ce qu’on veut avec les mots aujourd’hui. Ce n’est pas réservé aux vieux sages à lunettes. Tout le monde peut le lire et se retrouver dans ses textes sans avoir fait Kâgnes, il ne sombre jamais dans le pathos, il ironise pour toucher son lecteur, pour autant il assure un certain niveau de syntaxe et de vocabulaire.
    Mon exemplaire de L’amour dure trois ans en Folio est d’époque et j’en ai souligné l’intégralité. Je l’ai lu en post adolescence, j’ai trouvé ce roman audacieux, je voulais que tout le monde le lise. Il est bourré d’aphorismes intemporels. Il est drôle et réaliste. Beigbeder m’a ouvert une grande fenêtre de possibles. Malgré la voie scientifique que j’avais choisie, il m’a donnée la joie d’aimer lire et l’envie d’écrire. Je l’assume sans problème, ma passion est venue grâce à lui, (comme sans doutes plein de midinettes), et je l’admire éternellement.

 

  • À la même période et un peu dans le même style, j’ai lu « Hell » de Lolita Pille, (quelqu’un pourrait me dire ce qu’elle est devenue ?) et ce drame moderne a été une grande claque pour la jeune fille que j’étais. À l’époque il a fait grand bruit, et même si aujourd’hui il est devenu peut-être un peu désuet, notamment le thème de la jeunesse dorée maintes fois exploré depuis, quand vous avez vingt ans et que la première phrase de votre roman chez Grasset est « Je suis une pétasse », le livre a intérêt d’être costaud. Et il l’est. Trash, sombre, mais unique. Et elle me manque cette Lolita !

 

  • Quand je suis follement tombée amoureuse j’ai lu « Le diable au corps » de Raymond Radiguet (peut-on le considérer comme un classique celui-ci et par la même occasion sauver mon honneur ?) Je ne l’ai lu qu’une seule fois et pourtant ses phrases se sont gravées intégralement en moi, notamment la dernière, sur l’ordre qui revient toujours se remettre de lui-même autour des choses. Chef-d’œuvre d’un génie parti trop tôt.

 

  • Heureusement Radiguet a ressuscité sous le nom de Sacha Sperling, (Radiguet croisé avec Rimbaud). À 18 ans, il pondait cette petite merveille « Mes illusions donnent sur la cour », une poésie et un style unique, j’ai su immédiatement que je lirai tous ses livres jusqu’à la mort.

 

  • Et puis j’ai découvert Alice Ferney, une bombe atomique de la littérature, «L’élégance des veuves » est l’indispensable à lire après une maternité. Cet ensemble de tableaux familiaux explore l’amour maternel, sa pureté, son intransigeance aussi, il est à la fois court et superbe, il m’a marqué à vie.

 

  • En 2017, j’ai clôturé l’année sur « L’avancée de la nuit » de Jakuta Alikavasovic, une histoire d’amour mêlé au lien mère-fille, il n’en fallait pas tant pour me subjuguer. Une lecture un peu exigeante mais quel souffle, quelle grâce !

 

  • La grâce, je l’ai aussi ressentie très récemment avec « Fils du Feu » de Guy Boley, c’est comme si d’un coup je croyais en Dieu. (Le dieu de la lecture peut-être ?). L’auteur écrivait son premier roman à 64 ans en 2016, et c’est comme s’il prenait son souffle à la première ligne et qu’il finissait d’expirer à la dernière.
    J’ai senti que mon coeur s’arrêtait et que je venais de lire un roman inoubliable.

Et vous, quels sont vos romans marquants ? J’invite tous les motivés !

A très vite pour la rentrée littéraire !

 

 

L’avancée de la nuit

« Elle était de ces gens qui détruisent tout et appellent ça de l’art. »

Paul est alors étudiant. Enfant de l’immigration, n’ayant que peu de moyens, il travaille à l’hôtel Elisse pour financer ses études d’architecture. Dans cet hôtel réside l’héritière, Amélia Dehr, jeune femme à la chevelure rousse incandescente, chambre 313. Son père fortuné ne s’occupe plus d’elle depuis longtemps, depuis que Nadia sa mère les a abandonnés, lorsqu’Amélia avait dix ans. Nadia avait une mission sur terre, celle de faire de la poésie documentaire, elle est repartie à Sarajevo, se frotter à la guerre, et sans doute y mourir.

