Pour qu’un ciel flamboie

« Et quand vient le soir, pour qu’un ciel flamboie, le rouge et le noir, ne s’épousent-ils pas ? »

Quarante ans que l’auteur de ces mots,  Jacques Brel, nous a quittés, vingt ans que Véronique de Fombelle a perdu son mari. Ce récit très émouvant à l’écriture magnifique retrace une très belle histoire d’amour qui aura duré vingt-sept ans, avant que la maladie ne la stoppe brutalement. Véronique revient sur la mort de Laurent, son partenaire, son ciel, sa vie, et offre une perspective de ce qu’est la vie après le bonheur : une multitude de petits bonheurs.

Profondément optimiste mais réaliste, lors du deuil, Véronique a naturellement repoussé la vie avant de la reprendre à nouveau et de s’y accrocher. Elle continue d’aimer son mari après la mort, le « rechoisit chaque matin », car c’est avec lui qu’elle veut continuer le chemin.

Elle avait encore quatre enfants à la maison lorsque Laurent est parti : pour elle, pour eux et pour les autres, elle est devenue thérapeute, spécialisée dans l’accompagnement affectif. Dotée d’une nature positive, elle nous apprend à se griser d’un rien, s’émerveiller d’un matin, et c’est ainsi que dans les pires épreuves la vie et son souffle surpuissant reprennent naturellement leurs droits.

Il était l’homme de ma vie. Parce qu’il donnait sens à cette vie qu’il rendait inattendue, drôle, touchante, créative, heureuse. Passionnée et passionnante.

Elle ne dit pas qu’il n’y a pas eu d’épreuves, sa vie de couple a été comme les autres, semée d’embûches ; elle avait simplement trouvé celui avec qui la vie n’était jamais fade,  dont elle admirait les idéaux, dont la fantaisie et la fibre artistique lui correspondaient.

Je sais aujourd’hui qu’il est dangereux de pactiser avec tout ce qui nous enténèbre : la peur, les soucis, le retour sur le passé, la culpabilité, la rancune. Le piège se referme vite. Mais j’ai constaté pourtant qu’il pouvait exister paradoxalement une sorte de soulagement, presque de douceur, à se laisser aller parfois à plonger -ponctuellement, tout le secret est là- dans la peine, l’inquiétude, la nostalgie. A jouer avec le feu en quelque sorte, et à constater que la lumière résiste.

Le signe astrologique du roman

Lion !

Un signe solaire pour ce livre et cette femme d’une élégance et dignité absolue, pour la façon dont elle rayonne autour d’elle son amour et goût de la vie. Son mari était son ciel, son tout, et il continue de l’être, même après la mort, le roman met en scène l’élévation de l’âme à tout niveau. D’une bienveillance chaleureuse, la résilience est transcendantale, le natif du Lion ne s’abaisse jamais, il combat, c’est un signe loyal et fidèle à ses principes. Son visage affiche confiance et joie de vivre.

L’auteure :

(source : L’iconoclaste)

Véronique de Fombelle se partage entre son métier, psychologue et thérapeute de couple, sa grande famille et ses amis. Passionnée de voyages et de découvertes, elle déborde d’une énergie et d’une curiosité communicatives. Pour qu’un ciel flamboie est son premier livre. Timothée de Fombelle, un  de ses fils, a publié Neverland en 2017 chez L’iconoclaste également.

 

Je ne suis pas une héroïne

« Un livre qui parle d’amour et d’identité française » résume Nicolas Fargues, évoquant son dernier roman.
« Un livre au pari risqué ! » me suis-je répétée durant la lecture.
Se mettre dans la peau d’une femme en évitant les poncifs était un défi audacieux et admirablement réussi. Au demeurant, un pari peut en cacher un autre, car l’auteur a décidé que sa narratrice serait noire.
Loin de vouloir faire de son roman un essai anti-raciste, Nicolas Fargues s’intéresse ici au multiculturalisme : omniprésent aujourd’hui, comment l’abordons-nous ? Sommes-nous si à l’aise derrière nos grands discours ? Comment cohabitons-nous ?

