L’invention des corps

Que faire de son corps lorsqu’il ne nous appartient plus ? L’oublier, l’effacer. Faire converger la biologie au numérique.

Pierre Ducrozet observe le mouvement des corps à travers le personnage d’Àlvaro, rescapé du massacre mexicain, cette nuit noire du 26 septembre 2014 où 43 corps d’étudiants innocents ont été torturés et brûlés par les autorités.
Ce hacker mexicain n’a d’autre choix que de fuir cette corruption et tenter de franchir la frontière clandestinement, rejoindre San Francisco. Alvaro échange alors une violence contre une autre, car de l’autre côté, sous le ciel rose et factice de Californie, son corps devient le cobaye d’un milliardaire. Parker Hayes, un grand investisseur de la Silicon Valley —dont le personnage pourrait bien être le fondateur de Paypal— n’a qu’une phobie, celle de mourir. Transhumaniste, il place tout son argent dans la recherche contre le vieillissement, et ouvre un centre dédié à la recherche et l’expérimentation, dans lequel Àlvaro y entraine son corps et ses cellules. Il y rencontre Adèle, jeune médecin biologiste dont le corps semble aussi fuir quelque chose.

Àlvaro a un talent, il maîtrise internet et le Code, il fait partie du plus grand réseau de hackers mondiaux, les Anonymous. Car c’est bien de la toile dont il est question dans tout le roman. Cette invention majeure du XX ème siècle, qui a révolutionné notre monde et conditionne aujourd’hui notre société. Si ses inventeurs, un brin utopistes, voulaient créer un monde virtuel libre, sans chef, et sans corps, dans lequel chacun pourrait avoir une identité nouvelle, ils n’avaient pas imaginé jusqu’où l’on pourrait aller avec le réseau.
A travers cette grande cavale ininterrompue de 300 pages, Àlvaro et Adèle entreprennent une lutte, une fuite, un retour au commencement, et à deux, leurs corps vont tenter de se réinventer.

Mon avis

Bon. Comment vous le dire simplement sans vous inonder par mon emphase? Ce roman est mon préféré de tous ceux que j’ai lu en cette rentrée littéraire. Il mérite tous les prix. Il m’a dévastée. Je suis entrée dans le monde de l’auteur comme si je découvrais un sixième sens ou la cinquième saveur japonaise.
Dans ce tableau contemporain où l’on tourne une page en un clic, où la narration se mue progressivement en un réseau dense et complexe de personnages, d’époques et de lieux, un tourbillon magistral s’empare de nous et de notre époque, à travers les corps et les réseaux, entre hackers et transhumanistes.

« Internet ne modifie pas la communication, il modifie l’homme. »

Une écriture dure et sensible à la fois, un style volontairement violent et haché superbement maîtrisé. Un roman documenté qui marque le monde, qui s’inscrit en nous, que l’on voudrait adapté au cinéma.

Rappel historique

Le 26 septembre 2014, 43 étudiants normaliens disparurent au Mexique, à Guerrero. Ils voulaient simplement organiser une manifestation, pour obtenir plus de moyens. Ils montent dans des bus mais se retrouvent vite dans une embuscade. Les autorités les livrent aux « Guerreros unidos » un groupe mafieux, qui les violente et les tue. Le maire démissionne vite et des corps ne sont pas retrouvés.

Un très bon article du monde ci dessous relate les faits et les mystères encore présents autour de cette affaire aujourd’hui :

http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2016/09/27/deux-ans-apres-la-disparition-de-43-etudiants-au-mexique-reste-un-mystere_5004122_3222.html

 

Les réflexions qu’apportent le roman

  • Autour d’internet

Internet est le sujet principal de ce roman contemporain car comme nous le demande l’auteur sans nous ménager :
« Que feriez vous aujourd’hui pauvres de vous sans Google sans Mac sans internet sans iPhone bande de tocards? »

Dans ce roman on croise les grands chefs et fondateurs des réseaux, comme Mark Zuckerberg, mais aussi :

– Peter Thiel (Parker Hayes dans le roman) a fondé avec Elon Musk (autre milliardaire de la Silicon Valley) Paypal, qu’il a revendu à eBay 1,5 milliard de dollars. Il a investi par la suite dans des projets qui n’ont fait que l’enrichir. Grand utopiste, il aspire à l’ultralibéralisme, à créer son propre pays, une île où il vivrait en parfaite autarcie.