Paul et Amélia s’aiment alors passionnément. Ils partagent le même déracinement, le même cours d’architecture aussi, celui d’Albers, femme androgyne qui a connu la mère d’Amélia. Albers est une femme intelligente et visionnaire, qui suivra les protagonistes pendant presque tout le récit. Avant leur liaison, Paul est en compétition avec Amélia, jaloux de la connivence qu’elle entretient avec cette professeure qu’il admire.

Amélia était déjà qui elle était; ce qui à l’époque sembla une bénédiction à Paul, avant de lui apparaître, avec le temps, comme une tragédie. Elle était déjà qui elle était : il ne lui restait donc plus qu’à se défaire.

Paul est fasciné par Amélia, parce qu’ils ne sont pas du même milieu, mais aussi par tout ce qu’elle lui apprend, par sa vision du monde. Il n’y a désormais plus qu’elle qui compte: « Paul vécut son premier amour comme une détresse, un deuil aigu de tout ce dont il avait ignoré l’existence ».

Et puis un jour Amélia s’en va. Elle l’abandonne, ne sait pas aimer. Partir parfois, semble être bien pire que mourir. L’être quitté ne peut s’empêcher d’espérer chaque jour de revoir l’être aimé; l’enfant abandonné cherche désespérément un fantôme qui n’existe pas.
Pourquoi Amélia est-elle partie ?

« J’avais autre chose à faire que d’être amoureuse. Etre amoureuse, c’est une façon de ne pas vivre. »

Amélia ne peut se remettre de l’abandon maternel. Comment s’en remettre d’ailleurs, comment peut-on transmettre l’amour que l’on n’a pas reçu? Comment avancer ? Mais Amélia ne retrouvera pas sa mère. C’est sur cet échec qu’elle va revenir dans la vie de Paul.

« Avant de retrouver ma mère et d’échouer, dit Amélia, je n’avais pas compris à quel point tout est relatif. A quel point on peut être à la fois vivante et morte. »

La guerre, Amélia ne l’a pas connue et pourtant tout la pousse à retourner sur ses traces, à enquêter le passé, à sonder ce qu’on ne lui a pas dit et qu’elle sait au fond d’elle. Retrouver des témoins, là bas, à Sarajevo. « La ville était leur mère. La guerre était leur mère. » Paul voudrait cadrer Amélia, la rendre heureuse, achète un appartement pour la regarder déambuler à l’intérieur, pieds nus, seulement vêtue de sa chemise à lui. Mais elle semble toujours ailleurs, elle est pire qu’insatisfaite, Amélia semble satisfaite de tout, donc jamais heureuse de rien. Elle ne fait que disparaitre sans prévenir, et réapparaître sans prévenir aussi. Paul n’en peut plus. Commence alors la partie la plus difficile de leur amour, celle qui consiste à construire là où le meilleur est terminé.

Dans cette succession d’amours et d’abandons, on cherche au plus près la vérité, la lumière dans l’obscurité de la nuit. Faut-il répéter l’histoire pour la reconstruire ?

« Paul l’avait aimée et il n’avait aimée qu’elle, et même lorsqu’il disait ne pas l’aimer, lorsqu’il ne voulait pas l’aimer, il l’aimait encore. Elle était le coeur qui battait dans sa poitrine, ce coeur puissant, en apparence infatigable, quand elle, Amélia, était si fatiguée.»