Géralde n’a pas grand chose à perdre en quittant Paris pour la Nouvelle Zélande afin de rejoindre Pierce qu’elle connait à peine. Elle est parisienne, trentenaire et collectionneuse d’échecs sentimentaux. En première partie de roman elle visite son passé sentimental, ses amies, sa mère. Idéologique, il y a beaucoup de nous dans Géralde. Tenant constamment ses amants en joue sur les sujets sensibles, (origines, politique, féminisme, cheveux) elle quitte l’autre à la moindre déception. Et ce n’est pas pour Pierce qu’elle fera exception dans la deuxième partie. Même à l’autre bout du monde, Géralde s’en va car rien ne répond à ses attentes. Sur la route du retour, elle croise Hadrien, prof de conférence. Plus âgé, plus subtil, elle ose en tomber amoureuse et ouvrir ainsi « la porte » qu’évoque Marguerite Duras dans « L’amant », la porte fermée, celle de notre coeur immense que si peu d’hommes méritent.

Ultra ancré dans notre époque, cette anti-héroïne avance et expérimente la vie entre deux Snaps et posts Instagram. Rire et réfléchir simultanément par ce roman était une expérience agréable et aboutie : c’est subtilement que ce livre emmène le lecteur à dépasser ses positions. J’admire l’acuité sociologique et féminine de l’auteur. Une très belle surprise !

Extrait choisi

Ces filles-là ne savent pas leur privilège, j’ai pensé. D’avoir la bonne couleur de peau, les bons cheveux, d’avoir passé le permis de conduire à vingt ans, appris à nager et à skier dans leur petite enfance aussi naturellement qu’on apprend à marcher. D’avoir eu leur premier rapport sexuel en toute tranquillité, sans s’être senties obligées de le dissimuler à la terre entière. D’avoir invité leur petit copain à dormir dans l’appartement familial en présence des parents et d’avoir eu par la suite des partenaires de lit aussi naturellement qu’on va faire ses courses ou qu’on prend le métro, sans que cela pose de problème à personne. De prendre la pilule chaque jour comme on avale un bonbon, de ne pas faire un drame d’un avortement si elles tombaient enceintes à un mauvais moment, avec les mots de consolation de maman en prime pour les désagréments subis. De bronzer seins à l’air sur les plages publiques en été. De n’avoir jamais ressenti la moindre honte pour rien. De n’avoir pas été emmenées, elles, de force à l’église chaque dimanche jusqu’à leurs dix-sept ans. D’avoir eu un papa présent et soucieux de leur bien-être. Des parents cool, modernes, tolérants, financièrement solvables et propriétaires de leur logement. D’être promises à devenir des héritières, propriétaires un jour à leur tour. De pouvoir divorcer er refaire leur vie sans que cela choque personne au sein de leur famille.

Le signe astrologique du roman

Lion. La chevelure de Géralde, ses « vanilles » qu’elle soigne et qu’elle oint d’huile, m’évoque les rayons du soleil symbole du signe.
Le Lion s’exhibe et brille. Ambitieux, solitaire et fier, il expose ses principes et son idéalisme, telle Géralde, que j’ai trouvée si entière, digne, soignée, droite. Signe de feu positif, le décor néo-zélandais grandiose et lumineux s’y accorde parfaitement.

Fugitive parce que reine

Premier grand coup de cœur 2018 avec Fugitive parce que reine de Violaine Huisman.

Il est question d’une mère et ses deux filles, de leur immense amour.
Ce roman a le génie de sa construction. Pour raconter sa mère, l’auteur ne commence ni par le début ni par la fin, mais par le milieu, c’est-à-dire sa mère comme elle l’a connue, jugée, aimée et détestée avant de la comprendre.

L’auteur nous livre cela dans une première partie, son enfance brutale, chaotique, le récit autobiographique de sa propre enfance, autour d’une mère que l’on dit d’emblée «malade» ou « maniaco-dépressive », un père qui leur rend visite le soir, irréprochable, intouchable, LE père, celui qui a l’argent, celui qui reste calme, celui qui mène sa vie. Une mère qui fait des crises, internée, une mère dont on vide les cendriers, une mère qui raconte des choses que l’on ne voudrait pas entendre, une mère fantasque dont on a honte et fière en même temps auprès des copines. Une mère que l’on aime, infiniment.
Et puis il y a une sœur aînée, qui nous tient les doigts pour s’endormir. Une sœur avec qui l’on partage cette mère un peu spéciale. Cette soeur qui ne quitte pas le roman, cet autre témoin de cette enfance si peu ordinaire.

