Une vie possible

À partir de quand devient-on mère ? Et femme ? Faut-il se sentir femme pour devenir mère ?

C’est l’histoire de deux grossesses interrompues, involontairement et volontairement. À partir de deux événements douloureux vécus à un an d’intervalle, une fausse couche puis un avortement, Line Papin raconte la maternité, la féminité et la liberté.
Comme beaucoup d’entre nous, Line ne savait pas exactement ce qui l’attendait, notamment les codes que la maternité imposait. Elle a vite perçu cette vulnérabilité, ce pouvoir incroyable, mystique, craint, envié, de donner la vie. À l’aune de sa grossesse, elle comprend enfin les combats des femmes avant elle et revisite l’histoire féminine et féministe. La femme a toujours représenté un sujet politique. Le droits des femmes, le vote, le compte bancaire, l’avortement… On a longtemps décidé à leur place et rien n’est acquis. « Sommes-nous si bêtes, nous les femmes, au point de mettre sept cent ans à sortir la tête de l’eau ? »
Le roman alterne entre le récit intime, sincère et courageux de l’auteure, avec des chapitres plus documentés, pour en faire un livre complet sur la maternité et l’histoire de l’émancipation des femmes. D’ailleurs, les précieuses références citées en fin d’ouvrage m’ont donné envie de découvrir ou relire les grands textes de Virginia Woolf, Gisèle Halimi ou Benoite Groult.

Peut-on devenir mère sans enfanter ? Peut-on transmettre sans tenir entre ses mains la chair de sa chair ? Après avoir lu cette magnifique déclaration d’amour faite aux femmes, Il semblerait que oui. Une vie possible, c’est aussi celle d’une femme, d’une écrivaine.
Merci @linepapin.officiel ❤️

« Au fond, je crois que je m’accrochais à la promesse d’un enfant comme à la promesse d’un bonheur. Puis, j’allais comprendre qu’il fallait aussi promettre le bonheur à l’enfant. Et de ça, j’en étais incapable. »