Mon avis

Ce livre est un très très beau roman. Inspirant et sublime… Ces mots me paraissent dérisoires face à l’émotion qu’a suscitée ma lecture. Je peux relire la dernière page de ce livre à l’infini et pleurer autant à chaque fois, c’est l’histoire d’un amour tragique et magnifique, mais pas seulement.
Déjà, l’auteur a une façon d’aborder les thématiques comme vous ne l’avez jamais lu ailleurs. Ultra poétique, métaphorique, les grandes phrases vous envoûtent dans des rouleaux de vagues infinies pour un style narratif hors du commun. Vous commencez par être aspiré par son flux, en emmagasinez les tensions, les sous-entendus, pour au final exploser d’émotions au fur et à mesure du roman.
Ces longues phrases vous demandent également du temps, exigent d’être relues parfois, pour en saisir tout le rythme, l’intensité, pour en comprendre les messages cachés, c’est une lecture qui demande du calme, la nuit, le silence, l’obscurité.
« Il faudrait rendre son obscurité à la nuit. » Le roman regorge de phrases de ce genre, entre réflexions urbaines (y-a-t-il trop de lampadaires?) et philosophiques : rendre l’obscurité à la nuit, peut-on seulement arrêter la lumière, arrêter d’être éclairé en somme, faut-il cesser d’être aveuglé pour mieux y voir?
C’est peut-être en cela que ce roman est si plaisant, comme il requiert du temps, et du calme, de la patience, il nous permet une petite pause dans notre vie, un souffle, un apaisement.
Le thème de l’abandon suit tout le roman : Nadia abandonne sa fille, Amélia sa famille, pourquoi tout quitter? Ces femmes partent et pourtant on continue de les aimer, de les attendre, Paul aimera profondément Amélia toute sa vie, même dans l’absence. Ici, l’amour dépasse la présence, les mots, c’est un amour impossible à vivre et donc à oublier.
Ce roman nous parle de la ville, de son commencement et de sa fin, l’auteur a été profondément marquée par la guerre civile en Bosnie, mais le livre ne se veut absolument pas être un document, on n’y apprend rien, ce n’est pas le but ici, plutôt la reconstruction des êtres, leur impossibilité. Tout y est flou, abstrait, ou essentiel. Les êtres qui circulent dans le roman sont habités ou devenus à moitié fous d’épuisement, d’attendre, de comprendre. Tout le monde veut fuir mais comme le répète l’auteur à maintes reprises dans le récit, comme un refrain tragique :

Et si le monde est grand, on ne peut pour autant en sortir.

Le signe astrologique du roman

Sagittaire, le signe d’Amélia, un signe mutable. Mutable non pas dans le sens instable, mais parce qu’elle est insaisissable, déjà ailleurs, elle sait le monde, elle le conçoit dans toute sa globalité, elle est là où on ne l’attend pas, elle n’a forcément besoin de confort, elle a toujours besoin de ce qu’elle n’a pas. Le sagittaire peut partir sur un coup de tête, car il doit toujours partir quelque part.
Le mental du sagittaire est par nature plutôt philosophique et peu pratique. Le sagittaire aime étudier, comme le personnage d’Albers, qui choisit une vie de recherche et de thèse plutôt qu’une famille. A ce propos, le sagittaire se révèle un parent bien plus attentif à l’abord de l’adolescence et la vie adulte que durant la phase de la maternité et petite enfance, trop concrète, trop primaire pour ce signe d’esprit.

L’auteur (source : babelio)

DDfUK7FWAAAqoyT

Jakuta Alikavazovic est née en 1979 d’un père monténégrin et d’une mère poète bosniaque. Elle suit ses études à l’École normale supérieure de Cachan, séjourne aux États-Unis, en Écosse, en Italie. Agrégée d’anglais, elle enseigne à la Sorbonne tout en poursuivant une thèse sur « les cabinets de curiosités et les chambres de la mémoire ».

D’abord auteur pour la jeunesse, elle publie en 2006 Histoires contre nature, un recueil de nouvelles qui révèlent déjà un imaginaire original et une plume très prometteuse. L’année suivante paraît son premier roman, Corps volatils, pour lequel elle reçoit le Goncourt du premier roman et des critiques très élogieuses. En 2010, elle publie Le Londres – Louxor, confirmant non seulement son talent, mais également ses influences et inspirations, qui viennent aussi bien du roman noir, du cinéma muet, de l’architecture, que de l’histoire de ses propres origines. Elle publie « La Blonde et le Bunker » aux Éditions de l’Olivier en 2012.

Extraits

Elle voit l’amour qu’il a pour une fille riche, un amour fou, elle voit aussi que cette fille riche, comme toutes les filles riches, trouve dans l’ordre des choses d’être aimée, est incapable de ce genre de sentiment, a d’autres problèmes. Elle rit de l’échec de Paul. De tous ses échecs, présents et à venir. Elle rit, mais pas cette nuit, pas à quatre, cinq heures du matin, pas devant Paul dont le coeur, dans une minute ou deux, va se briser.

« Il dit qu’entre ses bras il avait cru que son coeur à lui battait sous sa peau à elle.»

« Nos vies sont inventées. Plus le temps passe, plus nos vies sont inventées. »

Une ville peut-elle mourir de peur? Qu’est-ce qui meurt dans une ville qui meurt de peur? Dire qu’elle a passé sa vie à se demander ce qui meurt, dans une ville qui meurt de peur.