Deuxième partie, on passe de l’autobiographie de Violaine à la biographie de Catherine, la mère. Et là tout s’éclaire. Catherine a eu mille vies avant d’avoir ses filles. Catherine danseuse, Catherine pauvre, Catherine différente aussi. Qui ne finit pas «maniacodépressif » avec un passé aussi surchargé ? Qui ne revendique pas sa liberté de femme, d’épouse, de mère après une enfance à l’hôpital, une mère distante, un père pervers, un mari excessif ? Six noms différents ?

Dans la troisième partie, Violaine devenue adulte reprend la narration, elle a le recul sur l’histoire et nous aussi, on fait désormais partie de l’histoire. Le roman se referme sur notre âme bouleversée.

C’est l’histoire sublime d’une femme extra-ordinaire dont la beauté n’avait d’égale que l’immense amour qu’elle portait en elle.
L’écriture est splendide, fluide, percutante, bouleversante. 
Magnifique premier roman !!

Le signe astrologique du roman

Lion ! Un signe de feu pour cette histoire de femme hors du commun ! Lion pour son endurance, pour son énergie, sa dignité aussi, son goût du spectacle et de la danse, son tempérament libre, colérique, hautain et condescendant parfois.
Une femme qui n’en ressemble à aucune autre, qui se distingue de la masse ne pouvait être classée dans aucune catégorie ! Il est impossible d’ignorer le Lion, c’est une personnalité spectaculaire qui fait forte impression, mais aussi chaleureuse et positive qui fait entrer le soleil dans la vie de ses proches. Le lion est quelqu’un qui nous agace mais dont on a du mal à se séparer !
Le lion aime l’argent, ce qui brille : Catherine ne pouvait se contenter d’une vie de provinciale, elle en voulait plus, elle n’a pas pu résister à tomber dans les bras d’un homme riche…
Le lion régit également la maison V, celle de la créativité, de l’art et du spectacle.

Extrait choisi

« Pour maman, être une mère suffisamment bonne n’avait rien d’une évidence. Aux demandes incessantes du nourrisson, à l’aliénation de la maternité, et aux bouleversements affectifs, à la crise identitaire que représentait le fait de devenir mère, vu son parcours, sa maladie, son passé, elle ne pouvait que répondre de manière violente, imprévisible, destructrice, mais aussi avec tout l’amour qu’elle n’avait pas reçu et rêvait de donner en retour. Cet amour fou, cette passion intenable que représentaient deux moutardes avec leurs emmerdements à tous âges, cet amour qui n’en finissait pas, qui ne pouvait finir, qui survivait à tous, flambait plus haut que tout, pardonnait tout, cet amour qui la faisait nous appeler, quand nous n’étions pas des petites connes ou des salopes ou des pétasses, mes chéries adorées que j’aime à la folie, cet amour la fit vivre autant qu’elle le put.

Nos richesses

De l’Algérie je ne connaissais que ce mon grand père avait bien voulu m’en dire, c’est-à dire-rien, car rien de la guerre n’est racontable à ses petits enfants.
Immersion à Alger des années 1830-1960 et d’aujourd’hui par ce roman. On suit le journal de bord d’Edmond Charlot, jeune éditeur passionné qui dans un minuscule local nommé « les vraies richesses » comme le roman éponyme de Giono, va imprimer romans et revues et éditer Albert Camus pour la première fois.

Parallèlement au contexte historique de la seconde guerre et de la guerre d’Algérie, Ryad, 20 ans en 2017, est chargé de vider la fameuse librairie. Abdallah, le maître des lieux, va lui narrer l’histoire de ce lieu connu des habitants.

Mon avis

J’ai été très touchée par l’obsession forcenée de Charlot à ne jamais baisser les bras devant le contexte extrêmement difficile des deux guerres qu’il a traversé, la censure, les attentats, le manque de moyens, de papier. Très intéressée aussi d’observer les grands auteurs du siècle, Camus, Gide, discuter entre eux entre Alger et Paris.

C’est un roman d’une grande maturité, documenté et enrichissant, aéré aussi, très bien écrit. Mais difficile d’en faire un coup de coeur, trop froid, trop lisse (à mon goût).

A mes yeux son défaut est sa principale caractéristique : ce roman manque de coeur, d’envolée personnelle, l’auteure est totalement absente du récit, on la devine à peine dans le « nous » de la narration.  A se tenir à distance de son propre roman, elle prend le risque d’y laisser son lecteur un peu à côté aussi. C’est son choix.

