Les loyautés

Un jour il aimerait perdre conscience, totalement. S’enfoncer dans le tissu épais de l’ivresse, se laisser recouvrir, ensevelir, pour quelques heures ou pour toujours, il sait que cela arrive.

Vous noyer dans l’alcool vous est sûrement déjà arrivé dans votre vie. Mais lorsque l’on a douze ans et demi et que l’on rêve d’un coma éthylique à l’instar de Théo caché sous l’escalier de son collège pour boire, c’est qu’il y a un problème. Familial. Une situation bloquée, enlisée, face à laquelle Théo refuse de faire face « parce qu’il sait que tout cela est trop lourd pour lui, qu’il n’est pas assez fort ».

A part ses parents divorcés dont dépression et désinsertion sociale semblent dépasser l’intérêt de leur progéniture, il y a Hélène, sa prof d’SVT. Hélène porte en elle les stigmates d’une enfance détruite. Hélène aussi s’est tue, et sa vie en a été gâchée. De Théo Hélène n’a rien vu, et pourtant elle sait, elle tire la sonnette d’alarme auprès de l’équipe pédagogique, convoque sa mère. Théo se tait. Théo ne veut pas, ne peut pas raconter ce qu’il se passe chez son père, Théo aime ses deux parents, c’est comme ça.

Et puis il y a Mathis, l’ami de Théo. Ses parents ne sont pas divorcés, mais la famille semble extraite d’elle-même. Sa mère, Cécile, vient d’un autre milieu, elle est aujourd’hui femme au foyer et ne se reconnaît plus dans l’extinction qu’elle a faite de sa propre personnalité, complice d’un mari avec qui elle ne partage plus rien. Prétextant un cours de yoga, elle consulte un psy, pour tenter de comprendre à quel moment sa vie a pris une tournure qu’elle n’a pas souhaitée, tenter de comprendre son mari, être abject à ses yeux depuis la découverte.

« Quiconque vit ou a vécu en couple sait que l’autre est une énigme. »

Théo, Mathis, Hélène et Cécile sont quatre personnages extrêmement seuls, déçus par les êtres et par leur vie. Ils tous les quatre liés par leurs secrets qu’ils taisent et les non-dits abondent. Peuvent-ils encore sauver la situation, ou sont-ils pris en otage des « principes illisibles qui les enferment », c’est-à-dire de leurs loyautés ?

Mon avis

Ce Page-turner se dévore en une heure et demie top chrono, impossible de faire autrement. Je l’ai refermé émue et perturbée. Vers le tiers du roman, j’ai eu une sensation d’excès dans l’histoire que je peinais à trouver totalement réaliste ou crédible, et puis peu importe, le rôle du roman n’est pas d’exiger la vérité ni de savoir si ce genre de situation extrême est arrivée, il démontre le mal qui ronge, la souffrance invisible, que les actes destructeurs aient lieu ou non.
Il est extrêmement important en 2018 de souligner les conséquences du manque de communication au sein d’un couple divorcé qui s’échange leur enfant unique au bas d’un immeuble sans prendre la peine d’effectuer une transmission de la semaine passée. Ce roman dérange un peu car il éveille notre culpabilité d’enfant, de parent, d’enseignant. Jusqu’où peut-on fermer les yeux lorsque l’on souffre? Quel est le poids du silence ? Quelle est l’étendue de notre responsabilité ?

« Mais au fond je le sais. Je sais que les enfants protègent leurs parents et quel pacte de silence les conduit parfois jusqu’à la mort. Parfois je me dis que devenir adulte ne sert à rien d’autre qu’à ça : réparer les pertes et les dommages du commencement. Et tenir les promesses de l’enfant que nous avons été. »

Le signe astrologique du roman

Poissons ! Un signe d’eau et un roman neptunien. Les poissons se caractérisent par une compassion et une malléabilité extrême. Le poisson a une polarité négative, (ou féminine) qui se caractérise par un caractère plutôt introverti, soumis et accommodant, à l’instar de Théo, ou encore de Cécile.

Par ailleurs, Neptune rejoint ce roman par sa démesure, ses personnages désorientés, leur culpabilité, leur sacrifice. Souvent les poissons sont perçus comme martyrs.

Note personnelle : Une astrologue m’a confiée un jour qu’après avoir étudié les thèmes de nombre d’écrivains reconnus, elle avait identifié une dominante poissons dans chacun. Le talent de Delphine de Vigan, par ailleurs Poissons comme ce roman, n’est plus à démontrer.

 

 

 

 

Summer

Nous avons essayé de quitter le passé mais rien n’a bougé, tout est exactement là où nous l’avons laissé, il y a vingt quatre ans, aussi net et brillant que des morceaux de verre.

Benjamin est le petit frère de Summer, jeune fille disparue à 19 ans au bord du lac Léman et jamais retrouvée. Il entreprend la narration chez le docteur Traub, son psy, sa dépression chronique ayant atteint un tel paroxysme qu’il n’est plus capable de sortir de chez lui.
Qui était Summer, sa soeur? A-t-elle un lien avec son état?