« Les milliards qu’il ramasse ne l’intéresse pas vraiment, il a un dessein bien plus grand : modifier le cours de l’espèce. Il croit en un homme augmenté, amélioré, qui parviendrait à s’élever au-dessus de sa condition actuelle, bien piteuse au regard de ses possibilités. »

Le personnage de Werner Ferhenbach, considéré comme le concepteur d’Internet, celui qui tout pressenti, qui a compris avant tout le monde, l’arrivée du phénomène. Ayant passé sa petite enfance dans un camp de concentration, issu de générations mortes à la guerre, il représente l’entre-deux, le sage, celui qui conçoit, et celui qui contrôle, qui crée en parallèle le réseau des anonymous.

Ces deux personnages, Parker et Werner,  sont profondément persuadés que l’invention d’internet va permettre de créer un monde meilleur. Ils n’avaient pas imaginé qu’Internet allait aussi en contrepartie devenir une poubelle géante.

  • Autour des corps

Pierre Ducrozet décrit son livre comme celui du corps. Le corps qu’on pirate, qu’on reprogramme. Le corps dont on veut s’échapper. Le corps que la morale veut contrôler.

Le roman pose cette question principale : quel est notre rapport au corps aujourd’hui ? Chaque personnage a un rapport différent à son corps. Alvaro le rejette, Adèle l’oublie, Lin, transgenre, le recrée. Celui de Werner traverse le siècle. Comment le temps sculpte-il le corps?

Qu’est-ce qu’un corps? Que nous reste-il de notre corps aujourd’hui? Cet amas de chair, jamais de la bonne dimension, retouché aux photos? Toujours trop vieux, toujours malade ? L’auteur ne s’intéresse pas vraiment a la psychologie de ses personnages, les dialogues sont volontairement pauvres, il s’interesse aux corps et à leur silhouette, à leur mouvance dans l’espace, s’il était un objet il serait une caméra embarquée dans les bottes de ses personnages. Il dénonce la violence, la barbarie. Ces hommes toujours en guerre, toutes ces tortures aux quatre coins du monde, les guerres, les bombes, comment survit on après un massacre si violent qu’il le fut à Guerrero ?

Et le corps des femmes? L’auteur ose une réflexion très juste à travers le personnage d’Adèle, la représentation féminine du corps dans le roman. Que fait on du corps de la femme ? « On la fourre ou on la couvre ? On la fourre, on la fourre ! non! on la couvre ! » Quel choix peut faire la femme, entre le viol et le voile?

  • Autour du monde

On part du Mexique tout d’abord. Terre aride où « il n’y a rien ou presque mais il faut pourtant en dire quelque chose ». Les enfants naissent avec le poids de la corruption, de la pauvreté, de la drogue.

« On sait ça tout de suite, on naît le souffle court, le visage vers le sol. On a le regard fermé des grands. On n’a jamais été un enfant. On sort, on commence à marcher, et c’est plié déjà. »

Du mexique on atterrit en Californie, le berceau d’internet. D’une part l’Amérique, représentée par Parker, d’autre part l’Europe, avec Adèle. Leur conversation exprime au mieux la façon dont les Etats unis conçoivent l’Europe, comme un pays mort. Voici ce qu’Adèle rétorque à Parker :

«Vous êtes un pays jeune, vous découvrez tout juste la mort. Nous, les Européens, on meurt depuis plus longtemps, on s’est un peu habitués. On a longtemps été au-dessus de ça, maintenant un peu moins, mais on est très vieux de naissance (…)»

  • Autour de la mort

« Nous repousserons la dernière frontière de l’Ouest : nous vaincrons la mort. »
D’où vient la peur de la mort? Parker Hayes en a la phobie, son obsession principale est de la repousser. L’auteur laisse suggérer que la peur de la mort serait lié à son absence de désir:

 « S’il avait fait, plus tôt, l’apprentissage du désir, il aurait appris que la perte lui est consubstantielle, et que rien n’existe qui ne puisse disparaître.S’il s’était livré à ses sens, il aurait vu le noir infini logé dans toute couleur ».

L’auteur

Pierre Ducrozet est écrivain, né le 5 juillet 1982.
Il a publié des chroniques littéraires dans Le Magazine des Livres et un livre pour enfant avant de publier en 2010 son premier roman, « Requiem pour Lola rouge » (Grasset). Puis est sorti « La vie qu’on voulait » en 2013 et Eroica en 2015. Il vit entre Berlin, Paris, et Barcelone.