Si ce n’est donc à l’auteur et à ses mots que l’on ne s’attache, on ne peut que s’éprendre et revisiter les romans dont E. Charlot parle avec ferveur : je me suis ruée sur Giono pour le découvrir, feuilleter « Les vraies richesses », lui-même écrit après les réactions suscitées par « Que ma joie demeure ». Et c’est cela que démontre ce roman, que chaque livre est lié à un autre, et encore un autre. La littérature est une chaine sans fin.

Extrait choisi

« Nous devenons des fanatiques, des ingrats, des enfants manipulés. Nos attentats sont lâches, nos crimes odieux et nous sommes indignes de la France. De jeunes hommes, à moitié nus, sont tirés de leur lit et embarqués dans des cars de police. On ne traine plus. Le couvre feu est là. Nous sommes tous menacés et surveillés. Des bagarres éclatent, à coups de poing ou de tête. Dans les cafés, nous ne jouons plus aux cartes le soir. Les marchands de beignets baissent la tête lorsque les militaires passent devant eux. Les ultras d’Algérie tractent à tout va. Partout des menaces et des grèves. C’est le temps des regards de haine et de peur, de frustration et de colère. Un mélange épais qui nous enveloppe, nous submerge. Plus jamais, nous ne dormirons en paix. »

Le signe astrologique du roman

Lion ! Un signe solaire, élément feu pour ce roman optimiste et baigné de la chaleur d’Alger.
Ce signe est régi par le soleil : le soleil est la force de vie,  le moi indestructible, à l’instar de la librairie d’Edmond Charlot, qui malgré l’occupation et les faillites est toujours ressortie de ses cendres. Le lion est connu pour son endurance, sa fierté, son enthousiasme.
Le lion appartient à la maison V, la maison de la créativité, de l’expression personnelle… Quelle maison représente mieux le monde de l’édition que celle-ci?

De la Bombe

L’interview

Chère Clarisse,

Merci d’avoir répondu positivement à cette petite interview que je ne réserve qu’à mes grands coups de coeur. Pour cette raison et instinctivement car nous avons presque le même âge, j’ai très envie de te tutoyer, (et vice versa). Voici donc la liste de mes questions…

Chère Agathe,

Tes questions sont très pertinentes et leur subtilité me touche d’autant plus qu’elles témoignent de la grande attention que tu as portée  à la lecture du livre – merci. Je ne sais pas si je serai inspirée de la même manière pour chacune d’elles, car certaines sont un peu plus personnelles et risquent peut-être de dévoyer le mystère qui se situe dans  la distance « réalité-fiction ». Mais voyons ce que ça donne, je me lance !

1/ Tout d’abord, bravo. Quel beau premier roman, dont le texte est magnifique et n’a rien à envier à sa couverture accrocheuse. Que ressent-on à 28 ans, lorsqu’on publie dans la collection blanche de Gallimard?

J’en ai encore officiellement 27 et je suis ravie car c’est l’âge supposé des démons karmiques et j’aime l’idée que les miens sont assez bienveillants pour me laisser accomplir mon aspiration la plus profonde (devenir écrivain et être publiée dans une maison si prestigieuse ) au lieu de me pousser vers les dangers irréversibles de la démesure (il me reste encore  un mois pour éviter cet écueil ) .

2/ Comme Ophélie, tu as passé quelques années en Turquie, à Istanbul, pour des études de philosophie. Quel challenge ! La vie là bas à 23 ans n’est-elle pas un peu risquée? 

Quand l’avion s’est posé sur le sol turc, il était exactement minuit et des poussières, je fêtais mes 21 ans et l’éclosion d’une vie nouvelle dans un pays où je n’avais jamais mis les pieds. L’intuition extatique que j’allais adorer Istanbul m’animait, je sentais une sorte de tropisme incroyable pour son histoire, ses lumières, le Bosphore, ses multiples facettes et  ses  paradoxes. C’était en 2010 et c’était alors la « movida », Istanbul rayonnait, elle était sacrée capitale européenne de la Culture et attirait les étudiants, expatriés et visiteurs du monde entier. Son énergie était fascinante. Effervescente, magnétique, elle promettait à chacun une histoire singulière, intense, imprévisible –  et dans mon cas elle a tenu ses promesses.

3/ Ophélie avoue à son amant Sinan écrire un roman. Istanbul est-elle une ville plus inspirante, ou est-ce le voyage en lui-même, qui permet l’évasion et la créativité?