Ma soeur ressemblait pour de vrai à une reine de beauté de feuilleton américain, ces filles saines, aux jambes élastiques, avec des dents blanches irréelles, et dans les yeux une lueur insaisissable évoquant le chagrin ou le mal. Ces filles qui ont des rêves trop grands pour elles, ou qui font naitre une douleur, quelque chose qui ressemble à du ressentiment, dans le coeur des garçons, et qui finissent dans le coffre d’un 4X4, au fin fond d’une forêt.

L’intrigue du roman réside non pas dans le dénouement, —où est Summer— mais plutôt pourquoi a-t-elle disparu? S’agit-il d’un enlèvement alors qu’aucune preuve ne permet de l’envisager ?
Petit à petit, Benjamin déroule l’enfance et le huis-clos familial. Une mère splendide, parfaite, adorée, un père puissant, riche, des soirées mondaines par paquet, des enfants livrés à eux-mêmes, déviants, et consommant énormément de drogue.
Summer est au départ une adorable petite fille blonde, conciliante, jusqu’au jour où elle se met à sortir, rentrer tard, répondre à ses parents, peu avant sa disparition. Ni les trois amies de Summer, ni l’entourage proche ne parviennent  à comprendre sa disparition, et il ne reste plus à Benjamin qu’à plonger dans les limbes de ses souvenirs les plus enfouis.

Le signe astrologique du roman

POISSONS ! Toute cette eau, partout, ce lac, qui encercle les personnages, cette piscine pleine d’algues, ces poissons aux yeux globuleux, ces autres poissons dans l’aquarium, donnant au roman une tonalité envoûtante et marécageuse, m’a rappelé le dernier roman de Didier Decoin, « Le Bureau des Jardins et des étangs », très aqueux également, et très odorant.

Par ailleurs, l’ambiance du roman ainsi  que le personnage de Benjamin sont totalement neptuniens, planète du signe Poissons. Neptune jette le trouble dans l’esprit pour réorienter l’âme humaine vers une compréhension plus large de ses zones d’ombre. Enfin, Neptune est le Dieu des mers, des océans, des lacs et des rivières, il agit souvent de manière insidieuse pour pousser à la faute et permettre ainsi, au terme d’un lent travail de réfléxion, d’épuration aussi, d’accéder à la pleine conscience.

Mon avis

J’ai beaucoup aimé Summer et j’ai été complètement happée par le récit.
J’ai lu ce roman d’une traite et je ressors de ma lecture étourdie. En prenant cette photo sur les bords de Saône, j’ai été prise d’un léger vertige, comme Benjamin lorsqu’il conçoit toute cette vie sous marine, les profondeurs du lac, les yeux globuleux des poissons, l’effervescence bouillonnante des profondeurs extrêmement bien dépeinte dans le roman.

« Il y a là-dessous tout un monde, comme le nôtre en négatif. Nous oublions que nous nageons dans une gigantesque mare, une flaque d’eau croupie, où tout ce qui est balancé pour être oublié —des machines à laver, des vélos, des cadavres?— y demeurera pour toujours, aucun courant ne les emmènera au loin, pour les polir et les dissoudre.

Ce livre est un excellent roman d’ambiance, dont l’esthétisme répétitif nous hypnotise.
Ce que j’ai préféré dans le roman, c’est que Summer symbolise l’absence et amène à la réflexion suivante : comment vit-on lorsqu’un proche n’est plus là, que ce soit à cause d’un décès, ou d’une rupture, ou pire, comme c’est le cas ici, sans raison vraisemblable ? Il est toujours intéressant de constater à quel point les absents et les histoires inachevées jouent un rôle prépondérant dans notre façon d’agir au quotidien.
Concernant le rôle qu’a joué la forme « thriller » de ce roman, c’est-à-dire, donner au lecteur des clés de compréhension au compte goutte pour le tenir en haleine comme un bébé à qui l’on donne la becquée, ce n’est pas ce que je préfère, et je ne sais pas si cela est utile quand la qualité littéraire est là, mais cela n’engage que moi. Je n’aime pas être forcée de lire vite et ainsi gâcher la qualité d’une plume pour me sortir de l’angoisse de la curiosité. J’ai préféré déguster la première partie, riche et belle, l’esthétisme des personnages. J’ai préféré caresser leurs mystères que lire la deuxième partie dans l’expectative insoutenable du dénouement.
Mon avis reste entièrement positif sur ce roman, je comprends qu’il soit attendu au tournant mais pour ma part je le trouve réussi et je le recommande volontiers, si vous avez envie de plonger dans les eaux troubles du lac, partez vite à la recherche de Summer.

Extrait choisi

Son départ semblait confirmer le message de l’univers : les gens disparaissent de nos vies, c’est ainsi que cela se passe. Certains sont là pour toujours, d’autres, généralement ceux que vous aimez le plus, se volatilisent les uns après les autres, sans explication, ils sont là ensuite ils ne le sont plus, et le monde poursuit sa route, indifférent, à la façon d’un organisme primaire constitué d’eau et de vide se propulsant dans un espace également constitué d’eau et de vide, ou d’un coeur aveugle, translucide, entièrement dédié à sa pulsation.

L’auteur

Monica Sabolo est née à Milan en 1971. Elle est journaliste et écrivain française. Elle a obtenu le prix de flore en 2013 pour « Tout cela n’a rien à voir avec moi » publié chez Lattès.