Le signe astrologique du roman

Verseau. Ce signe est régi par Uranus. Que répresente Uranus ? Uranus est une planète anti-conformiste dont l’orbite est complètement désaxée, elle ne tourne pas autour de son centre, et c’est le propos principal du roman :

« Le monde n’a pas de centre. Le monde est un réseau infini de données. Nous n’arrivons pas en temps normal à le comprendre, à le voir, à le sentir. Werner sent le soleil décliner dans sa chair. Il ouvre les mains. Il est dans un point précis de l’univers infini. Il comprend tout. Deux larmes coulent sur son visage. »

Uranus symbolise l’esprit, le mental supérieur, le génie, la technologie. Uranus cherche à transcender les limites, à dépasser les frontières de la pensée établie et à briser la résistance, ouvrant ainsi la voie. La science d’uranus n’est pas toujours bénéfique pour l’humanité, elle représente les essais chimiques, les expériences nucléaires.

Ce roman est également verseau par son rythme : il ne s’arrête jamais, tout comme Alvaro dans le roman, toujours en cavale, toujours en rechercher de quelque chose. Imprévisible, rebelle dans l’âme, vif, c’est un signe attiré par les métier de sciences, chercheur, ou biologiste comme Adèle, qui explore dans les cellules tout un monde relié par des synapses.

« Ce qu’Adèle voit sous la peau, ce sont des atolls, des insectes de mer, des rougets, des toiles de Pollock, ce qu’elle voit quand elle glisse dans les vaisseaux, les crevasses et les rivières, ce sont des astéroïdes rouge-bleu, des robes au vent, des mitochondries comme les silhouettes raides de l’art brut, des soucoupes volantes jaune flamme, des gravures noires et grises (lysosomes, proteïnes), des éclats de peinture (chromosomes), des constellations secrètes, feux soudains, verts et rouges, dans le noir du dedans (protéïnes du cytosquelette), soleils cramés (noyaux de la cellule, ses quatre nucléoles, les innombrables microtubules), des amibes bleu dansant dans les abysses des mers (réseau du cytosquelette formé de deux protéines fibrillaires, l’actine et la tubulaire). »

Verseau aussi car ce roman est ultra contemporain, et que nous sommes entrés dans l’ère du verseau. L’Ère du Verseau est caractérisée par l’importance du progrès, de la pensée scientifique, de la liberté, de la raison critique.

 

Extraits et citations

Adèle déplace son stéthoscope, elle entend la ruade sous la peau, au centre et vers les côtes, elle sent une légère arythmie, tension trop haute ou dérèglement ancien. Elle passe sur les côtes, l’estomac, le foie, elle descend vers les hanches, remonte, arrive aux aisselles. Une odeur de savon très fine s’élève, mêlée de terre et de plastique neuf. La peau, au passage de l’instrument, se dérobe et se creuse, elle est comme cabossée, striée d’invisibles brisures, les lignes se rompent brusquement avant de se reformer plus loin. Elle descend sur les jambes maintenant, gonflées —elle n’écoute plus le coeur, elle veut simplement sentir la texture— le muscle tibial antérieur en surcharge, peu de poils, des écorchures, une peau ferme de garçon de la ville. (…) Alvaro renfile ton tee-shirt. Adèle souffle et se tourne face au mur.

Internet et le code, c’est du corps, et le corps est un réseau, dans lequel tous les éléments sont reliés.
Adèle est là aussi, qui fume. Cet énième exil lui plaît finalement. En réalité, le voyage ne s’arrête jamais, même chez elle ça continue — quand on est parti trop longtemps, on ne revient pas.

Parmi les miens

Le roman

Il explore l’histoire d’une famille dont la mère est dans le coma, suite à un récent accident de voiture. Le médecin annonçant qu’il n’y a que très peu de chance pour qu’elle se réveille un jour, Manon sa fille, laisse échapper un « Autant qu’elle meure ».

Et c’est là que les liens sur lesquels nous tirions depuis l’enfance ont cédé.

Ses frères et soeurs sont horrifiés. A partir de cette phrase, les rapports entre les trois enfants et entre leur père vont s’intensifier, c’est le moment d’une remise en question familiale et existentielle. Dans cette famille où la communication et l’autodérision sont inexistantes, chacun semble devoir régler un problème personnel avant de se confronter aux autres. Il y a d’abord le père, un taiseux triste, Manon, la narratrice, jeune maman, Gabriel son frère, souffrant d’une maladie psychiatrique, et Adèle la jeune soeur enceinte de quelques mois et vivant avec une femme, inséminée par un donneur rencontré sur internet. Les trois enfants ne semblent plus partager aucune complicité. Parmi leur souffrance, chacun cherche sa place. Manon sort récemment d’une maternité difficile, elle ne parvient pas à prendre son rôle de mère, et c’est peut-être en explorant la vie de la sienne qu’elle trouvera enfin l’harmonie et le bonheur. Car qui était cette mère mystérieuse, qui cachait ses origines ?