Lorsqu’elle se porte bien, qu’elle rayonne et qu’elle n’est pas brimée (comme c’est le cas aujourd’hui ) , Istanbul dépasse la réalité et la configuration d’une mégalopole. Elle est aussi puissante et mystérieuse qu’un magnifique visage humain qui aurait  beaucoup vécu. Elle est à la fois très incarnée et très spirituelle, elle s’offre à vous par tous les sens et vous échappe en permanence par son étrange versatilité. C’est une ville qui compose en permanence avec les lumières, le soleil, le vent … donc avec l’instant présent, et c’est si rare que c’en est presque magique (en tout cas très émouvant). C’est un sentiment que je n’ai ressenti nulle part en Europe où l’on sent bien plus la permanence de ce qui est, la gravité du temps, le poids du passé, l’inquiétude de l’avenir… A New York par exemple je ressens quelque chose de similaire, de vertigineux et possible à la fois, ce sont des endroits d’une puissance incroyable qui continuent à s’inventer et à se déployer dans le moment présent de mèche avec ceux qui s’y trouvent, peu importe qu’ils soient locaux ou étrangers… Malheureusement ,  aujourd’hui Istanbul ( et la Turquie en général) cristallise cette inquiétude.

4/ Ecrire, est-ce un rêve depuis toujours, ou est-ce venu avec tes études de philosophie?

Je me suis toujours considérée comme une  écrivain et d’ailleurs depuis que j’écris, quand on me demande ce que je fais dans la vie, je réponds sans hésiter « écrivain » . Je  ne pense pas qu’il faille absolument être publié pour se considérer ainsi.  Certaines conditions en revanche  sont   nécessaires  : la passion, l’exigence, l’ambition. On p eut  ajouter l’inspiration, mais c’est une évidence et je considère que ça va de pair avec la passion  ;  l’auto-discipline, très importante, qui est incluse dans l’exigence et la persévérance (voire la ténacité), indissociable de l’ambition.

5/ Rentrons dans le roman… Ophélie la narratrice a posé une bombe dans un hôtel. Peut-on avoir envie de commettre ce geste dans une vie ?

C’est un peu cliché mais je pense que quiconque a de très fortes pulsions de création, doit également composer avec des instincts de destruction… Heureusement, il y a ce qu’on appelle la sublimation, dont procède justement l’écriture d’un roman. La bo mbe a ceci de très particulier que la portée de son symbole est encore plus forte que la portée de son explosion.  Elle a un impact immédiat et relativement archaïque (« BOUM » et tout ce qui accompagne la déflagration) et contient un deuxième souffle, celui qui marque les mémoires.  Norman Mailer en parle très bien  dans Morceaux de Bravoure, il dit  : « La bombe en explosant crée peut-être l’image de toutes les potentialités ainsi anéanties. Il nous faut donc accepter l’idée de la part de beauté dans l’explosion de la bombe ». Il précise que c’est une découverte terrifiante…  En ce qui me concerne, j’ai eu l’envie irrésistible de faire exploser une bombe mais précisément  à travers la fiction .

6/ Ophélie n’est foncièrement pas une terroriste, elle ne réalise pas tout de suite la portée et les dégâts de cette bombe. Elle semble en vouloir à son dernier amant, Sinan, qu’elle a quitté. Quelle est sa relation aux hommes ?

Certes Ophélie joue un peu les ingénues tombées du ciel, mais à moins d’être parfaitement idiote, elle ne peut pas être inconséquente à ce point. Elle se doute bien que le propre d’une bombe c’est exploser et que le propre d’une explosion c’est de faire des dégâts, notamment des morts. C’est aussi sa mauvaise foi existentielle que j’ai trouvé intéressante à travailler, car c’est sa parole contre…. la sienne! Tout le long du roman, il n’y a pas grand monde pour la contredire, tout se passe entre sa conscience et son désir de récit. Toutefois, l’acte de la bombe n’est pas entièrement lié à Sinan . D isons qu’il a exacerbé cet état psychique confus et insoutenable qui suscite les plus grandes pulsions destructrices… Mais une chose est certaine,  Ophélie a besoin de résistance, pour avancer, pour désirer le monde,  et se découvrir elle-même. Et cette résistance, elle la cherche (et la trouve)  notamment à travers les hommes.

7/ Puis vient Derya, une femme de chambre très belle et déterminée, qui apprend à Ophélie à confectionner sa bombe. Son implication reste volontairement floue. Quel est son rôle dans le roman ?