J’hésite à me confier. A lui dire toute la difficulté à être mère quand la mienne est déjà en train de mourir, lui dire tout ce qu’elle ne m’a pas transmis et que je devrai trouver seule désormais; lui dire aussi toute l’intimité mêlée de défiance que j’éprouve pour mon bébé et qui me fait peur, me noue les tripes; lui dire encore que je n’ai plus le souvenir d’une telle intimité avec ma mère aujourd’hui que je suis adulte, et que ça aussi, ça me rend malade.

Du côté de la mère dans le coma, deux sujets centraux : que fait-on des vivants en état végétatif ? Combien de temps et dans quel état les garde-t-on ainsi à la maison?
D’autre part, où allait leur mère, le soir de l’accident, quand elle roulait dans une direction opposée à la maison ?

Mon avis

J’ai beaucoup aimé ce premier roman dont l’écriture est d’une grande qualité, et la complexité des rapports familiaux intéressante et portant à rélfexion. Le sujet de la mort cérébrale ne m’attirait pas à prime abord, il est cependant très bien amené, sans lourdeur, sans horreur.
La tristesse et la mélancolie abondent dans ce roman qui nous fait réfléchir aux liens que nous pensons inébranlables.

Ce qu’il reste d’une famille une fois les enfants devenus adultes ne tient pas à grand chose et notre fratrie particulièrement n’attend qu’un prétexte pour exploser.

Le signe astrologique du roman

Capricorne pour ce roman très saturnien. Le capricorne, signe d’hiver, représente la vieillesse, la maturité, mais aussi la mort. Saturne est la planète du temps, de l’ombre, du repli, mais aussi des épreuves et des responsabilités. Enfin, dans ce roman, le père taciturne mais sensible à la fois est un parfait représentant du signe.

L’auteur

Charlotte Pons est née en 1980. Elle a passé huit ans au sein d’une rédaction parisienne comme journaliste culture et chef d’édition. Elle a créé en 2016 les ateliers d’écriture Engrenages & Fictions.

 

Extraits

 

Alors on en vient aux mains. Bien entendu. Qu’espérions-nous? Qu’espérions nous à force de tourner en rond, rongés par l’attente, la vie entre parenthèses, chaque jour plus incertains de l’issue?

Qui suis-je si je n’aime plus maman?

Quarante ans à se réveiller à deux, comment s’endormir seul? C’est ce à quoi je songe en regardant papa : comment va-t-il survivre ?

Les fantômes du vieux pays (The Nix)

Aujourd’hui 17 août 2017 sort enfin ce monument américain !

Quelques semaines après la fin de ma lecture, le fantôme du livre me hante encore… Cependant ne vous fiez pas au titre, loin d’être surnaturel, ce roman offre un souffle nouveau et moderne dans la rentrée littéraire. Nathan Hill, l’auteur, a la quarantaine et signe ici son premier roman. Lorsque l’on apprend qu’il est sur le projet depuis dix ans, on comprend mieux à quel point celui-ci est abouti et réfléchi, c’est LE best seller américain à lire cette année. Sept cent pages de subtilité, d’histoires dans l’histoire, de personnages introduits avec habileté. Les sujets traités vont de l’abandon maternel aux manifestations de Chicago dans les années 1968, en passant par les jeux en ligne ou la pédophilie.

Samuel ne savait pas que sa mère allait partir. Il ne savait pas qu’en réalité elle partait depuis des mois déjà —en secret, et par morceaux.

Au commencement du roman donc, Samuel, le personnage central.  Sa mère quitte le foyer lorsqu’il a onze ans, le laissant seul avec son père. Avant de partir, sa mère lui demande ce qu’il souhaite faire plus tard, Samuel lui répond romancier.
Deux décennies plus tard, non seulement Samuel n’a toujours pas écrit un seul roman, malgré le très bon contrat qu’il a signé avec un éditeur célèbre, Periwinckle, mais il passe ses journées et son temps libre sur Elfscape, un jeu en ligne très chronophage.
C’est alors que sa mère Faye refait surface d’une drôle de façon : elle est au centre d’un fait divers qui excite les médias et les américains : elle aurait lancé des cailloux sur le gouverneur Packer, candidat conservateur et républicain à la présidentielle (Notons l’étrange ressemblance, fortuite peut-être, entre le gouverneur Packer et Donald Trump).
Comme il est sur le point de se faire licencier par Periwinckle, Samuel accepte alors un nouveau contrat difficile mais juteux : écrire un livre sur sa mère qui l’a abandonné, et par la même occasion la démolir, car le juge en charge de l’affaire semble avoir très envie de lui infliger une peine hors normes.