Derya est un peu comme une pierre angulaire, grâce à elle le triangle du désir s’active. Elle représente l’élément du désir refoulé qu’on transgresse, au même titre que la bombe.

8/ Passons à l’enfance d’Ophélie, sa mère l’abandonne pour retrouver son amour en Turquie. Est-ce une des raisons de l’immense solitude qui envahit Ophélie, et de l’attraction pour un homme turc plus âgé ?

Je préfère l’idée que tout ne soit pas si « lisible » ,  procédant de mécanismes de cause à effet qui enferment les individus autant que les personnages fictifs dans des déterminismes abrutissant leur mystère.

9/ La bombe ou la mort de Sinan peuvent-elles vraiment résoudre le problème d’Ophélie?

Si je répondais « oui », je n’aurais pas écrit ce roman, j’aurais certainement déjà posé une bombe quelque part et serais en prison ou bien même déjà morte.

10/ C’est à tes parents que tu dédies ce livre. Pourquoi, pour contrebalancer ceux du roman, inexistants ? Comment les tiens ont-il réagi à la lecture du roman, parfois très érotique ..?

J’aime, j’adore et j’admire mes parents. Ma mère étant morte à 35 ans, je voulais les réunir à travers un acte de création, qui n’était pas le leur mais le mien (mais qui est la continuité du leur).

11/ J’ai lu quelque part que tu habitais désormais Paris. Le retour à la réalité, la France, n’a-t-il pas été trop difficile après 5 ans près du Bosphore ?

La Seine me semble bien étroite et peu vibrante par rapport au Bosphore et Paris bien coquette par rapport à l’impétueuse Istanbul… Mais j’ai eu besoin de retourner dans mon « foyer originel », notamment pour y accomplir mes ambitions mais aussi pour retrouver des gens et des choses fondamentales…

12/ As-tu d’autres projets d’écriture ? Si un jour un nouveau roman paraît, dans quel pays se déroulerait l’histoire ?

J e compte terminer mon deuxième roman cet été, c’est un thriller existentiel qui se  déroule justement à Paris .

13/ Enfin, que signifie globalement ce roman pour toi, que représente-t-il dans ton parcours ?

Il signifie le premier souffle, le premier battement de coeur, les tout premiers d’une longue série. C’est la vie de ma passion intérieure. Je veux que ma carrière d’écrivain soit représentative de mon évolution. Si le premier roman est impétueux, excessif, maladroit… le dernier ne sera sans doute pas comme cela 🙂

 

Le roman

A Istanbul, dans un sublime palais implanté sur les rives du Bosphore, Ophélie vient de déposer une bombe dans une cabine de la piscine. Pourquoi a-t-elle fait cela? Sans lien apparent avec un quelconque réseau terroriste, elle semble plutôt désirer que quelque chose s’arrête, et que le monde aussi, par la même occasion. Elle voudrait marquer une pause peut-être, que son geste l’inscrive dans un court arrêt du monde, afin de créer le spectacle, le chaos dans le Bosphore.

« Que l’on entende BOUM, ou BAM selon la distance -l’espace crée les nuances. »

Dans cet hôtel de luxe, chambre 432, Ophélie avait pris l’habitude d’y rejoindre son amant, Sinan, plus âgé qu’elle, homme d’affaire brillant et toxique, qui ne l’aimait qu’en la rabaissant. Qui est Ophélie, cette jeune femme française immergée en Turquie? Son logement et sa vie matérielle dépend des hommes avec qui elle passe ses nuits, mais on ne sait pas vraiment ce qu’elle y attend, elle semble vouloir y vivre des expériences, et écrit un roman. Un jour, elle tombe en fascination pour la femme de chambre, Derya, belle et déterminée. C’est elle qui l’initie, lui apprend à confectionner une bombe, et Ophélie semble complètement envoûtée par elle, plus que par l’acte en lui-même.

Tu as une bombe en tête. Un détonateur dans le coeur. Tu veux venger tes frères et tes soeurs kurdes. Tu penses que plus on est de fous plus on tue. Mais je ne ferai pas de mal à une mouche, le monde ne m’a jamais concernée, c’est ton regard qui m’obnubile. Il porte un désespoir universel et le potentiel soubresaut du monde.