C’est alors que l’on refait machine arrière avec Samuel, entre l’Iowa et Chicago, depuis les années 1968.
Samuel part explorer son propre passé, son enfance, puis remonte encore aux années d’étudiante de Faye, sa mère, sa liaison avec son père et ses propres parents. Faye a été élevée avec une éducation stricte et baignée dans des histoires norvégiennes de fantômes, aux morales dures et définitives. Le « Nix » (titre original du livre) est un fantôme qui apparaît sous l’allure d’un grand cheval blanc, emmenant les enfants aventureux sur son dos. Les enfants, dans un premier temps heureux, passent le meilleur moment de leur vie à galoper puis finissent par périr dans les eaux glacées de Norvège.

Les choses que tu aimes le plus sont celles qui un jour te feront le plus de mal.

C’est sur cet avertissement et cette légende que Faye se construit, grandit, redoutant le mal, fuyant le bonheur. Samuel cherche à savoir, alors il questionne et investigue tout l’entourage de l’époque où Faye était à Chicago pour comprendre et résoudre l’énigme de sa vie. Que s’est-il passé pendant les émeutes à Chicago en 1968?
Pourquoi l’a-t-elle abandonné? Qu’a-t-elle vécu et à quoi a-t-elle renoncé? Qu’est ce qui la hante encore?
Qui est le « Nix » de qui?

Des personnages annexes métaphoriques et emblématiques

Au delà des deux personnages centraux, Samuel et Faye, de nombreux visages les entourent et leurs portraits révèlent beaucoup sur l’Amérique d’aujourd’hui.

Bishop

L’ami d’enfance de Samuel.
Bishop est une grande gueule, le caïd de l’école. Parfois violent, parfois mutique, il se lie d’amitié avec Samuel et lui présente sa soeur jumelle, Bethany. Leur relation en trio est très ambivalente, Samuel tombe amoureux à vie de Bethany et Bishop de Samuel. En effet, Bishop a été malgré lui initié à l’homosexualité, car abusé par son proviseur. C’est de là qu’il tient toute sa « perversité » comme il l’appelle, et il voudrait l’infuser à Samuel, il représente le mauvais chemin, le mauvais choix, l’écueil. Bishop pour son jeune âge, a un avis très éclairé sur la vie et les choses. Le jour où la mère de Samuel l’abandonne, il dit à son ami :

« Tu n’as pas besoin de tes parents. Tu ne t’en rends peut-être pas compte, mais tu n’as besoin de personne. C’est une opportunité. C’est ta chance de devenir une autre personne, une nouvelle personne, meilleure. »

Pwnage

Il est l’ami actuel et virtuel de Samuel. Pwnage est son pseudo sur Elfscape. Il voue une addiction quasiment morbide aux jeux en ligne. Il s’est ruiné en investissant dans plusieurs ordinateurs connectés en réseau, et en a perdu sa femme. Il se promet qu’un jour il s’alimentera correctement, rangera sa cuisine, et écrira un thriller. L’addiction et les effets cliniques de Pwnage est très bien détaillée dans le roman. Il représente l’Amérique déchue, celle qui régresse.

Periwinckle

Editeur véreux, il est un élément central du roman, presque le fil rouge, sa morale. Il représente la réussite par le profit, l’Amérique qui a toujours un temps d’avance, celle qui contrôle les êtres et qui tient les ficelles de la Bourse.

Je suis dans la fabrication désormais. Je construis des choses. Oui des livres, bien sûr. Mais c’est surtout pour créer de la valeur. Un public. Un intérêt. Le livre, c’est juste l’une des formes sous lesquelles se présente cette valeur, une échelle, un emprunt.

Le gouverneur Packer

Le roman est sorti avant l’élection de Trump, mais l’allégorie illustre parfaitement l’esprit visionnaire de l’auteur, tant les idées politiques du personnage coïncident avec celles de l’actuel président américain républicain.

Bethany

Elle est le premier amour de Samuel, son rêve, sa perfection.
Il la rencontre à dix ans, chez son ami Bishop et « Il ne le savait pas à l ‘époque, mais cette vision deviendrait l’aune à laquelle il mesurerait la beauté le restant de sa vie. »

Allen Ginsberg

Allen Ginsberg, mort en 1997 à New York, est un poète américain, membre fondateur de la Beat Generation, du mouvement hippie et de la contre-culture américaine. Ses prises de position homosexuelles, pacifistes et bouddhistes lui valurent de fréquents démêlés avec la justice. Son œuvre, scandaleuse dans les années 1960, fut récompensée à partir des années 1970.
Ce poète dont Faye est complètement fan, est du côté des jeunes lors des émeutes. Il participe au mouvement Peace and Love, s’assoir en tailleur en chuchotant «oooooommmmm ». Il est le seul témoin du secret que cache Faye.

Le contexte politique à Chicago en 1968

Les émeutes de 1968 à Chicago commencèrent après l’assassinat de Martin Luther King le 4 avril 1968.

22-30 août : affrontements à Chicago entre des étudiants et policiers lors de la Convention du Parti démocrate. Les étudiants américains s’insurgent contre la guerre du Viêt Nam et remettent en cause le modèle de vie américain (American way of life).

C’est dans ce contexte qu’intervient Faye, étudiante, et amoureuse d’un leader pacifiste. Jamais elle n’a vraiment été concernée par le débat politique, il semblerait qu’elle ait été introduite malgré elle dans la cohorte d’étudiants et le mouvement hippie.

gal-1968-8-jpg

L’auteur

2107049

Nathan Hill est né en 1978 dans l’Iowa. The Nix est son premier roman et dès sa publication en 2016 il a vite été un best seller aux Etats-Unis. (note de la blogueuse : je rêverais de rencontrer cet homme brillant, drôle, et perfectionniste, ou tout du moins connaître son signe astrologique).

Mon avis sur ce roman

Lecture JUBILATOIRE. J’ai tourné chacune des 700 pages en frémissant d’excitation, rien n’est creux dans ce roman, même la plus petite anecdote est utile, les dialogues sont intenses et les personnages captivants, c’est du très grand travail, un roman extrêmement abouti, sociologique et transgénérationnel. Une grande lecture que je conseille à tous !

Citation et extrait

Si vous n’avez pas peur, c’est que ce n’est pas un vrai changement.

Faye songe à ces maris en chapeaux et manteaux quittant la maison en claquant la porte quand leurs femmes ne sont pas à la hauteur des impératifs féminins de base, ces hommes dans les publicités à la télévision ou dans les magazines – pour le café, préparez le meilleur qui soit à son patron ; pour les cigarettes, montre-vous classe et sophistiquée ; pour le soutien-gorge rembourré, montrez-vous sous votre jour le plus féminin – et Faye se dit que le mari est la créature la plus particulière et la plus exigeante qui soit dans l’histoire de l’humanité. D’où vient-il ? Comment les garçons du terrain de baseball – benêts, comiques, maladroits, peu sûrs d’eux, idiots en amour – comment se transforment-ils un jour en maris ?

 

Signe astrologique du roman

Sagittaire pour ce roman intelligent, dont le symbole, une flèche qui monte vers le haut, suggère une nature qui fusionne l’instinct avec l’intellect.
Le sagittaire est un voyageur, une personne constamment en quête de quelque chose, ou de quelqu’un. C’est sur cette idée que débute le roman : Samuel part à la recherche de sa mère, mais pas seulement : il part également à la recherche de ses origines, de l’histoire familiale, de ses propres peurs, du sens de sa vie. Car le roman opère en nous une certaine philosophie, la recherche d’un modèle :
Tous les personnages sont très idéalistes, tant et si bien qu’à force de rêver, de vouloir être exceptionnels, ils ne réalisent rien : Samuel n’écrit pas de roman, Faye quitte tout sans trouver le bonheur, Pwnage se dit chaque jour qu’il va tenter de récupérer sa femme et arrêter les jeux vidéos, se mettre au régime, et chaque jour il passe 24heures de son temps connecté à ses cinq ordinateurs…
Tous les personnages et le roman en lui-même aboutissent à ce constat —le rêve américain— vouloir « réussir », être à la fois heureux et le meilleur, mais sans jamais s’en donner les moyens.

La couverture et le titre original du livre

Publié l’année dernière, en 2016, aux Etats-Unis.

51KGWLxzb5L._SY344_BO1,204,203,200_