Après son acte, Ophélie va devoir se cacher, fuir et voyager. Elle traverse la Turquie, fait des rencontres, tout en opérant une rétrospective sur son histoire d’amour avec Sinan. Elle ne suit pas les actualités, son geste n’avait pas de but précis. D’ailleurs, ce livre pose à réfléchir sur les motivations de certains jeunes devenus soudainement partis au Djihad: que veulent-ils la plupart du temps ? Exprimer leur colère, trouver leur identité, changer quelque chose, être écouté, soulager leur propre peine par de la cruauté.
Ophélie fait partie de ces êtres perdus, mais sa motivation semble également prendre source dans la symbolique du geste, la beauté du cataclysme. Ophélie est une esthète désorientée.

Reprends toi Ophélie ! Le chaos est à portée de main, la beauté du néant gît dans ton sac à main.

Ce roman envoûtant nous plonge dans les délices de phrases oniriques et sensuelles, et oscille constamment entre pulsions de vie et pulsions de mort. Eros souvent, quand Ophélie se perd dans la volupté et dans les bras des hommes, voire des femmes, Thanatos parfois, lorsqu’elle dépose la bombe, lorsqu’elle boit à outrance, que sa colère la pousse dans ses retranchements.

Ce roman me laisse l’empreinte d’un tableau esthétique et cruel, une sorte de conte tragique et érotique où la morale cède face aux désirs bruts, aux errances de l’expérimentation.

Mon avis

Pour ma part, la lecture de ce roman s’est apparentée a une jouissance littéraire. Les mots parfaitement choisis et agencés entre eux en font une œuvre sensuelle et poétique qui correspond entièrement à mes aspirations. Difficile de conseiller ce roman à tout le monde, mais plutôt à ceux capables d’apprécier une telle qualité stylistique, et à ceux qui savent se détacher du réalisme pour s’évader et lâcher prise. Ce roman est une métaphore à lui seul, une ode à l’extase romanesque, un fantasme verbal. Après la lecture, il m’a habitée plusieurs jours, m’en détacher était douloureux, car persistait le sentiment de l’avoir lu trop vite, alors que j’avais déjà relu dix fois chaque phrase, j’aurais voulu apprendre par coeur des passages entiers.
Par ailleurs, on sent que l’auteure parvient à se détacher des clichés, qu’elle prend plaisir à écrire et à inventer, et tout son bien-être nous revient en boomerang. Ce roman, bien évidemment vous vous en doutiez, c’est de la bombe…

Le signe astrologique du roman

Lion, pour ce roman emprunt d’une grande vitalité mais aussi de mort. Pour la grandeur de l’écriture aussi, on mettrait bien une grande crinière flamboyante en ornement de la couverture, avec le palais somptueux baroque en fond. Il est impossible d’ignorer le Lion, qui donne à se mettre en spectacle, comme cette bombe qui explose. Le lion est un signe de feu, et c’est l’élément qui correspond au livre, le feu pour l’énergie, pour la lumière, pour la guerre.
Et puis il y a le personnage de Sinan, tellement égoïste et impétueux, qui veut tout posséder, Istanbul et ses habitant(e)s. Sinan, en se mettant constamment au-dessus des autres, représente parfaitement le côté sombre du signe.

L’auteur (source Babelio)

« Clarisse Gorokhoff est née en 1989 et a vécu plus de cinq années à Istanbul où elle a notamment achevé son master de philosophie puis créé une foire d’art contemporain abordable. Sa démarche d’écriture la pousse à s’intéresser aux paradoxes qui façonnent nos manières d’être -à la fois triviales et bouleversantes- qui forgent la société de nos jours. »

Extraits et citations du roman

Il est minuit passé. Il reste deux centilitres de raki dans la bouteille et le ciel est empli d’étoiles fixes. La terrasse tangue et, dans l’obscurité, le Bosphore gondole à nos pieds. L’air est léger, il arme nos rires enfantins d’une note de confiance. Cette nuit, rien ne peut se dresser contre nos volontés. La vie est éphémère, la nuit est éternelle, fonçons ! — c’est la vie baroque, le désespoir sublimé.

Tout cri dans la nuit est une menace pour la vie.

On m’a souvent reproché l’état secondaire dans lequel je me trouve quand j’ai bu… Mais c’est quand je suis sobre que je suis véritablement hors de moi : une créature hermétique à toute chose, étrangère à tout le monde, que rien ni personne m’émeut, qui se situe entre la folie et la mort.